physionomie

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Du latin physiognomia, altération de physiognomonia, « physiognomonie », issu du grec ancien φυσιογνωμονία, physiognomônía (« science du caractère de l'homme »), composé de φύσις, phýsis (« physique ») et γνώμων, gnômon (« connaissant »).

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
physionomie physionomies
/fi.zjɔ.nɔ.mi/

physionomie /fi.zjɔ.nɔ.mi/ féminin

  1. Caractéristique distinctive ; nature intrinsèque ; trait de caractère.
    • Les Foulahs du Fouta sont en général grands et bien faits […]. Leur physionomie, en un mot, se rapproche beaucoup de celle de l’Européen. (René Caillié, Voyage à Temboctou et à Jenné, Revue des Deux Mondes, 1830, tome 1)
    • Quoiqu’au niveau de la plus ancienne bourgeoisie, il voyait encore de la distance entre lui et ceux de ses concitoyens dont les noms à physionomie italienne indiquaient d’une façon plus ou moins problématique leur descendance de nobles familles émigrées de par-delà les monts. (Julie de Quérangal, Philippe de Morvelle, Revue des Deux Mondes, T.2,4, 1833)
    • Une étrange terreur pèse sur Paris. Des bruits sinistres se répandent. Parfois, des bandes hurlantes passent, avec des physionomies d'émeute. Le bourgeois fourbit sa vieille pertuisane. (Michel Zévaco, ''Le Capitan, 1906)
    • Seulement la physionomie des mots a changé dix fois depuis trois cents ans et, si l’on s’était arrêté à la physionomie des mots, on écrirait encore cholère et charactère et chymie et advocat et escole et abysme et argille et bienfaicteur et déthrôner. (Émile Faguet, Simplification simple de l’orthographe, 1905)
  2. (En particulier) Le visage, ses traits, son expression, en tant qu'indicateur, source de connaissance, du caractère, de la personnalité, des émotions de la personne.
    • Rowena seule, trop fière pour être vaine, accueillit son libérateur avec une courtoisie gracieuse. Sa physionomie était sérieuse sans être abattue. (Walter Scott, Ivanhoé, Traduction de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • La physionomie de la Renaude prit une expression de gravité et de tristesse profonde. (Octave Mirbeau, La Bonne, dans Lettres de ma chaumière, 1885)
    • Il riait de plus en plus fort, férocement joyeux, guettant les reflets de la stupéfaction sur la physionomie du journaliste. (Victor Méric, Les compagnons de l'Escopette, 1930, p.20)
    • En ce moment la ferme et douce physionomie de cet homme atteignit au sublime du tragique. (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
  3. (Spécialement) (Écologie) Allure que revêt un groupement végétal ou un paysage (forêt, lande, prairie, etc.).
    • Dans nos pays l'action de l'homme, […], a eu pour effet de diviser le tapis végétal en ensembles ayant chacun sa « physionomie » caractérisée et dont on peut dessiner les contours sur une carte. (Henri Gaussen, Géographie des Plantes, Armand Colin, 1933, p.100)
    • En deuxième lieu, la physionomie de la végétation varie souvent très fortement sur de courtes distances. (Frank White, La végétation de l'Afrique: mémoire accompagnant la carte de végétation de l'Afrique, UNESCO-AETFAT-UNSO, 1986, p.59)

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions à trier[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]