Annexe:Conjugaison en breton

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La conjugaison d’un verbe en breton est une construction en trois parties :

  • un radical (ou base verbale),
  • une marque de temps,
  • une marque de personne.

La formation des radicaux peut être régulière (kanañ/kan-) ou non (treiñ/tro-), mais une fois que ces radicaux sont connus, les exceptions au schéma général de conjugaison sont rarissimes : elles ne portent que sur quelques verbes (bezañ, dont/mont, gouvezout/gouzout (goût), kaout, ober). Certains verbes — c'hoari, dibab, klask, lenn, selaou, etc — présentent la particularité d'avoir un radical strictement identique à leur infinitif.

Généralités[modifier le wikicode]

La terminaison de l’infinitif n’est pas toujours stable. On rencontre simultanément des terminaisons comme -out et -et (gwelout/gwelet) ; -añ et -al (studiañ/studial).

La cohabitation de forme écrite et orale ou bien de plusieurs formes dialectales est très courante (particulièrement visible pour le verbe gouzout).

Les temps du breton
Temps Exemple Traduction
présent Bara a zebr Yann Yann mange du pain
imparfait Bara a zebre Yann Yann mangeait du pain
passé simple / prétérit Bara a zebras Yann Yann mangea du pain
futur Bara a zebro Yann Yann mangera du pain
impératif Debr bara ! Mange du pain !
conditionnel (potentiel) Bara a zebrfe Yann Yann mangerait (certainement) du pain
conditionnel (irréel) Bara a zebrje Yann Yann mangerait (peut-être) du pain

Pour un même temps, le breton permet de nombreuses conjugaisons :

  • Skrivañ a rin ul lizher warc’hoazh (écrire je ferai une lettre demain)
  • Ul lizher a skrivin warc’hoazh (une lettre j’écrirai demain)
  • Warc’hoazh e skrivin ul lizher (demain j’écrirai une lettre)
  • Me a skrivo ul lizher warc’hoazh (moi, j’écrirai une lettre demain)
  • Ul lizher a vo skrivet ganin warc’hoazh (une lettre sera écrite par moi demain ; au passif, très courant en breton)

Terminaisons infinitifs[modifier le wikicode]

On trouve les terminaisons suivantes :

  • pas de terminaison
  • -a
  • -al
  • -añ
  • -aat
  • -at
  • -ek (rare)
  • -el
  • -en
  • -er
  • -et
  • -ezh (rare)
  • -in (rare)
  • -iñ
  • -out

Terminaisons des conjugaisons des verbes réguliers[modifier le wikicode]

Présent indicatif[modifier le wikicode]

Terminaison Prononciation
-an /ɑ̃n/
-ez /es/
rien, parfois /a/
-omp /ɔ̃mp/ , /hɑ̃mp/
-it /et/
-ont /õɲc/ , /ɑ̃ɲc/
-er /e:ʁ/

Imparfait indicatif[modifier le wikicode]

L’imparfait est marqué par le lettre e.

Terminaison Prononciation
-en /en/
-es /es/
-e /e/
-emp /emp/
-ec’h /ɛx/
-ent /eɲc/
-ed /et/

Futur indicatif[modifier le wikicode]

Le futur est marqué par les lettres i et o.

Terminaison Prononciation
-in /ɪn/
-i /i/
-o ; -y /o/ ; /j/
-imp /emp/
-ot ; -oc’h /ət/ , /ɔt/ ; /ɔx/
-int /ɪɲc/
-or /ɔ:ʁ/

Passé simple indicatif[modifier le wikicode]

Le passé simple est marqué par la lettre j.

Terminaison Prononciation
-is /is/
-jout /ʒut/, /ʃut/
-as /as/
-jomp /ʒɔ̃m(p)/, /ʃɔ̃m(p)/
-joc’h /ʒɔx/, /ʃɔx/
-jont /ʒɔ̃ɲ(t)/, /ʃɔ̃ɲ(t)/
-jod /ʒɔt/, /ʃɔt/

Conditionnels[modifier le wikicode]

Le conditionnel 1 (ou conditionnel présent, ou potentiel) est marqué par les lettres fe.

Terminaison Prononciation
-fen /fen/
-fes /fes/
-fe /fe/
-femp /fem(p)/
-fecʼh /fex/
-fent /feɲ(t)/
-fed /fet/

Dans les pays de Vannes et du Goëlo, un h remplace le f. Cette particularité se retrouve en moyen-breton.

Le conditionnel 2 (ou conditionnel passé, ou irréel ; dic’hallus en breton) est marqué par les lettres je. Il s’obtient en remplaçant le f par un j dans le conditionnel 1.

Terminaison Prononciation
-jen /ʒen/, /ʃen/
-jes /ʒes/, /ʃes/
-je /ʒe/, /ʃe/
-jemp /ʒem(p)/, /ʃem(p)/
-jecʼh /ʒex/, /ʃex/
-jent /ʒeɲ(t)/, /ʃeɲ(t/
-jed /ʒet/, /ʃet/

Dans les pays de Vannes, un z remplace le j. Cette particularité se retrouve en moyen-breton.

La différence entre les deux conditionnels est très légères. L’irréel est surtout utilisé pour les verbes bezañ et kaout ou parfois pour des formules de politesses.

Ainsi « s’il était roi » pourra se traduire par :

  • Ma vefe roue (le locuteur considère que ce n’est pas totalement impossible ; on peut par exemple parler d’un prince puiné)
  • Ma vije roue (le locuteur considère que c’est quasiment impossible)

Impératif[modifier le wikicode]

Terminaison Prononciation
//
-omp /ɔ̃mp/ , /hɑ̃mp/
-it /et/

Auxiliaires[modifier le wikicode]

  • kaout (le plus courant) ;
  • bezañ (pour les verbes comme mont/dont, chom, erruiñ, c’hoarvezout, etc.) ;
  • ober (très courant mais particulier ; dénommé auxiliaire sémantiquement vide, factice, ou de support).

Un même verbe peut utiliser l’auxiliaire kaout ou bezañ selon le sens.

Verbes irréguliers[modifier le wikicode]

bezañ[modifier le wikicode]

Voir bezañ.

Le verbe bezañ varie fortement selon la fonction du verbe et son sujet (défini ou non ; position après ou avant le verbe).

  • fonction de situation avant un sujet
  • avec un sujet défini : eo
    • fonction d’identification (sujet forcément défini dont la position n’importe donc pas)
    • fonction de qualification avant un sujet (forcément défini)
  • dans les autres cas (quelle que soit la fonction) après un sujet défini ou indéfini : zo

Pour une forme d’habitude (quel que soit le sujet et la fonction) : vez

kaout[modifier le wikicode]

Voir kaout.

ober[modifier le wikicode]

Voir ober.