églantinard

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(17/07/1900) Dérivé de églantine avec le suffixe -ard.
Mot injurieux créé par le journaliste nationaliste et antidreyfusard Henri Rochefort en référence à l’églantine rouge, portée notamment lors des commémorations du 14 juillet 1900.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
églantinard églantinards
\e.glɑ̃.ti.naʁ\

églantinard \e.ɡlɑ̃.ti.naʁ\ masculin

  1. (Péjoratif) (Désuet) Nom donné par la presse nationaliste, entre 1900 et le début des années 1920, aux socialistes et apparentés qui se rassemblaient en portant l’insigne de l’églantine rouge à la boutonnière (assimilés généralement par cette presse à des voyous cherchant à faire le coup de poing).
    • Ils étaient huit cents, courant d’un point à un autre, et filant comme des lièvres dès qu’ils se trouvaient en face de la foule compacte des patriotes. Et sur ce nombre plutôt exagéré de huit cents églantinards, quatre cents, au moins, sortis des prisons depuis la veille, n’étaient là que pour voler, dans les bagarres, le. plus possible de chaînes et de porte-rmonnaie. — (Henri Rochefort, La leçon d’avant-hier, L’Intransigeant, 17/07/1900, page 1)
    • Tandis que M. Combes regarde d’un œil amical ces églantinards , ces apaches qui l’escortent en brandissant leurs gourdins et leurs drapeaux rouges, prête une oreille charmée à l’Internationale et à la Carmagnole, M. Chaumié préférerait une autre compagnie et d’autres refrains. — (Paul Bosq, M. Chaumié, Le Petit Marseillais, 29/09/1903, page 1)
    • Les églantinards montrent le poing et crient : « A bas la calotte ! » devant un prêtre à cheveux blancs ; ils sont doux comme des moutons quand un Juif lance son auto au milieu d’eux et les engueule par-dessus le marché. — (Édouard Drumont, L’automobilisme au conseil municipal, La Libre Parole, 05/01/1904, page 1)
    • Les délégués de la C.G.T.U, traînant derrière eux une poignée d’églantinards qui chantaient l’Internationale, ont défilé entre deux haies serrées de catholiques dont la discipline parfaite a rendu vaines leurs provocations. — (Manifestations catholiques, L’Action française, 30/03/1925, page 2)

Traductions[modifier le wikicode]