salaud

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

(xiiie siècle) Sous forme féminine pour désigner une personne très sale [1], le masculin salaud n’apparaît pas avant la fin du XIXe siècle.
→ voir sale et -aud

Adjectif[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
Masculin salaud
/sa.lo/
salauds
/sa.lo/
Féminin salaude
/sa.lod/
salaudes
/sa.lod/

salaud /sa.lo/ masculin

  1. Qui est contraire à la morale ou à la loyauté.
    • C’est vraiment salaud, ce que tu as fait là.
    • Est-on assez salaud de ce temps ? Quelles mufleries on voit partout ! (Renée Dunan, Une Heure de désir)

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
Masculin salaud
/sa.lo/
salauds
/sa.lo/
Féminin salaude
/sa.lod/
salaudes
/sa.lod/

salaud /sa.lo/ masculin

  1. (Désuet) Celui, celle qui est sale.
    • Cet homme est bien salaud.
  2. (Vulgaire) (Injurieux) (Péjoratif) (Par extension) Personne qui agit de façon immorale, méprisable.
    • […], il lui représenta donc charitablement qu’il aurait grand tort de ne pas profiter de l’occasion qui lui était offerte pour faire marcher un salaud de richard qui jetait sans scrupules le déshonneur et la misère dans les familles pauvres, mais honorables. (Louis Pergaud, Joséphine est enceinte, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Si ce pauvre type n’était pas né dans le même bled que ce salaud de Laval, on le l’aurait pas sépulturé aujourd’hui ! dit Édouard Flumet à la fin du souper, en allumant une pipe bourrée de faux tabac. (André Varenne, Nous vivrons ensemble, L’Harmattan, 2006, p.226)
Note[modifier | modifier le wikitexte]
Le féminin salaude est désuet et remplacé par salope[2].

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Anagrammes[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]

  1. Texte de Provins, cité dans Le Génie de la langue française, Albert Dauzat, 1943
  2. Le Grand Robert de la langue française, Le Robert, 2005-2008 (version de démonstration)