virilité

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

(1461) [1] Du latin virilitas. (virilité, âge d'homme ; sexe de l'homme, sexe masculin ; caractère mâle) [2].

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
virilité virilités
/vi.ʁi.li.te/

virilité /vi.ʁi.li.te/ féminin

  1. Caractère physique de l'homme adulte.
    • Quand Circé t'aura frappé de sa longue baguette, jette-toi sur elle, comme si tu voulais la tuer. Alors, pleine de crainte, elle t'invitera à coucher avec elle. (…) Mais ordonne-lui de jurer par le grand serment des Dieux heureux, afin qu'elle ne te tende aucune autre embûche, et que, t'ayant mis à nu, elle ne t'enlève point ta virilité. (Homère, Odyssée, X, trad. Leconte de Lisle, 1893)
    • Saint Sébastien dévoilera sa grâce adolescente et saint Georges étalera sous le harnais les richesses musculaires d'une virilité robuste; (…) Où s'arrêteront les peintres dans leurs recherches indiscrètes? Ils ne s'arrêteront point. Ils en arriveront à montrer des hommes et des femmes nus comme les idoles des Romains. (Anatole France, L'Île Des Pingouins, 1908)
  2. Ce qui constitue le sexe masculin. Capacité d'engendrer ; vigueur sexuelle, puissance sexuelle, capacité à vivre une relation sexuelle épanouie.
    • L'ail renforce la virilité. Augmentez votre virilité grâce à la testotérone!
    • On lui dit que ces chantres n'étaient plus hommes, qu'on les avait dépouillés de leur virilité, afin qu'ils chantassent plus agréablement. (Voltaire, La Princesse de Babylone ,1768)
    • On connaît assez l'influence de l'imagination sur la virilité ; on connaît les effets glaçants de la crainte; on sait que les plus ardentes passions peuvent s'éteindre subitement dans les humiliations d'une impuissance imaginaire. (Émile Jozan, D'une cause fréquente et peu connue d'épuisement prématuré, 1858)
    • Sa virilité finissante. (Zola, Le Docteur Pascal, 1893)
  3. (En particulier) Ensemble des attributs virils, sexe masculin, membre viril.
    • La foule nombreuse qui l’entourait lui prodiguait les applaudissements et les témoignages d’une respectueuse admiration. Il faut vous dire que la nature l’a si richement doté des attributs de la virilité, qu’à la grandeur de ses proportions on le prendrait pour Priape lui-même. (…)Tant il est vrai qu’on fait plus de cas des dons du corps que de ceux de l’esprit !
      (Pétrone, Satyricon, trad. Charles Héguin de Guerle, Garnier, 1861)
    • [Elles étudiaient] jusqu'aux plis que faisait leur virilité dans le pantalon. (Goncourt, Journal, 1878)
    • Comme j'hésitais, dans cette demeure inconnue, à me séparer de certain vêtement sans lequel un homme surpris devient aussi gauche que ridicule, et incapable de toute action, elle me l'arracha de force et emporta dans la pièce voisine, avec toutes mes autres hardes, ce fourreau de la virilité. (Maupassant, Marroca, 1882)
    • FEUILLE DE VIGNE: Emblème de la virilité dans l'art de la sculpture. (Flaubert, Dictionnaire des idées reçues, éd. 1913)
  4. (Littéraire) État ou âge d’homme fait ; époque de la vie d'un homme située entre l'enfance et la vieillesse. SYN. Maturité.
    • Mais s'il est beau de fleurir, il est plus beau de mûrir, il est plus beau de transformer sa mâle adolescence en forte virilité. (Lamartine)
    • Si vous avez pris garde au branle de mes quatre saisons, elles embrassent l'enfance, l'adolescence, la virilité et la vieillesse du monde. (Montaigne, Essais, I, 20 Que philosopher c'est apprendre à mourir, 1595)
    • II y a six degrés d’âges ; savoir : l’enfance proprement dite, infantia ; la seconde enfance, pueritia; l’adolescence, la virilité, la vieillesse et la décrépitude. […]. La virilité qui, suivant l'opinion commune, s'étend de la vingt-cinquième à la quarante-neuvième année, […]. La virilité est l'âge de la vigueur et de l'embonpoint ; c'est celui où les facultés physiques et intellectuelles ont atteint le plus haut degré d’énergie. (Dictionnaire des sciences médicales, vol. 52, p. 415, Panckoucke, 1821)
    • Nous avons tous les yeux attachés sur nos Chroniques, comme si, parvenus à la virilité en marchant vers de plus grandes choses, nous nous arrêtions un moment pour nous rendre compte de notre jeunesse et de ses erreurs. (Vigny, Cinq-Mars, Réflexions sur la vérité dans l'art, 1826)
    • L'adolescence enfin faisait place à la virilité. (Balzac, Un début dans la vie, 1842)
  5. (Sens moral) Caractère de ce qui convient à un homme, de ce qui est digne d’un homme. Caractère de ce qui est viril.
