que dalle

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie incertaine [1]. Soit de l’occitan [4] que d’ala, qui veut dire littéralement « que de l’aile (à manger) » c’est-à-dire pas grand chose, du breton dall (« aveugle ») [2] ou encore du romani (langue tsigane) dail (« rien du tout ») [3]. L'expression pourrait également venir du fait que le noms des rues et directions étaient dans le passé gravés à même la pierre, et non sur des pancartes ; lorsque l'inscription était trop abîmée, on ne voyait plus que la dalle d'où l'expression "y voir que dalle". L'origine occitane est cependant la plus probable.

Pronom indéfini[modifier | modifier le wikicode]

Invariable
que dalle
/kə.dal/

que dalle /kə.dal/

  1. (Familier) Rien, rien du tout, absence de chose, d’idée.
    • J’y pige que dalle ! — Je ne comprends rien du tout !
    • Entraver que dalle. — Ne rien comprendre.

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

→ voir rien#Synonymes

Locution interjective[modifier | modifier le wikicode]

que dalle /kə.dal/

  1. (Familier) Rien, macache. Signale un refus, un échec, etc.
    • — Tu te crois fort, hein ? demanda-t-elle. Ses belles lèvres charnues esquissèrent une moue méprisante. Que dalle ! Oui, parfaitement, tu n’es qu’un sale trouillard. (Ákos Kertész, Makra, 2006 [5])

Variantes orthographiques[modifier | modifier le wikicode]

Variantes[modifier | modifier le wikicode]

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

  • [1] : TLFi, Le Trésor de la langue française informatisé (1971-1994) (dalle)
  • [2] : Morvan Lebesque, Comment peut-on être breton ?, page 117, 1970, Seuil
  • [3] : Claude Duneton, La puce à l’oreille : anthologie des expressions populaires avec leur origine‎, page 278, 1991, Balland
  • [4] : Florian Vernet, Que dalle ! Quand l’argot parle occitan, 2007, Institut d’Études Occitanes (òc:Institut d'Estudis Occitans), ISBN : 9782859103941
  • [5] : Ákos Kertész, Makra, page 158, traduction Georges Kassai et Gilles Bellamy, 2006, L’Écarlate, L’Harmattan