réciter

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : reciter

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

(Siècle à préciser) Du latin recitare → voir ré- et citer.

Verbe[modifier | modifier le wikitexte]

réciter /ʁe.si.te/ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. (Vieilli) Prononcer à voix haute, et d’une manière soutenue, quelque discours, quelque morceau de prose ou de vers qu’on sait par cœur.
    • U se diphtongue en ou dans un grand nombre de cas. […]. Aujourd'hui la tendance est si bien enracinée qu’en récitant le Confiteor, nos enfants disent mea keulpa, mea maxima keulpa. (E. de Chambure, Glossaire du Morvan, Paris, H. Champion & Autun, Dejussieu père & fils, 1878, p.23)
    • Tous récitèrent debout les grâces et Durtal prit rendez-vous avec l’abbé Plomb pour visiter la Cathédrale. (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • De chaumières en tavernes, il écoute les bardes et les vieux rhapsodes qui lui récitent des chants populaires remontant à la nuit des temps. (André Clavel, L’Iliade boréale, dans L’Express n° 3081, 21 juillet 2010)
  2. (Plus courant) Dire de mémoire un texte qu’on avait pour obligation d’apprendre par cœur.
    • Les maîtres d’école prétendent que ce qu’on écrit se fourre plus avant dans la cervelle que ce qu’on apprend par cœur, et que c’est pour ça qu’ils font faire des devoirs aux enfants, au lieu de se contenter de leur faire réciter des leçons. (Émile Thirion, La Politique au village, p. 137, Fischbacher, 1896)

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]