épitrope

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Voir aussi : epitrope

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Nom 1) Du latin epitrope.
(Nom 2) Du grec επίτροπος, epitropos (« commissaire »).

Nom commun 1 [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
épitrope épitropes
\e.pi.tʁɔp\

épitrope \e.pi.tʁɔp\ féminin

  1. (Rhétorique) Concession.
    • Il y a un tour de Fiction, au moyen duquel la penſée ne doit pas être entendue littéralement comme elle eſt énoncée, mais qui laiſſe apercevoir le véritable point de vûe en le rendant ſeulement plus ſenſible & plus intéreſſant par la Fiction même. De là naissent l’Hyperbole, la Litote, l’Interrogation, la Dubitation, la Prétérition, la Réticence, l’Interruption, le Dialogiſme, l’Épanorthoſe, l’Épitrope, & l’Ironie ; celle-ci ſe ſoudiviſe, à raison des points de vûe ou des tons, en ſix eſpèces ; ſavoir, la Mimèſe, le Chleuaſme ou Perſifflage, l’Aſtéiſme, le Charientiſme, le Diaſirme, & le Sarcaſme. — (Encyclopédie méthodique : Grammaire et Littérature, tome second, Panckoucke / Plomteux, Paris / Liège, 1784)

Traductions[modifier le wikicode]

Nom commun 2[modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
épitrope épitropes
\e.pi.tʁɔp\

épitrope \e.pi.tʁɔp\ masculin

  1. En Turquie et en Grèce, commissaire choisi parmi les chrétiens grecs.
    • Naxos a eu la liberté de créer des magistrats tous les ans ; en sorte qu’elle fait, sous la domination des Turcs, comme une petite république à part. Ses magistrats se nomment épitropes. — (« Naxos », dans L’Encyclopédie, 1751)

Apparentés étymologiques[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]