révélation

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : revelation

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Du bas latin ecclésiastique revelatio.

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
révélation révélations
/Prononciation ?/

révélation féminin

  1. Action de révéler.
    • […] Catherine de Médicis, craignant la révélation de ce secret, l’avait empoisonnée avec des gants de senteur qui avaient été confectionnés par un nomme Réné, Florentin fort habile dans ces sortes de matières. (Alexandre Dumas , La Reine Margot, C. Lévy, 1886)
    • Et Pausole observait debout les révélations successives d'un corps teinté, ferme, vivace, tandis qu'elle ouvrait tour à tour la chemisette bossue, la jupe monastique, le difforme pantalon blanc. (Pierre Louÿs, Les aventures du roi Pausole, 1901)
  2. Certaines informations, orales ou écrites, qui expliquent des événements obscurs, ou font connaître des faits nouveaux.
    • Ces mémoires contiennent des révélations importantes, curieuses, étranges. Il est venu trouver la police, disant qu’il avait des révélations à faire.
  3. (Figuré) Fait inattendu que l’on apprend soudain, ou qui, une fois connu en explique un grand nombre d’autres.
    • Tout, dans cette Algérie, avait été une révélation pour lui... une cause de trouble - presque d'angoisse. (Isabelle Eberhardt, Le Major,1903)
  4. (Familier) Manifestation soudaine des qualités, d'un talent qu’on ignorait, chez quelqu'un.
    • La publication de cette œuvre a été une révélation.
  5. (Religion) Manifestation directe de la pensée et de la volonté divines.
    • […], les institutions nouvelles étaient devenues intangibles et l'idéologie qui fut construite pour les expliquer devint comme une foi qui sembla longtemps avoir pour les Français la valeur que la révélation de Jésus a pour les catholiques. (Georges Sorel, Réflexions sur la violence Chap.III, Les préjugés contre la violence, 1908)
    • Face à cette majestas absolue, irrévélable, la révélation de Dieu apparaît comme un voilement miséricordieux de cette majesté consumante. (Emil Brunner, Dogmatique, t. 1: La doctrine chrétienne de Dieu, 1948, éd Labor et Fides, 1964, p. 188)
    • C'est là un élément important de la pensée islamique, […]. Il ne fallait rechercher la vérité que dans la Révélation divine. (P.J. Vatikiotis, L'Islam et l'État, 1987, traduction de Odette Guitard, 1992)
  6. (Spécialement) (Dans le christianisme) Les enseignements directs ou l’inspiration par lesquels Dieu a fait connaître ses mystères, sa volonté, sa venue, etc.
    • Oui, l’agonisant est plutôt esprit que matière ; voilà pourquoi, à l’heure suprême, les hommes les plus athées sont revenus aux croyances éternelles et aux vérités de révélation. (Hubert Lauvergne, Les Forçats, J.-B. Baillière, 1841, édition Jérôme Millon, 1991, p.60)
  7. (Absolument) (Religion) Cette révélation divine ou la religion révélée elle-même.
    • Ce sont d'abord les saints ayant foi en la révélation qui, prochainement et du jour au lendemain, disparaîtront tous de ce monde pour être transportés au ciel, sans laisser ici-bas aucune dépouille mortelle. (Une station sur les côtes d'Amérique — II. New-York et la société américaine, dans La revue des deux mondes, 1862, p.197)
  8. (Par extension) (Religion) Les choses révélées elles-mêmes.
    • Les révélations de saint Jean.
  9. (Religion) Communications supposées des païens avec leurs dieux.

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]