épiscopat

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Du latin episcopatus.

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
épiscopat épiscopats
\e.pis.kɔ.pa\

épiscopat \e.pis.kɔ.pa\ masculin

  1. (Religion) Dignité d’évêque.
    • Le jour où l’abbé Le Tilloy des Mofflaines fut promu à l’épiscopat, il supplia Gévresin de le suivre. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
  2. Corps des évêques.
    • « Rien n'est prévu pour le moment », a déclaré un porte-parole de l’épiscopat argentin, le prêtre Jorge Oesterheld. — (Le Devoir, 6 juillet 2007)
    • Avant même l'assemblée de Winnipeg, l'Église du Canada donnait des signes de division, parmi ses communautés locales mais aussi au sein de la hiérarchie. Ainsi, en mai dernier, dans une lettre au clergé et aux fidèles, l’épiscopat émettait une réserve quant à cette « bénédiction », déjà acceptée à Vancouver et à Toronto. — (Le Devoir, 26 juin 2007)
    • Les conciles généraux par contre, sont ceux auxquels est largement représenté l’épiscopat des diverses parties de la chrétienneté, mais auxquels n'a pas été reconnu le caractère de l’œcuménicité. — (Pamphile Akplogan, L'enseignement de l’Église catholique sur l'usure et le prêt à intérêt, L'Harmattan, 2010, p.117)
  3. Temps pendant lequel un évêque a occupé son siège.
    • Le chœur, le transept et les chapelles ont été élevés sous l’épiscopat de Pierre de Roquefort, de 1300 à 1320. — (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
    • Après la mort de l'évêque Éracle de Liège dont l'épiscopat avait été agité, Notger est nommé pour le remplacer. — (Riché, Pierre, Les grandeurs de l'an mille, Bartillat, 1999)

Apparentés étymologiques[modifier]

→ voir -at

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier]

Traductions[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]