à qui pis pis

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Même construction que à qui mieux mieux, pis remplaçant mieux.

Locution adverbiale [modifier le wikicode]

à qui pis pis

  1. (Vieilli) (Rare) À qui mieux mieux, quand l'action dont il s'agit est jugée piètre, mauvaise ou malvenue.
    • Tu sais que pour un mot un peu dit librement,
      On menace mes vers d'un rude châtiment,
      Mot qui bien entendu ne s'attache à personne,
      Et qui n'a point de tort que celui qu'on lui donne :
      Alors mes ennemis jasaient à qui pis pis,
      Parmi tous les discours, j'étais sur le tapis,
      Qui me blâmait bien fort, qui prenait ma querelle,
      Qui s'efforçait prouver ma muse criminelle,
      Qui la veut soutenir sans répréhension,
      Qui ne croit qu'elle soit de mon invention,
      Ainsi chacun parlait selon sa fantaisie,
      Tant de mes facultés que de ma poésie.

      — ([sans nom d'auteur], La ligne écliptique de l'almanach à la mode ; [sans nom d'éditeur ni lieu], 1629, p. 30 [numérotée 40 par erreur].)
    • Moi, je sais bien où tend toute cette satire :
      Ces messieurs n'ont dessein que de nous faire rire,
      Et quand vous les voyez le faire à qui pis pis,
      Ce n'est que pour avoir notre demi-louis.

      — (Jean Chevalier, Les amours de Calotin, acte Ier, scène II ; Thomas Jolly, Paris, 1664, page 13.)
    • L'incurie et la cupidité furent cause de ce que personne ne se soucia ni de conserver aux produits les dimensions et le poids exigés par les règlements, ni de leur donner une bonne qualité ; « il semble qu'ils fassent à qui pis pis ». — (Maxime Kovalewsky, La France économique et sociale à la veille de la Révolution, tome II, chap. II ; V. Giard et E. Brière libraires-éditeurs, Paris, 1911, page 241.)
    • On se tord dans ce coin. Ils rient à qui mieux mieux !
      — Préféreriez-vous à qui pis pis, monsieur ?
      — (Gustave Guiches, Le petit Lancrit, chapitre XXVIII ; J. Ferenczi, coll. Les œuvres inédites, Paris, 1921, page 103.)

Traductions[modifier le wikicode]