Annexe:Écriture inclusive en français

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

En francophonie, l’écriture inclusive est l’une des appellations données[1] à l’emploi de différentes règles et pratiques langagières qui cherchent à éviter toute discrimination sexiste par le langage ou l'écriture[2].

Cette page d’annexe traite de cette thématique, en s’appuyant notamment sur un document a été édité par l’agence de communication d’influence Mots-Clés[3]. Par la suite, ce document et le terme écriture inclusive sont utilisés sans distinction.

L’écriture inclusive, telle que décrite ici, est un ensemble de conseils. Elle s’axe principalement autours de trois pratiques[4] :

  1. genrer grammaticalement les noms des rôles sociaux en accord avec le genre social des personnes qui les endossent ;
  2. énoncer de manière manifeste la présence des genres distincts dans les groupes mixte en le féminin et le masculin ;
  3. s’abstenir d’utiliser les substantifs ségrégatifs, même majuscilisés, comme Femme et Homme, en désignant le genre humain entier par une gent sexuelle excluante.

Le genrage des noms de rôle[modifier le wikicode]

Ce premier axe vise à associer, et donc rendre plus manifeste, le genre civique de la personne occupant un rôle socio-économique. Il se distingue donc de la pratique qui préconise l’emploi du genre grammaticale masculin indépendamment de la personne qui l’occupe. Le français possède déjà traditionnellement beaucoup de noms de rôle féminins, et cette pratique ne soulève généralement pas de contestation dans les rôles traditionnellement associés aux femmes en francophonie, d’autant moins que le rôle n’est pas socialement prestigieux. Ainsi, que femme de ménage soit le pendant d’homme de ménage, ne suscite généralement que peu de réprobation.

L’écriture inclusive décrite ici propose de systématiser cette pratique partout où une femme peut être concernée. Elle préconise donc par exemple madame la présidente, non pas madame le président, ou encore une autrice, non auteur, si la personne est une femme.

En ce qui concerne la féminisation des noms de métiers en français, la Belgique promulgue un décret en 1993, la France lance une Commission de féminisation des noms de métier et de fonction en 1984, publie une première circulaire en 1986, une seconde en 1998 et une troisième en 2019. Au Québec elle s’est diffusée dans la société suite à une recommandation officielle favorable de l’Office québécois de la langue française (OQLF) publié en 1979.

De son côté, l’Académie française, après quelques publications allant de l’usuel « observation et approbation de l’usage », en passant par des indications plutôt défavorables voir hostiles, acquiesce désormais cette pratique[5].

L’ouvrage Grammaire non sexiste de la langue française : le masculin ne l'emporte plus ![6] préconise pour sa part plutôt une « féminisation ostentatoire », où le titre féminin se distingue à l’oral aussi bien qu’à l’écrit. Il s’agit donc de privilégier professeuse à professeure, ou doctoresse à docteure[7][8].

Distinction énonciative des groupes mixtes[modifier le wikicode]

L’écriture inclusive suggère d’utiliser le genre grammatical féminin et masculin de manière plus paritaire pour référer à des groupes mixtes partout où cela s’avère opportun. Cela exclue notamment les substantifs de groupe de personnes eux-même épicènes, comme abacistes, architectes, philosophes, zythophiles pour lesquels aucune adaptation particulière n’est préconisée.

Pour le cas général, c’est l’énumération exhaustive des sous-groupes sexués par ordre alphabétique qui est recommandée : celles et ceux, tous les Acadiens et toutes les Acadiennes. Des alternatives via barre oblique peuvent transcrire des distinguos qui n’ont pas nécessité d’être restitués lors d’une lecture orale pour cause d’épicène homophonique : pour cher/chère membre du personnel, l’énonciation orale pourra conserver un unique adjectif épithète /ʃɛʁ mɑ̃bʁ dy pɛʁ.sɔ.nɛl/.

À l’écrit, l’utilisation d’un terme abrégeant l’ensemble des sous groupes est suggéré si le besoin de concision est ressenti, sachant que plusieurs usages ont court.

Présentation des différents usages d’abréviation ayant court
Type Abréviation Forme étendue correspondante Remarques
Classique Drs

Pr

Docteurs et doctoresses

Professeurs et professeuses

Fonctionne uniquement lorsqu’une interprétation orale énumérative peut se faire en ce sens. Ainsi MM, traditionnellement utilisé comme abréviation de Messieurs ne sera pas compatible avec cet usage.
Contraction avec point médiant : étudiant·es étudiants et étudiantes
Contraction avec trait d’union technicien-ne technicien ou technicienne
Alternative affixale entre parenthèses jou(eur|euse)s joueurs et joueuses Forme semblable à ce qui est employé dans les expressions rationnelles pour grouper des alternatives de séquences lexicales.
Adjonction affixale entre parenthèse avocat(e) avocat ou avocate Ce cas est parfois décrié pour la possible interprétation symbolique ou la personne de sexe féminin est « seulement mis entre parenthèses », autrement dit, signifiant qu’on minorais ou oublierais volontiers l’existence de cette partie.

