robe

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi Voir aussi : Robe, robé, robě, røbe

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Déverbal de l’ancien français rober (« voler ») dont est issu l’anglais rob et qui ne subsiste plus que sous forme préfixée dérober. Ce mot a eu pour sens « butin de guerre », « dépouille » puis, par spécialisation, « tunique » et enfin, par hyperspécialisation, « vêtement féminin ».
Rober est issu du bas-latin raubare (italien : rubare, espagnol : robar) d’une racine germanique raubon qui a donné rauben et Räuber en allemand moderne.

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
robe robes
/ʁɔb/
Une robe de femme des années 1920. (1)
Un magistrat dans sa robe.

robe /ʁɔb/ féminin

  1. (Vêtements) Vêtement long, en forme de fourreau plus ou moins ample, qui enveloppe le corps, tient aux épaules et a des manches ou des ouvertures pour les bras.
    • Puis le luxe de sa longue robe consistait dans une coupe extrêmement distinguée, et, s’il est permis de chercher des idées dans l’arrangement d’une étoffe, on pourrait dire que les plis nombreux et simples de sa robe lui communiquaient une grande noblesse. (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, 1832)
    • Les femmes, qui sont de taille moyenne et plutôt trapues, portent une robe en vadmel, sorte de flanelle tissée avec la laine qu’elles-mêmes ont cardée et filée. (Anna Sée, L’Archipel des Féroé, dans la revue Le Tour du Monde, L.44, 1905)
    • Elle a remis une robe ; elle me cache tous les beaux secrets qu’elle cache à tous ; elle est rentrée dans le deuil de sa pudeur. (Henri Barbusse, L’Enfer, 1908)
    • Et fermant la marche, quelques ecclésiastiques en retard se hâtaient, saisissant d’une main leurs robes qui s’enflaient comme des ballons, […]. (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • […]; elle ramassa ses robes sur son giron et sa voix trembla. (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, 1958)
    • Mariées au lendemain de la Grande Guerre, on les a peut-être vues en robe à pois et blouse à fleurs, l’été, pendant quatre ou cinq ans, le temps que les funérailles entrent dans la danse. (Maxime Rapaille, Le feu des Fagnes, page 59, Dricot, 2001)
  2. (Par métonymie) Profession de magistrat.
    • (Histoire)Monsieur le bailli, vous ne me citez, comme importans, que des noms qui appartiennent à la robe ; et la noblesse d’épée, qu’en pensez-vous ? (Julie de Quérangal, Philippe de Morvelle, Revue des Deux Mondes, T. 2, 4, 1833)
    • Les seules charges de robe qui ne s’achetassent point étaient celle de premier président du Parlement et celle du chancelier. (Alfred Franklin, La vie privée d’autrefois - La vie de Paris sous Louis XV devant les tribunaux, Paris, Plon, 1899, p.11-12)
  3. (Par métonymie) Profession des ecclésiastiques, des religieux ; il est toujours précédé du possessif.
    • C’est un prêtre, un religieux; qui aurait cru qu’un homme de sa robe ferait une pareille action ?
  4. (Par extension) Pelage de quelques animaux, considéré sous le rapport de la couleur.
    • Le maquignon de bas étage teint, en tout ou en partie, les robes pour rendre un équipage similaire, au risque de s’exposer à voir fondre la nuance sous une averse. (Gabriel Maury, Des ruses employées dans le commerce des solipèdes, Jules Pailhès, 1877)
    • […] ; puis, ayant longé un champ d’avoine, étoilé de bluets et de coquelicots, nous arrivâmes en un verger où des vaches, à la robe bringelée, dormaient couchées à l’ombre des pommiers. (Octave Mirbeau, Le Père Nicolas, dans Lettres de ma chaumière, 1885)
  5. (Œnologie) Couleur du vin, allant du violet à l’ocre.
    • Ce vin possède une belle robe grenat.
  6. Enveloppe de certains légumes ou de certains fruits.
    • La robe d’une fève, d’un oignon.

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

  • toge (pour un avocat, un magistrat)

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Hyperonymes[modifier | modifier le wikicode]

Forme de verbe[modifier | modifier le wikicode]

Conjugaison du verbe rober
Indicatif Présent je robe
il/elle/on robe
Imparfait
Passé simple
Futur simple
Subjonctif Présent que je robe
qu’il/elle/on robe
Imparfait
Impératif Présent (2e personne du singulier)
robe

robe /ʁɔb/

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de rober.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de rober.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de rober.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de rober.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de rober.

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Homophones[modifier | modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

Ancien occitan[modifier | modifier le wikicode]

Wiki letter w.svg

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Rapprocher du latin rubetum de même sens.

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

robe masculin

  1. (Botanique) Haie, hallier de ronces.

Références[modifier | modifier le wikicode]

  • François Raynouard, Lexique roman ou Dictionnaire de la langue des troubadours, comparée avec les autres langues de l'Europe latine, 1838-1844

Anglais[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du français (voir ci-dessus).

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
robe
/ɹəʊb/
robes
/ɹəʊbz/

robe

  1. Robe.
  2. Toge ; robe que portent les professeurs, les magistrats, les avocats, etc.

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier | modifier le wikicode]

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier | modifier le wikicode]