âpre

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

(xiie siècle) Du latin asper (« rocailleux »), par l'intermédiaire de l'italien aspro.

Adjectif[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
âpre âpres
/ɑpʁ/

âpre /ɑpʁ/ masculin et féminin identiques

  1. Qui, par sa rudesse ou son âcreté, produit une sensation désagréable aux organes du toucher, de l’ouïe ou du goût.
    • Un vent froid et rude, ce vent qui avait glacé sa jeunesse, traversait la fosse grillée et cadenassée des vautours; une bise plus âpre et plus douloureuse encore soufflait dans la cage des colombes. (Victor Hugo, Les Misérables, II, 8, 9 ; 1862)
    • Le froid est extrêmement âpre.
    • Des sons âpres.
    • Une voix rude et âpre.
    • Ce vin est très âpre à la langue.
    • Voilà des poires bien âpres.
  2. Qui a des aspérités, des inégalités rudes et incommodes.
    • Il nous mena par des chemins âpres et raboteux.
    • Grâce aux mille et mille charretées de terre employées à la butte de cent cinquante pieds de haut et d’un demi-mille de circuit, le plateau de Mont-Saint-Jean est aujourd’hui accessible en pente douce ; le jour de la bataille, surtout du côté de la Haie-Sainte, il était d’un abord âpre et abrupt. (Victor Hugo, Les Misérables, II, 1, 6 ; 1862)
  3. (Figuré) Qui est sévère, dur, violent.
    • Ainsi on ne pourrait plus contester qu'il y ait une opposition absolue entre le syndicalisme révolutionnaire et l’État ; cette opposition prend en France la forme particulièrement âpre de l’antipatriotisme, […]. (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, 1908, p.152)
    • La laïcité est engagée dans une lutte âpre et décisive contre le cléricalisme. L’État se bat contre l'Église. (Jean Rogissart, Passantes d'Octobre, 1958)
    • Tous les actes extérieurs de sa vie, son âpre ambition, sa rude soif de l'or, tout cela n'était qu'un moyen et non un but. (Michel Zévaco, Le Capitan, 1906)
    • Il lui fit une réprimande fort âpre.
    • C’est un homme qui a l’esprit âpre et austère, l’humeur âpre.
  4. Qui se porte avec trop d’ardeur à quelque chose.
    • Nous blâmons l’Église quand elle est saturée d’intrigue, nous méprisons le spirituel âpre au temporel ; mais nous honorons partout l’homme pensif. (Victor Hugo, Les Misérables, II, 7, 8 ; 1862)
    • Il est âpre au gain.
    • Il est âpre au jeu, à la chasse.

Expressions[modifier | modifier le wikicode]

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikicode]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier | modifier le wikicode]

 (information à préciser ou à vérifier)

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]