tenace

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

(xvie siècle) Du latin tenax, dérivé de tenere (« tenir »).

Adjectif[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
tenace tenaces
/tə.nas/

tenace /tə.nas/ masculin et féminin identiques

  1. Qui est adhérent, qui tient fortement à quelque chose.
    • Une matière tenace et gluante.
    • La poix est plus tenace que la cire.
    • L’intrépide lion dans un piège surpris
      S’irrite du danger, et de sa dent tenace
      Ronge, en grondant, la toile où lui-même s’enlace
      (Nicolas Gilbert, Le Poète malheureux, 1772)
  2. (Botanique) Qualifie les plantes et des parties de plantes qui s’attachent, s’accrochent à ce qui les touche, telles que les tiges et les semences du grateron.
    • Une tige, une feuille tenace.
  3. Dont les parties tiennent fortement ensemble, qui peut soutenir une traction, une pression considérable sans s’allonger, sans se rompre.
    • Un métal tenace, métal qui supporte une pression, un tiraillement considérable, sans se rompre.
    • Quoique l’or soit le plus compacte et le plus tenace des métaux, il n’est néanmoins que peu élastique et peu sonore. (Georges-Louis Leclerc de Buffon, Minéralogie, tome IV, page 256)
    • Du chanvre très tenace.
    • L’eau chaude et surtout bouillante peut prendre plus de sucre en dissolution que l’eau froide, et former un liquide plus épais, plus tenace que le sirop. (Antoine François Fourcroy, Système des connaissances chimiques et de leurs applications aux phénomènes de la nature et de l’art, Baudouin, 1801, tome VII, page 165)
    • Roche tenace, roche qu'on a de la peine à détacher, à casser.
  4. (Figuré) Dont on ne peut pas se débarrasser ; qui persiste.
    • Il se gratte le front qu'un prurit tenace ne cesse de taquiner, et où fleurissent des taches rougeâtres. (Victor Méric, Les compagnons de l'Escopette, 1930, p.257)
  5. (En particulier) Qualifie une personne dont on ne peut se défaire, qu’on ne peut écarter.
    • Ce diable-là est furieusement tenace ; c’est celui qui possède ordinairement les femmes, quand elles ont le diable au corps. (Jean-François Regnard, Le Retour imprévu, 1700, scène 13)
    • Non, je ne vis jamais d’animal si tenace [un créancier]. (Jean-François Regnard, Le Joueur, 1696, acte III, scène 7)
    • Ce fade médecin est un amant tenace,
      Et qui ne s’aperçoit jamais qu’il embarrasse.
      (Legrand, Aveugle clair-voy., scène 1)
    • Reste encore un neveu, mais un neveu tenace. (Jean-François Collin d’Harleville, Le Vieux célibataire, acte I, scène 6)
    • Une petite pluie mince et tenace dégoulinait sans arrêt depuis la veille […]. (Victor Méric, Les compagnons de l'Escopette, 1930, p.9)
  6. (Figuré) Qui est attaché fortement à ses idées, à ses projets, à ses prétentions.
    • Existe-t-il un type de preuves incontournables qu’il suffirait d’évoquer pour persuader de la justesse de sa position ses opposants les plus tenaces ? (Louis Dubé, L’argument déterminant et les théories du complot, dans Le Québec sceptique, n° 67, p.5, automne 2008)
    • C’est un homme fort tenace et qui ne renonce pas aisément à ce qu’il désire, à ce qu’il veut.
    • Un caractère, une volonté tenace.
    • Préjugé tenace.
    • On tient beaucoup aux choses dont on est continuellement occupé, témoin l’obstination tenace des mahométans et des juifs, et la facilité qu’ont de changer de religion les peuples barbares et sauvages. (Montesquieu, De l’esprit des lois, XXV, 2)
  7. (Figuré) Qui ne donne qu’avec peine ; avare.
    • Il est d’une humeur fort tenace, on ne saurait en rien tirer.
    • Sa fille est riche ; mais l’oncle, qui est tuteur, est tenace. (Florent Carton Dancourt, Vert-galant, scène 3)

Expressions[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]