racaille

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

De l’anglo-normand rasquer (« racler ») dérivé du latin vulgaire rasicare et suffixe -aille.
Auguste Scheler [1] propose aussi le nordique racki (« chien ») de même que « canaille » vient du latin canis (« chien »). Il propose aussi le grec ancien rakos (« guenille ») « s’il fallait absolument, à défaut d’autres ressources, avoir recours au grec ». Et complète la série des hypothèses avec l’anglais rascal (« coquin »), en ligne avec la première solution proposée ici.
Il a également été proposé une origine occitane. la racalha désignant dans cette langue les vomissures (Racar signifiant vomir) [1].

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
racaille racailles
/ʁa.kaj/

racaille /ʁa.kaj/ féminin

  1. (Nom collectif) (Au singulier) (Péjoratif) Ensemble des individus mauvais, appartenant à la partie la plus pauvre, la plus basse ou la plus méprisée du peuple.
    • Quant à cette racaille de schismatiques, d’hérétiques, etc., ils sont si maigres qu’on peut leur accorder le bienfait de la tolérance ; […]. (Eikon Basilikè, Procès de Charles Ier, 1827)
    • Pourrais-je fermer ma porte, n’ayant point de portier,- à toute la racaille des polissons, soi-disant gens de lettres, qui auraient la sotte curiosité de venir voir mon squelette ? (Voltaire, Œuvres complètes de Voltaire, 1785)
    • L’oiseau chasseur lui dit : Ton peu d’entendement
      Me rend tout étonné. Vous n’êtes que racaille,
      Gens grossiers, sans esprit, à qui l’on n’apprend rien.

      (Jean de La Fontaine, Le faucon et le chapon)
  2. (Par extension) Personnage issu de ce groupe d’individus.
    • Quoi ! s’écria le chevalier, en sonner pour demander du secours contre une vingtaine de ces racailles qu’un seul bon chevalier chasserait devant lui comme le vent chasse les feuilles desséchées ! (Walter Scott, Ivanhoé, traduction de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Et les petites racailles de merde sont vite venues me trouver !
      « Wesh Doe ! Alors la grosse tête, comme ça, on n’est qu’à un point du brevet ! »

      (John Golda, C’est l’histoire de nos vies, page 44, Éditions Le Manuscrit, 2005)

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]