tyran

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi Voir aussi : týrán

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du latin tyrannus (« tyran, despote »), emprunté au grec ancien τύραννος, týrannos.

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
tyran tyrans
/ti.ʁɑ̃/

tyran /ti.ʁɑ̃/ masculin

  1. (Antiquité) Roi absolu, monarque, despote qui usurpe la puissance souveraine.
    • Les tyrans furent nombreux dans la Grèce du sixième et du cinquième siècle avant notre ère : Pisistrate fut l’un des plus célèbres.
  2. Celui qui exerce la puissance souveraine arbitrairement et sans contrôle.
    • Une faction puissante conspire avec les tyrans de l’Europe pour nous donner un roi, avec une espèce de constitution aristocratique. ( Maximilien de Robespierre, Discours contre Brissot & les girondins, 10 avril 1793)
    • Il est vrai que si, comme il arrivait habituellement, ils se mettaient sous la protection d’un des petits tyrans de leur voisinage, […] ils pouvaient jouir d’un repos temporaire. (Walter Scott, Ivanhoé, Traduction de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
  3. Celui qui gouverne avec injustice et sans aucun respect pour les lois divines et humaines.
    • Ce n’est pas un roi, c’est un tyran.
    • On appelle tyran le souverain qui ne connaît de lois que son caprice, qui prend le bien de ses sujets, et qui ensuite les enrôle pour aller prendre celui de ses voisins. (Voltaire, Dictionnaire philosophique, 1764)
  4. (Figuré) Tous ceux qui abusent de leur autorité.
    • Mais ne savais-je pas bien que les tyrans de tout genre allaient reprendre espoir dans ces jours de malheur où l’obéissance passive était restaurée ? (Alain, Souvenirs de guerre, Hartmann, 1937)
    • Ahurissant : on la juge pour la complicité dans des crimes abominables, et Monique Olivier se dépeint en ménagère effacée, régalant son tyran de mari de cacasse à cul nu et de tarte au sucre. (Stéphane Durand-Souffland, Frissons d'assises: L'instant où le procès bascule, Denoël, 2012)
  5. (Figuré) Maître souverain symbolique
    • L’usage est le tyran des langues.
Note[modifier | modifier le wikicode]
Sur la féminisation, on trouve parfois tyrane sur le mode de sultan, sultane. Littré [1] note : Quelques-uns ont essayé de dire tyranne [2], par exemple Desportes ; mais cela n'a pas réussi ; et il faut dire tyran en parlant d'une femme.
  • Cette femme est un tyran domestique.
Toutefois Fr. Soulié a employé ce mot dans le style familier.
  • Assurément, mais… - Il n'y a pas de mais ; je veux, j'exige que vous teniez votre parole, entendez-vous ? - Soit, tyranne, dit M. de Simon, en embrassant sa femme. (SOULIÉ, Au jour le jour, § XII)

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Homophones[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

Tchèque[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du latin tyrannus, apparenté à týrat.

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

Cas Singulier Pluriel
Nominatif tyran tyrani
ou tyranové
Vocatif tyrane tyrani
ou tyranové
Accusatif tyrana tyrany
Génitif tyrana tyranů
Locatif tyranovi tyranech
Datif tyranovi tyranům
Instrumental tyranem tyrany

tyran /Prononciation ?/ masculin animé (équivalent féminin : tyranka)

  1. Tyran.

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

  • tyran sur Wikipédia (en tchèque) Article sur Wikipédia

Références[modifier | modifier le wikicode]