âpre

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

(xiie siècle) Du latin asper (« rocailleux »), par l'intermédiaire de l'italien aspro.

Adjectif[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
âpre âpres
/ɑpʁ/

âpre /ɑpʁ/ masculin et féminin identiques

  1. Qui, par sa rudesse ou son âcreté, produit une sensation désagréable aux organes du toucher, de l’ouïe ou du goût.
    • Un vent froid et rude, ce vent qui avait glacé sa jeunesse, traversait la fosse grillée et cadenassée des vautours; une bise plus âpre et plus douloureuse encore soufflait dans la cage des colombes. (Victor Hugo, Les Misérables, II, 8, 9 ; 1862)
    • Le froid est extrêmement âpre.
    • Des sons âpres.
    • Une voix rude et âpre.
    • Ce vin est très âpre à la langue.
    • Voilà des poires bien âpres.
  2. Qui a des aspérités, des inégalités rudes et incommodes.
    • Il nous mena par des chemins âpres et raboteux.
    • Grâce aux mille et mille charretées de terre employées à la butte de cent cinquante pieds de haut et d’un demi-mille de circuit, le plateau de Mont-Saint-Jean est aujourd’hui accessible en pente douce ; le jour de la bataille, surtout du côté de la Haie-Sainte, il était d’un abord âpre et abrupt. (Victor Hugo, Les Misérables, II, 1, 6 ; 1862)
  3. (Figuré) Qui est sévère, dur, violent.
    • Ainsi on ne pourrait plus contester qu'il y ait une opposition absolue entre le syndicalisme révolutionnaire et l’État ; cette opposition prend en France la forme particulièrement âpre de l’antipatriotisme, […]. (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, 1908, p.152)
    • La laïcité est engagée dans une lutte âpre et décisive contre le cléricalisme. L’État se bat contre l'Église. (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Tous les actes extérieurs de sa vie, son âpre ambition, sa rude soif de l'or, tout cela n'était qu'un moyen et non un but. (Michel Zévaco, Le Capitan, 1906, Arthème Fayard, coll. « Le Livre populaire » #31, 1907)
    • Il lui fit une réprimande fort âpre.
    • C’est un homme qui a l’esprit âpre et austère, l’humeur âpre.
  4. Qui se porte avec trop d’ardeur à quelque chose.
    • Nous blâmons l’Église quand elle est saturée d’intrigue, nous méprisons le spirituel âpre au temporel ; mais nous honorons partout l’homme pensif. (Victor Hugo, Les Misérables, II, 7, 8 ; 1862)
    • Il est âpre au gain.
    • Il est âpre au jeu, à la chasse.

Expressions[modifier | modifier le wikicode]

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikicode]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier | modifier le wikicode]

 (information à préciser ou à vérifier)

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]