suffire

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du latin sufficere, « mettre au-dessus ou à la place », « suppléer » puis « fournir », intransitivement « se placer dessous », c'est-à-dire « être capable de supporter » d'où « suffire à ». La forme soufire, qui repose sur un latin populaire *suffīcere, due à l'allongement de ĭ en ī sous l'influence de verbes comme dicere (« dire »), a été relatinisée en suffire, de façon isolée au quatorzième siècle, puis régulièrement à partir du seizième siècle.

Verbe[modifier | modifier le wikicode]

suffire /sy.fiʁ/ intransitif 3e groupe (conjugaison)

  1. Pouvoir satisfaire à quelque chose ou à un but donné.
    • Car la menace ne suffit pas pour faire régner l’ordre. Il y faut aussi suffisamment de droit et de progrès pour obtenir le consentement des peuples. (Pour un autre monde ; Un autre chemin, motion pour le congrès socialiste de Dijon du 16 au 18 mai 2003)
    • Un domestique ne saurait suffire à servir tant de personnes.
    • Il ne suffit pas à la tâche.
    • La dépense est trop grande, il n’y peut pas suffire.
    • S’il perd ce procès, tout son bien n’y suffira pas.
  2. Pouvoir subvenir, pouvoir satisfaire aux exigences de quelqu’un.
    • Peu de bien suffit au sage.
  3. Fournir assez, faire ce qui est nécessaire pour qu’une chose se réalise.
    • Il leur suffisait de tremper le bout des doigts dans une pipe de cidre ou une cuvée de vin pour changer cidre et vin en bouse liquide. (Octave Mirbeau, Rabalan,)
    • Existe-t-il un type de preuves incontournables qu’il suffirait d’évoquer pour persuader de la justesse de sa position ses opposants les plus tenaces ? (Louis Dubé, L’argument déterminant et les théories du complot, dans Le Québec sceptique, n° 67, p.5, automne 2008)
  4. Être à la cause de quelque chose ; déclencher ou conditionner un évènement.
    • Comme toutes les réformes monétaires, la stabilisation de la monnaie allemande a provoqué une crise économique, ou plus exactement, elle n’a pas suffi à en préserver le Reich. (Wilfrid Baumgartner, Le Rentenmark (15 Octobre 1923 - 11 octobre 1924), Les Presses Universitaires de France, 1925 (réimpr. 2e éd. revue), p.117)
  5. (Familier) Ne plus être nécessaire de fournir ou de faire quelque chose ; dans une requête signalant à quelqu'un que les conditions nécessaires à une fin ont été atteintes ou que les exigences sont remplies.
    • Cela me suffit.
    • Cela suffit.
    1. (Familier) (Impersonnel) Voilà qui est bien, c’est assez, n’en parlons plus. Note : Il marque souvent l’agacement. Il est souvent à l'impératif.
      • Suffit !
  6. (Impersonnel) Être en suffisante quantité. Note : Il est suivi de de, de que, de à ou de pour.
    • Il suffit de tant de blé pour tant d’hommes. Tant de blé suffit pour tant d’hommes.
    • Il suffit de lui dire une chose pour qu’il la fasse aussitôt. Lui dire une chose suffit pour qu’il la fasse aussitôt.
    • Qu’il vous suffise que je l’aie voulu. Vous vous suffisez du fait que je l’aie voulu.

se suffire intransitif pronominal

  1. Suffire à ses propres besoins, avoir ou gagner assez pour pourvoir à ses besoins.
    • Ce jeune homme se suffit.
    • Il ne se suffit pas encore.
  2. Trouver en soi le moyen de se passer des autres.
    • Se suffire à soi-même.
    • Il faut savoir se suffire à soi-même.

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Expressions[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

Latin[modifier | modifier le wikicode]

Forme de verbe[modifier | modifier le wikicode]

suffire /Prononciation ?/

  1. Infinitif présent de suffio.

Note : Par convention, les verbes latins sont désignés par la 1re personne du singulier du présent de l’indicatif.