écobuage

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Date à préciser) De écobuer avec le suffixe -age.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
écobuage écobuages
\e.kɔ.bɥaʒ\

écobuage \e.kɔ.bɥaʒ\ masculin

  1. (Sens propre) (Agriculture) Opération qui consiste à enlever la couche superficielle du terrain et à brûler sur place les matières organiques qu’elle renferme puis à répandre les cendres de manière uniforme sur le sol. C'est à la fois un mode de désherbage et un façon de modifier les propriétés du sol.
    • Le désaccord qui s'est manifesté entre les agriculteurs et les agronomes , quant aux résultats plus ou moins avantageux de l’écobuage sur les terres qu'on soumet à cette opération , provient uniquement de ce qu'on n'avait pas distingué les diverses natures des sols. — (Jules Rossignon, Traité élémentaire de chimie agricole, Paris : au bureau de la Bibliothèque des sciences, 1843, part.1, p.61)
    • Pendant les heures chaudes de la journée, la gelée blanche fumait sur les labours, et maintenant qu’avec la guerre tous les émigrants étaient rentrés, on voyait en grand nombre des hommes au travail qui défrichaient les pentes : après avoir coupé à la serpe les buissons de genévrier et d’épine-vinette, ils piochaient le terrain, séparant les touffes d’herbe et les racines de la terre noire et des pierres dont ils faisaient un tas ; avec les plus grosses ils dressaient ensuite une murette à sec ; celles qui restaient servaient au remblayage avec le gravier et la terre ; sur la terre ils faisaient l’écobuage avec les mottes d’herbe, les racines et les buissons car le résidu de la combustion était un excellent engrais. — (Mario Rigoni Stern, Histoire de Tönle, 1978 ; traduit de l’italien par Claude Ambroise et Sabina Zanon Dal Bo, 1988, p. 63)
  2. (Par analogie) (Pastoralisme) Brulis de landes et de maquis effectués pour faciliter la repousse d'une jeune végétation pour le pâturage.
    • L’indice de qualité de l’air est calculé à partir du taux de dioxyde d’azote, de soufre et d’ozone – qui dépendent tous trois, pour l’essentiel, du trafic routier et des industries – et des particules fines en suspension dans l’air (particules d’un diamètre inférieur à 10 micromètres), plutôt issues des chauffages domestiques et des « brûlages agricoles et pastoraux », anciennement appelés « écobuages ». Cette technique consistant à brûler la couche herbue, qui apporte de la potasse au sol et favorise la repousse d’herbe verte au printemps, est mise en œuvre entre 500 et 1 800 m d’altitude. — (Denis Sergent -Les Pyrénées à leur tour victimes de la pollution’' – Journal La Croix, page 8, 4 janvier 2017)

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]