respecter

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du latin respectare, itératif de respicere ; voir respect.

Verbe[modifier | modifier le wikicode]

respecter /ʁɛs.pɛk.te/ transitif 1er groupe (conjugaison) (pronominal : se respecter)

  1. Honorer, révérer, porter respect.
    • Le sacro-saint règlement et l'esprit de corps furent ainsi respectés, mais Blosseville et son équipage ne revinrent jamais. (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Le curé de Melotte était donc encore universellement aimé et respecté : n’était-il pas un des plus vieux du village et des plus anciens de la paroisse ! (Louis Pergaud, Le Sermon difficile, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Si je ne respectais son caractère…
    • C’est un homme qui ne respecte rien.
  2. (Figuré) Épargner, ne pas attaquer, ne pas porter atteinte à.
    • Mais pour qu'une grammaire française soit respectée, il faut premièrement que la langue française continue à être employée et, ceux qui s'efforcent de l'empailler en conviendront, cette condition suppose l'existence d'un certain nombre de Français. (Ludovic Naudeau, La France se regarde : Le problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Ces anciens monuments que le temps a respectés.
    • Je vous sais occupé, je respecte votre temps.
  3. (Pronominal) Garder avec soin la décence et la bienséance convenables à son sexe, à son état, à son âge.
    • C’est une femme qui se respecte et qui se fait respecter.
    • Un vieillard doit se respecter lui-même, s’il veut que les jeunes gens le respectent.
  4. (Pronominal) (Figuré) Être à la hauteur de sa réputation, de sa fonction.
    • Il s'était formé à cette époque non pas des tribunaux — la justice se respectait, elle n’ordonne pas l’assassinat des innocents, — mais des cours prévôtales. (Réponse de M. Raspail père à l'avocat général, lors du procès de François-Vincent Raspail le 12 février 1874)
    • Comme tout bistro qui se respecte, celui-ci réservait aux habitués une arrière-salle et deux étages de chambres meublées. (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)

Antonymes[modifier | modifier le wikicode]

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikicode]

Expressions[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]