    • [Le duc] prit la résolution de façonner son enfant à son goût. Il éleva Maximilien dans une sainte horreur des livres et des lettres ; il lui inculqua les connaissances mécaniques de l’art militaire, il le fit de bonne heure monter à cheval, tirer l’arquebuse et jouer de la dague. Quand son fils devint grand, il le mena chasser pour qu’il contractât cette sauvagerie de langage, cette rudesse de manières, cette force de corps, cette virilité dans le regard et dans la voix qui rendaient à ses yeux un homme accompli. (Balzac, L' Enfant maudit, 1831)
    • J'ai une liste de toute cette noblesse: le fils de Siward en est, ainsi qu'un grand nombre de jeunes gens encore sans barbe, et qui vont pour la première fois faire acte de virilité. (Shakespeare, Macbeth, éd. 1623, trad. Guizot, 1864)
    • Le sentiment de la virilité inspire à l’homme un noble orgueil, qui se réfléchit dans ses traits, dans son regard, dans ses allures, dans toute sa personne. (Émile Jozan de Saint-André, D'une cause fréquente et peu connue d'épuisement prématuré, p. 289, Masson, 1868)
    • Frédéric, une fois dehors, respira à pleins poumons. Depuis trop longtemps, il contenait son cœur. Il venait de le satisfaire enfin ; il éprouvait comme un orgueil de virilité, une surabondance de forces intimes qui l'enivraient. Il avait besoin de deux témoins. (Flaubert, L'Éducation sentimentale, 1869)
    • Rien de cette pesante vigueur, de cette lourdeur brutale qui chez d'autres peuples passe pour de la virilité: il avait une beauté noble, svelte, gracieuse; mais une énergie élastique, une ténacité à toute épreuve, se révélaient dans chacun de ses mouvements. (Sacher-Masoch, Don Juan de Kolomea, dans Contes galiciens, traduction anonyme de 1874)
  6. Qualités morales (énergie, fermeté, force, vigueur, vaillance, courage, sérieux, dignité) attribuées à l'homme adulte, et en particulier au soldat, mais aussi en dehors du contexte militaire.
    • virilité conquérante, entreprenante, martiale, guerrière.
    • virilité de l'âme, de l'esprit; virilité de l'expression, du style.
    • [Le temple de la Fortune virile à Rome] : (…) La virilité - c'est à dire, la vaillance et prouesse, - [a] besoin du secours de la fortune pour emporter la victoire. (Plutarque, Œuvres morales, trad. Amyot, (1572) éd. 1587)
    • Nous dissimulons sous une molle délicatesse de langage la mâle vigueur, et, pour ainsi dire, la virilité de l'éloquence. (…) Mais pour moi, qui considère avant tout la nature, il n'est pas d'homme, ayant sa virilité, qui ne me paraisse plus beau que le plus bel eunuque. (…) Je ne donnerai pas même le nom d'éloquence à un langage entièrement dépouillé des nobles signes de la virilité, pour ne pas dire de la gravité et de la sainteté. (Quintilien, De l'institution oratoire, V, 13, trad. Louis Baldet, coll. Nisard, éd. Didot, 1865)
    • [Charlus]: (…) Ce parti pris de virilité ne l’empêchait pas d’avoir des qualités de sensibilité des plus fines.
      (Proust, À l’ombre des jeunes filles en fleurs, 1919)
    • Elle s'évadait, pensait-elle,<de l'infériorité de son sexe> par la virilité de son talent; et elle surpassait aussi les hommes puisque, douée des mêmes qualités qu'eux, elle avait en outre le mérite singulier et charmant d'être une femme.
      (Beauvoir, Les Mandarins, 1954)
  7. (XXe siècle) (Sciences sociales) Idée de l'homme, telle qu'elle est véhiculée dans la société, dans le monde du travail et dans les médias. (En particulier) Construction sociale qui situe les individus mâles dans la société et dans leur rapport aux femmes.
    • L'über-sexuel , c'est cet homme viril mais pas macho, soigné mais pas efféminé: il assume sa virilité, sans rouler des mécaniques. Désormais, le mâle est fier d’être ce qu’il est, et il utilise les nouveaux cosmétiques à sa disposition pour mieux plaire. Il a doucement émoussé les angles d’une virilité désormais assumée. Il soigne sa beauté; une beauté nature mais soignée. (Publicité)
    • Ce qui pose problème pour la formation de l'identité sexuelle, c'est que ces idéologies de la virilité se trouvent ainsi régulièrement activées et stabilisées par les rapports sociaux de travail. C'est dire que la « virilité », socialement construite, a un impact considérable sur les comportements et les conduites dans la vie sociale hors de l'entreprise. (Daniel Welzer-Lang, Nouvelles approches des hommes et du masculin, 2000)
    • Mais surtout, c'est au terroriste du même nom qu'il est associé, une allusion où Winter ne manque pas de voir la valorisation que ces jeunes faisaient de l'usage de la force, de la virilité exacerbée. (Philippe Vienne, Comprendre les violences à l'école, 2008)
    • Aux affaires, Madame Thatcher a montré plus de virilité que bien des maris à la laverie.
    • On a toutes en tête une image associée à la virilité. (Marie-Claire, 2013)

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]