étouffe-chrétien

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Siècle à préciser) De étouffer et chrétien.

Adjectif [modifier le wikicode]

Invariable
étouffe-chrétien
\e.tuf.kʁe.tjɛ̃\

étouffe-chrétien \e.tuf.kʁe.tjɛ̃\ masculin et féminin identiques invariable

  1. (Par hyperbole) Très nourrissant ; bourratif au point d'être indigeste.
    • Aux marrons, étouffe-chrétien, parce que ça ne suffit pas de tuer le Christ, il faut tuer les chrétiens aussi. — (Christine Angot, La peur du lendemain, nouvelle, supplément au magazine « Elle », 2000, page 13.)
    • C'est le cuisinier le plus inventif en Lot-et-Garonne et même peut-être dans tout le Sud-Ouest. Il mérite le déplacement jusqu'à ce petit village de Moirax, […]. Une cuisine éclatante qui fait facilement oublier foies gras, magrets et autres spécialités locales un peu étouffe-chrétien. — (Petit Futé Lot-et-Garonne 2017/2018)

Synonymes[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
étouffe-chrétien étouffe-chrétiens
\e.tuf.kʁe.tjɛ̃\

étouffe-chrétien masculin

  1. (Par hyperbole) Plat bourratif au point d'être indigeste.
    • Mais trop d'Auvergne, c'est comme trop de potée de la même origine ou trop de patranque qu'on appelle aussi aligot, c'est de l’étouffe-chrétien pour ceux qui ne sont pas nés natifs du Cantal et des départements limitrophes. — (Pierre-Jean Remy, Chambre noire à Pékin, éd. Albin Michel, 2013, chap. 10)
    • En entrée, Léontine avait concocté une soupe au riz et fayots (riz e faseuil), sorte d’étouffe-chrétien populaire au Piémont. — (Jacques Penna, La Famille Rompiballi, Mon Petit Éditeur, 2014, p. 25)
    • On est vraiment de l’autre côté des Pyrénées. Un petit café noir. Café negro. Il y a tout un assortiment de biscuits collants, de pâtisseries compactes, d’étouffe-chrétiens emballés sous cellophane, conditionnés. — (Jean-Pierre Koffel, C'est ça que Dieu nous a donné: roman policier, Rabat : Editions Marsam, 2003, p. 71)

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]