trouvère

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Du bas latin trovare (« composer un poème ») issu du latin populaire *tropare (« composer, inventer un air » d'où « composer un poème », puis « inventer, découvrir » → voir trouver), dérivé de tropus (« figure de rhétorique » → voir trope).

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
trouvère trouvères
/tʁu.vɛʁ/

trouvère /tʁu.vɛʁ/ masculin

  1. Ancien poète lyrique de langue d’oïl.
    • Ainsi, la poésie lyrique des troubadours et des trouvères, et surtout la portion de cette poésie qui roule sur les sentimens de galanterie chevaleresque, n'a pas une source latine; cette poésie est née avec la galanterie chevaleresque elle-même, […]. (Jean-Jacques Ampère, La Littérature française au moyen-âge, Revue des Deux Mondes, 1839, tome 19)
    • Dois-je faire état du témoignage imprécis des trouvères, du rapport si peu positif de Wace, des affirmations empressées de nos archéologues-poètes ? (Charles Le Goffic, Brocéliande, avec la collaboration de Auguste Dupouy, La Renaissance du Livre, 1932, p.92)
    • Quelquefois aussi le trouvère chantait et viélait tout à la fois, les citations abondent qui nous montrent tour à tour les musiciens sous ces deux aspects. (Gaston Raynaud, La musique au siècle de Saint-Louis, dans Recueil de motets français des XIIe et XIIIe siècles, Slatkine, 1972, p.367)

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]