profanation

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Du latin profanatio.

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
profanation profanations
/pʁɔ.fa.na.sjɔ̃/

profanation /pʁɔ.fa.na.sjɔ̃/ féminin

  1. Action de profaner les choses sacrées ; irrévérence commise contre les choses sacrées.
    • En 1793 j'avais été nommé directeur du Musée des monuments français, et, comme tel, je fus présent à l'exhumation des cadavres de l'abbaye de Saint-Denis, […]. Je puis, après quarante ans, vous raconter les choses étranges qui ont signalé cette profanation. (Alexandre Dumas, Les Mille et Un Fantômes)
    • Mais pour que profanation il y ait, il faut que Dieu existe. S'il n'existait pas, à quoi bon blasphémer? (Olivia Gazalé, Je t'aime à la philo, Robert Laffont, Paris, 2012, p. 185)
  2. (Par extension) Abus qu’on fait des choses rares, précieuses, respectables.
    • La parole qu'il allait prendre lui semblait comme une profanation de ce qu'il y avait de pur et d'intime dans ses croyances politiques. (Julie de Quérangal, Philippe de Morvelle, Revue des Deux Mondes, T.2,4, 1833)
  3. (Figuré) Dégradation, avilissement par manque de respect.
    • La fonction du philosophe consiste exclusivement dans la profanation des idées. Aucune violence n'égale par ses effets la violence théorique. Plus tard, l'action vient... (Paul Nizan, La Conspiration, 1938, p.44)

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]