traqueur

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

(Nom commun 1) (Siècle à préciser) Du verbe traquer avec le suffixe -eur.
(Nom commun 2) (Siècle à préciser) Dérivé de trac.

Nom commun 1[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin traqueur
/tʁa.kœʁ/
traqueurs
/tʁa.kœʁ/
Féminin traqueuse
/tʁa.køz/
traqueuses
/tʁa.køz/

traqueur /tʁa.kœʁ/ masculin

  1. (Chasse) Homme qu’on emploie pour traquer le gibier.
    • Quant aux approvisionnements, on pouvait compter sur les chasseurs du détachement. Quelques-uns de ces soldats étaient d’habiles traqueurs de gibier, et les rennes ne manquent pas dans les régions polaires. (Jules Verne, Le Pays des fourrures, 1873)
    • Tous ces reproches, multiples et sévères, contre le duc culminent dans la plainte d’un paysan: celui-ci se lamenta d’avoir été obligé d’envoyer sa fille à la grande chasse du duc comme traqueuse. (Johann Christian von Mannlich, Melitta Wallenborn, Histoire de ma vie, éditeur Spee, 1989)
  2. (Figuré) Personne qui recherche une chose de façon assidue et opiniâtre.
    • Le journalisme d’investigation mené jusqu’à ses ultimes conséquences : l’assassinat par un tueur à gages de la journaliste vedette irlandaise, Veronica Guerin, traqueuse des trafiquants de drogue de Dublin. (Jean-Paul Marthoz, Journalisme international, éditeur De Boeck Université, 2008)

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Nom commun 2[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin traqueur
/tʁa.kœʁ/
traqueurs
/tʁa.kœʁ/
Féminin traqueuse
/tʁa.køz/
traqueuses
/tʁa.køz/

traqueur /tʁa.kœʁ/ masculin

  1. Personne qui a le trac.
    • Plus chevronné, Jean-Pierre Marielle, traqueur lui aussi, jamais apaisé, est terrorisé au moment de jouer une scène dans le fleuve Sénégal. (Jean-Claude Raspiengeas, Bertrand Tavernier, Éditions Flammarion, 2001)
    • J’ai joué quantité de pièces avec chacun d’eux et, moi qui suis si « traqueuse », je me sentais en confiance. (Sarah Bernhardt, Ma double vie, éditeur Charpentier et Fasquelle, 1907)

Références[modifier | modifier le wikicode]