running gag

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

De l'adjectif anglais running (« continu », « ininterrompu ») et du nom anglais gag (« blague », « histoire drôle »).

Locution nominale[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
running gag running gags
/rœ.niŋ.gæg/

running gag /rœ.niŋ.gæg/ masculin

  1. (Narration) Procédé littéraire qui prend la forme d’une blague, d’une plaisanterie ou d’une allusion humoristique dont l’effet comique repose sur sa répétition, à au moins deux reprises, sous la même forme ou sous une forme légèrement modifiée.
    • Dans En attendant Godot, le running gag réitère périodiquement le fait qu’en réalité, il n’y a pas de fait : on attend Godot, mais Godot ne vient jamais.
  2. Blague qui tire son comique du fait de sa répétition.
    • Les déclarations de Nicolas Sarkozy sur l’opportunité de lire la Princesse de Clèves sont devenues un genre de running-gag culturel. (Libération, Next Magazine, 02.042011 )
  3. (Par extension) Sujet, référence, remarque etc. qui est une continuelle source d’humour.
    • Le Président ne cesse de répéter que Fukushima n'est pas un accident nucléaire mais un tsunami et que ni le site de Fessenheim (en Alsace), ni celui de Saint-Laurent-des-Eaux (sur la Loire) ne sont menacé par un tel événement et que donc, il n'y a pas de problème : un running gag revenu plusieurs fois cette semaine. (G. La., Essence, un sketch de Nicolas Sarkozy, Libération, 29.03.2012.)

Variantes orthographiques[modifier | modifier le wikitexte]

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikitexte]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier | modifier le wikitexte]

Hyperonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]

  • Dictionnaire des séries télévisées, sous la dir. de Nils C. Ahl et Benjamin Fau, Paris, Ed. Philippe Rey, 2011.