écailler

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Verbe[modifier | modifier le wikicode]

écailler \e.kɑ.je\ ou \e.ka.je\ transitif 1er groupe (conjugaison) (pronominal : s’écailler)

  1. Dépouiller les écailles d’un poisson, d’un reptile, etc.
    • Vous n’avez pas bien écaillé cette carpe, ce brochet. Écailler des huîtres.
  2. Couvrir d'un ornement, d'un décor en forme d'écaille.
  3. Donner la couleur de l'écaille de tortue à un objet.
  4. (Technique) Gratter le plomb avant de le souder.
  5. (Technique) Détacher au moyen d'un marteau des éclats pour en faire des pierres à fusil.
  6. (Pronominal) Se détacher par écailles, par plaques minces.
    • Et à deux lieues, dans les hangars de la douane de Mazagan, les matériaux d'un pont en fer, dont la construction avait été décidée il y a une cinquantaine d'années par Sidi Mohammed, s’oxydent et s’écaillent. (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 144)
    • Je m’apprête à allumer la lampe. Je frotte une allumette. Elle ne prend pas, le phosphore s’écaille, elle se casse. Je la jette, et, un peu las, j’attends… (Henri Barbusse, L’Enfer, Éditions Albin Michel, Paris, 1908)
    • La porcelaine Philippe Deshoulières est cuite à 1400°C […] De ce fait, elle bénéficie d’une très grande résistance à la rayabilité. Elle ne s’écaille pas et ne se craquelle pas […] (Dominique Auzias, Le Petit Futé : Châteaux de la Loire, 2010, p. 143)

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin écailler
\e.kɑ.je\
ou \e.ka.je\
écaillers
\e.kɑ.je\
ou \e.ka.je\
Féminin écaillère
\e.kɑ.jɛʁ\
ou \e.ka.jɛʁ\
écaillères
\e.kɑ.jɛʁ\
ou \e.ka.jɛʁ\

écailler masculin

  1. Personne qui ouvre des huîtres pour les vendre.
    • Elle avait d’ailleurs quelque argent, laissé par une marchande d’huîtres, qui l’avait recueillie quand elle fut déposée sur le quai du Havre par un capitaine américain. […] Venant au Havre, il y abandonna aux soins de cette écaillère apitoyée, ce petit animal noir caché à son bord […] (Guy de Maupassant, Boitelle dans Les Contes normands)
    • Voilà l’écaillère qui, de sa grosse voix, se met à crier : « Pipelet, tu viens bien tard, mon ange ! » (Eugène Sue, Les Mystères de Paris, 1843)

Anagrammes[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]