violer

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du latin violare.

Verbe[modifier | modifier le wikicode]

violer /vjɔ.le/ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Enfreindre, porter atteinte à, attenter à.
    • Néanmoins la foi conjugale est sans cesse violée dans les grandes sociétés policées. Il est peu de maris qui soient fidèles à leurs femmes ; il est peu de femmes qui soient fidelles à leurs maris. (Jean-Claude de La Métherie, De l'homme considéré moralement: de ses mœurs, et de celles des animaux, vol.2, p.268, an XI)
    • Il faut entrer de force dans le domicile du citoyen : il faut arrêter administrativement l’homme qui ne peut être arrêté qu’en vertu d’une loi ; il faut violer la liberté de l’opinion et la liberté individuelle ; il faut en un mot mettre en péril la constitution même de l’État. (Résumé politique, dans L’Ambigu : ou Variétés littéraires et politiques, vol. 56, 1818, p. 243)
    • Les intellectuels, qui entreprirent la défense des mâles, crurent prudent de ne pas recommencer les sermons des moralistes […] ; ils firent appel à la science, ils démontrèrent par raisons irréfutables et supérieurement scientifiques que la femme ne peut sortir des occupations ménagères, sans violer les lois de la nature et de l’histoire. (Paul Lafargue, La Question de la femme, 1904)
  2. (En particulier) Dégrader ou fouiller dans des intentions coupables, en parlant d’une sépulture.
    • Trois croix voisinaient avec celle qui marquait la tombe d’un matelot autrichien. Un ours blanc avait essayé de violer cette dernière que nous avons réparée […] (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
  3. (En particulier) (Désuet) Porter atteinte aux droits et aux privilèges.
    • Violer un asile.
  4. Prendre quelqu’un par la force ou par la ruse ; avoir un rapport sexuel avec quelqu’un sans son consentement.
    • Un avocat raconta à ses voisins une cause jugée dans la journée. […] Il s’agissait d’un homme qui avait égorgé une fillette en même temps qu’il la violait, et qui, pour qu’on n’entendît pas les cris de la petite victime, chantait à tue-tête. (Henri Barbusse, L’Enfer, 1908)
    • Un jour, la fille de ma femme de basse-cour, Rosalie Rigard, – une enfant de seize ans – fut violée dans mon bois par un colporteur qui passait. (Octave Mirbeau, Le colporteur,)
    • Rencontrée dans un lieu désert par un chemineau qui vous empoigne, laissez vous baiser tout de suite. C’est le plus sûr moyen de ne pas être violée. (Pierre Louÿs, Manuel de civilité pour les petites filles à l’usage des maisons d’éducation, 1926)
    • Chacun ici connaît le martyre d’Annick Castel, violée par un parachutiste et qui, croyant être enceinte, ne songeait plus qu’à mourir. (Henri Alleg, La Question, 1957)
    • (Absolument) Les soldats entrèrent dans la ville, pillèrent et violèrent.

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikicode]

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Enfreindre (1) :

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Traductions à trier[modifier | modifier le wikicode]

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Prononciation manquante. (Ajouter)

Homophones[modifier | modifier le wikicode]

Paronymes[modifier | modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]