La pratique retient aussi l’accord de proximité dans les cas qui s’y prêtent :

  • Les garçons et les filles sont grandes.
  • Les filles et les garçons sont grands.

Les adjectifs sont ainsi accordés par rapport au genre du nom le plus proche et non plus en fonction de la présence d’un nom grammaticalement masculin.

Préconisations sur les formes abrégés[modifier le wikicode]

Les abréviations, comme celles utilisant le point médian peuvent susciter des formes de rejet aux motivations diverses : accessibilité, forme d’écriture inacoutumière, esthétique typographique… D’où une préconisation d’un « usage raisonné » de cette pratique, en particulier du point médian, dont il est conseillé de limiter la présence à une seule occurrence maximum par mot, pour séparer la base commune des flexions des affixes de fléchissement. De plus, il est recommandé de la réserver à des cas d’ajouts et non de substitution Pas clair.

Exemples de recommandations d’abrègement à privilégier et à éviter
Forme complète Abréviation
suggérée déconseillée alternatives[N 1]
étudiants et étudiantes[N 2] étudiant·es étudiant·e·s étudiant-es, étudiant.es, étudiant(e)s, étudiantEs
contributeurs et contributrices[N 2] contribut·eur·rice·s contributaires

De manière générale les abréviations n’ont pas vocation à être restitués oralement de manière fidèle à l’écrit. Ainsi, « étudiant·es » devrait se lire indistinctement de « étudiantes et étudiants ».

Utiliser des hyperonymes sémantiquement mixtes[modifier le wikicode]

Le but est de ne plus utiliser les antonomases de noms communs Femme et Homme avec des majuscules pour désigner des groupes humains. On utilisera le terme humain et on ne parlera donc plus des

L’idée motivant cette recommandation, c’est qu’en désignant le genre humain entier par une gent sexuelle excluante, c’est toute autre forme de sexe biologique qui est tacitement récusé d’une humanité digne d’être explicitée. Aussi cette forme d’expression préconise l’emploi de droits humains et non droits de l’Homme. Et de manière générale, même majuscilisés, de ne pas employer Homme en ce sens de groupement désignant l’ensemble de l’humanité. Il est évidemment également préconisé de ne pas employer Femme en ce sens, mais un tel emploi s’il a jamais été demeure au plus d’usage confidentiel.

Notes[modifier le wikicode]

  1. Elles peuvent notamment être employés comme palliatifs techniques, le point médian n’étant pas disponible facilement sur certaines dispositifs de saisie, il peut se retrouver remplacé par d’autres éléments typographiques. Le point médian est généralement accessible sur la disposition de clavier Azerty. Sous Linux, « AltGr » + « : » suffit généralement. Sous Windows l’utilisation des touches « Alt » + « 0183 » (on maintient appuyé la touche « Alt » pendant qu’on tape la combinaison 0183). Sur un clavier Bépo, il faut combiner « Alt Gr » + « Shift » + « . ».
  2. a et b Avec tri par ordre alphabétique, comme recommandé précédemment.

Références[modifier le wikicode]

  1. D’autres termes ont court : langage épicène, rédaction épicène, rédaction non sexiste, parité linguistique, langage neutre, langage ouvert, langage non sexiste et langage dégenré. Parité linguistique fait référence au principe de parité socio-économique entre les femmes et les hommes. Rédaction non sexiste est employé surtout en Suisse.
  2. L'élimination du sexisme dans le langage : recommandation no R (90) 4 adoptée par le Comité des Ministres du Conseil de l'Europe le 21 février 1990 et exposé des motifs, Les éd. du Conseil de l'Europe, 1995 ISBN 978-92-871-1954-4 (OCLC 717422357).
  3. Mots-Clés.
  4. Écriture inclusive sur Agence de communication Mots-Clés.
  5. La féminisation des noms de métiers et de fonctions.
  6. Michaël Lessard, Grammaire non sexiste de la langue française : le masculin ne l'emporte plus!, 2017 ISBN 978-2-924327-64-7, ISBN 2-924327-64-4 (OCLC 1006799375)
  7. Michaël Lessard, Suzanne Zaccour, Parler féministe. Petit guide de féminisation ostentatoire, dans L'Esprit libre, 7 mars 2017 [texte intégral]
  8. Michaël Lessard, Suzanne Zaccour, Manuel de grammaire non sexiste et inclusive, Éditions Syllepse, 2018.