équivoque

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : équivoqué, equivoque

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(1220) Du latin aequivocus, composé de aequus (« égal ») et vox (« voix »).

Adjectif[modifier]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
équivoque équivoques
\e.ki.vɔk\

équivoque \e.ki.vɔk\ masculin et féminin identiques

  1. Qui a un double sens, qui peut recevoir plusieurs interprétations et qui convient à différentes choses.
    • Ce discours est équivoque.
    • Parole, terme, mot équivoque.
    • Expression équivoque.
    • ... ils m'amenaient la fillette, qui commençait à peine à marcher, et par des gestes non équivoques, m'invitaient à la prendre pour femme... (Lévi-Strauss, Tristes tropiques, 1955, p. 325)
  1. Qualifie toutes les choses sur lesquelles on peut porter des jugements opposés.
    • Les grandes cornes qui surmontent la tète du bouc, et la longue barbe qui est suspendue à son menton, lui donnent un air bizarre et équivoque […] (Georges-Louis Leclerc de Buffon, Œuvres complètes, tome 3, Furne & Cie, Paris, 1842, page 602)
    • Les amies de Giselle s’étaient levées et répondaient par des sourires aux œillades équivoques dont on les fusillait. (Francis Carco, Images cachées, Éditions Albin Michel, Paris, 1928)
  2. (Par extension) Se dit d’une personne à qui l’on ne peut se fier.
    • Un homme équivoque.

Synonymes[modifier]

Antonymes[modifier]

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Nom commun[modifier]

Singulier Pluriel
équivoque équivoques
\e.ki.vɔk\

équivoque \e.ki.vɔk\ féminin

  1. Phrase, parole à double entente ; action susceptible d’être diversement interprétée ; malentendu.
    • Du langage français bizarre hermaphrodite,
      De quel genre te faire, équivoque maudite,
      Ou maudit? car sans peine aux rimeurs hasardeux,
      L'usage encor, je crois, laisse le choix des deux.
      (Nicolas Boileau, Satire XII – Sur l'équivoque, 1703)
    • Une pareille entreprise est une insanité ; aussi aboutit-elle à des équivoques, quand elle n’oblige pas les députés à des attitudes d’une déplorable hypocrisie. (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, chap. II, La Décadence bourgeoise et la violence, 1908)
    • Il y a eu dans sa conduite en cette occasion une équivoque fâcheuse.
  2. (Par extension) Difficulté qu’il y a d’interpréter une parole, une action peu claire.
    • Sa conduite prête à l’équivoque.

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Forme de verbe[modifier]

Conjugaison du verbe équivoquer
Indicatif Présent j’équivoque
il/elle/on équivoque
Imparfait
Passé simple
Futur simple
Subjonctif Présent que j’équivoque
qu’il/elle/on équivoque
Imparfait
Impératif Présent (2e personne du singulier)
équivoque

équivoque \e.ki.vɔk\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de équivoquer.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de équivoquer.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de équivoquer.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de équivoquer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de équivoquer.

Références[modifier]

Moyen français[modifier]

Étymologie[modifier]

Du latin aequivocus, composé de aequus (« égal ») et vox (« voix »).

Nom commun[modifier]

équivoque \Prononciation ?\

  1. Expression qui peut être lue en deux sens différents dont un graveleux en intervertissant certaines lettres. On utilise aujourd’hui le mot contrepèterie, mais Rabelais employait indifféremment en ce sens antisrophe, équivoque.
    • Mais, (dist il) equivocquez sur A Beaumont le Viconte. Je ne sçaurois, dist elle. C’est (dist il), A beau con le vit monte. (Rabelais, Pantagruel, 1532)