émigration

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : emigration

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(Siècle à préciser) Du latin emigratio.

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
émigration émigrations
\e.mi.ɡʁa.sjɔ̃\

émigration \e.mi.ɡʁa.sjɔ̃\ féminin

  1. Action d’émigrer ; fait d’être émigré.
    • Il faut que la misère des Islandais soit bien grande pour les déterminer à émigrer. L’émigration islandaise a commencé en 1870, sous l’impulsion de M. Olafsson, journaliste radical et membre du parlement de Reykjavik. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, p.27)
    • Ils auraient alors passé de l’Ouest à l’Est, vers la fin du tertiaire, dans le sens contraire à celui qu'on attribuait à l’émigration humaine. — (René Thévenin & Paul Coze, Mœurs et Histoire des Indiens Peaux-Rouges, Payot, 1929, 2e éd., p.15)
    • La grande majorité des juifs étant irrédentiste et n'entendant nullement subir le joug germanique aussitôt après le traité de Francfort, un grand mouvement d’émigration se dessina. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
  2. (Absolument) (Histoire) Fuite des aristocrates à l'étranger qui se produisit pendant la Révolution française.
    • Sa Seigneurie monsieur le duc d’Hérouville, un fruit de l’automne matrimonial du dernier gouverneur de Normandie, est né pendant l’émigration, en 1796, à Vienne. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
  3. (Par extension) (Péjoratif) Ensemble de ces aristocrates eux-mêmes.
    • Mais tous les actes du gouvernement royal ne furent qu'une réaction aussi niaise que violente contre le passé; l’émigration traita la France en pays conquis; l'ancien régime brava avec une ineptie digne du délire de Coblentz tous les intérêts et les sentiments nationaux. — (Théophile Lavallée, Histoire des français: depuis le temps des Gaulois jusqu'en 1830, Paris : J. Hetzel & Paulin, 1841, 3e éd., vol.4, p.535)

Traductions[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]