trône

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : trôné

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Du grec ancien θρόνος, thrónos (« chaise haute, chaise pour les rois »).

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
trône trônes
/tʁon/

trône /tʁon/ masculin

Le trône de Napoléon I à Fontainebleau
  1. (Mobilier) Siège élevé où les souverains sont assis dans les circonstances solennelles.
    • Trône magnifique, superbe, éclatant de pierreries.
    • L’empereur se plaça sur son trône pour recevoir les ambassadeurs.
    • Le roi étant sur son trône.
    • La salle du trône.
  2. (Par métonymie) (Par analogie) Puissance souveraine, synonyme : couronne.
    • Auteurs ou payeurs des journaux les plus répandus, ils ne cessèrent de tromper la France & l’Europe sur la révolution qui venait de renverser le trône. (Maximilien de Robespierre, Discours contre Brissot & les girondins, 10 avril 1793)
    • Alors, sire, dit Catherine, vos sujets les huguenots feront comme le sanglier à qui on ne met pas un épieu dans la gorge : ils découdront le trône. (Alexandre Dumas , La Reine Margot, C. Lévy, 1886)
    • Le peuple avait rendu le trône responsable des maux qui l’accablaient depuis si longtemps ; Louis XVI n’avait su rien faire, […]. (Alfred Barbou, Les trois Républiques françaises, 1879)
    • On a fêté médiocrement l’anniversaire des Trois Glorieuses qui délivrèrent la France des Bourbons et amenèrent Philippe sur le trône. (Albert Noret, Les Féodaux du Blé, E. Figuière, 1930, p.94)
  3. (Par extension) Siège élevé qu’occupe un personnage important.
  4. (En particulier) (Religion) Siège placé au haut du chœur, dans les églises cathédrales, et où l’évêque se met quand il officie pontificalement. → voir cathèdre.
    • Le trône épiscopal.
  5. (Ironique) Siège des toilettes.
    • Le trône était fait d’une cuvette de porcelaine blanche, immaculée, encastrée dans une confortable lunette de chêne polie par l’usage et quotidiennement encaustiquée. (Marie Cardinal, Les mots pour le dire, Livre de Poche, p. 102)
  6. (Religion) Un des chœurs de la hiérarchie des anges.
    • Afin d’en finir avec cette orfèvrerie symbolique, disons encore que […] la sarde évoque les Séraphins, la topaze les Chérubins, le jaspe les Trônes, la chrysolithe les Dominations, le saphir les Vertus, l’onyx les Puissances, le béryl les Principautés, le rubis les Archanges et l’émeraude les Anges. (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • […] et l’étonnement éternel des Séraphins ou des Trônes à les voir se traîner ainsi dans la boue des siècles… ! (Léon Bloy, Le Salut par les Juifs, Joseph Victorion et Cie, 1906)

Variantes orthographiques[modifier | modifier le wikitexte]

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Forme de verbe[modifier | modifier le wikitexte]

Conjugaison du verbe trôner
Indicatif Présent je trône
il/elle/on trône
Imparfait
Passé simple
Futur simple
Subjonctif Présent que je trône
qu’il/elle/on trône
Imparfait
Impératif Présent (2e personne du singulier)
trône

trône /tʁon/

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de trôner.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de trôner.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de trôner.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de trôner.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de trôner.

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Anagrammes[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]