tabernacle

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

(Siècle à préciser) Du latin tabernaculum (« tente »), dérivé de taberna (« habitation en planches », « boutique » → voir taverne).
→ voir -nacle

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
tabernacle tabernacles
/ta.bɛʁ.nakl/

tabernacle /ta.bɛʁ.nakl/ masculin

  1. (Religion) Tente, pavillon, en parlant des tentes, des pavillons des hébreux.
    • Retourne, Israël, dans tes tabernacles.
    • Le tabernacle du Seigneur.
  2. (En particulier) La tente où reposait l’arche d’alliance pendant le séjour des israélites dans le désert, jusqu’au temps où le temple de Jérusalem fut bâti.
  3. (Plus courant) (Religion) Ouvrage de menuiserie, d’orfèvrerie, de marbre, etc., fermant à clef, et placé au-dessus de la table de l’autel, dans les églises catholiques, pour y renfermer le ciboire.
    • À la place où était autrefois le tabernacle, c’est-à-dire Dieu, c'est-à-dire la vie, il y avait un crâne dépouillé de sa chair et de ses cheveux, c’est-à-dire la mort, c’est-à-dire le néant. (Alexandre Dumas, Les Mille et Un Fantômes)
    • Voyez-vous, monsieur le Curé, vous êtes trop benoît : plus on demande, plus on reçoit. Vous devriez commander une provision de cierges de tout calibre qu’on allumerait devant le tabernacle ou la statue du Saint. Les deniers de l’Église en tireraient bénéfice et ce ne serait pas un mal. (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, 1958)

Expressions[modifier | modifier le wikitexte]

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]