œillader

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Voir aussi : oeillader

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

De œillade avec la désinence -er.
Étienne Pasquier écrivait : « Permettez-moy de grâce œillader vos lumières » [1]. L’emploi transitif direct de ce verbe semble avoir été dominant, sinon exclusif, jusqu'au XVIIIe siècle, après quoi il se raréfie.

Verbe [modifier le wikicode]

œillader \œ.ja.de\ transitif direct, transitif indirect et intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Littéraire) Lancer des œillades.
    • À l’automne, les concerts, les thés, les théâtres attiraient même affluence de robes transparentes et de mentons embéguinés ; on rigaudonne, on prend des glaces chez Garchy et chez Velloni ; le pavillon de Hanovre fait fureur dans cette partie de l’ancien hôtel de Richelieu, les déesses couronnées de roses, parfumées d’essence, flottant dans leurs robes à l’athénienne, œilladent aux incroyables, agitent l’éventail, vont, viennent, tourbillonnent, rieuses, chiffonnées, provocantes, le verbe haut, l’œil insolent, cherchant le mâle. — (Octave Uzanne, La Française du siècle : modes, mœurs, usages, A. Quantin, 1886, p. 26)
    • Les froides pierres, elle les sentait brûler son corps ; malgré l’emprise que jetait cette mise en scène sur son imagination, elle regardait Nebo d’un œil mouillé ; sa pose rigide était bien d’une déesse, son regard œilladait. — (Joséphin Peladan, La Décadence latine, éthopée. IV. À cœur perdu, G. Edinger, 1888, p. 287)
    • Ses joues caves étaient fleuries de poudre et d’un soupçon de rouge. Ses cheveux, aux longues mèches rares, étaient plus verts que jamais. Son râlelier flamboyait invraisemblablement. Il œilladait aux bonnes ahuries. — (Jean Richepin, La Miseloque : choses et gens de théâtre, G. Charpentier et E. Fasquelle, 1893, p. 104)

Traductions[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

  • [1] Poëmes des Grands Jours de Poictiers dans Les Œuvres d’Estienne Pasquier, Amsterdam, 1723, t. 2, p. 995.