Annexe:Formes verbales arabes/Forme verbale 4

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La valeur factitive est la valeur fondamentale de la (iv), les autres valeurs répertoriées découlant de cette dernière. Le sujet est désigné comme cause de l’action effectuée par un tiers. Si la forme (i) est « il a fait X », la forme (iv) est « il a fait faire X à » ; si (i) est « il est X » la forme (iv) est « il a fait que (qqn) est X ».

La forme (iv), de forme أَ٭٭َ٭َ (a**a*a), utilise la première radicale pour fermer la première syllabe. Elle porte alors un sukûn ْ, et la structure syllabique de l’arabe impose alors quand c’est nécessaire la présence d’une hamza instable, dans ce cas portée par un « a » : ‘ak-taba.

Morphologie[modifier le wikicode]

  • Accompli ʾa(**a*) : la première consonne est précédée d’un « a » (éventuellement porté par une Hamzah أَ) et n’est pas suivie de voyelle ; la seconde consonne est suivie d’un « a ».
  • Inaccompli -u(**i*) : la première consonne n’est pas suivie de voyelle ; la seconde consonne est suivie d’un « i ». Dans le préfixé de conjugaison, le « a » précédant l’infixe se transforme en « u ».

La suppression de la voyelle sur la première consonne impose l’apparition d’une hamza instable à l’accompli, qui n’a pas de préfixe.

Étymologie[modifier le wikicode]

(Wright 45d) L'hébreu a conservé dans cette forme une consonne préfixée هَـ (ha-), que l'on retrouve dans quelques termes arabes :

Les formes comme هَرَاقَ (harâqa) sont en arabe traitées comme des forme quadrilitères, avec l'inaccompli en يُهَرِيقُ (yuharîqu) ou يُهْرِيقُ (yuhrîqu), participe passif مُهَرَاقٌ (muharâqũ).

Comparaison entre la (ii) et la (iv)[modifier le wikicode]

Etant donné que la (ii) peut être aussi factitive, nous pouvons nous demander ce qui la différencie de la (iv) en synchronie, et dans une même variété d’arabe. Il apparaît, au regard des exemples analysés, que :

  • La (iv) reste la véritable factitive à sens général, tandis que la (ii) acquiert un sens particulier.
  • La (iv) peut être dérivée du sens abstrait du verbe de base, et la (ii) du sens concrêt.
  • La forme (iv) admet l'idée d'une action spontanée, et la (ii) celle d'une action attentive et minutieuse.
  • Les deux formes peuvent également être synonymes.

Quelquefois un verbe à la quatrième forme a un sens tout différent de celui de la seconde.Cela tient à ce que la racine a deux ou plusieurs significations primitives distinctes, dont les unes admettent la seconde forme, les autres la quatrième. La (ii) et la (iv) peuvent être dérivées chacune d’un sens différent du verbe de base. Il se peut également, si l’on approfondit l’étude des formes mixtes de l’arabe, qu’une (ii) factitive d’origine dialectale coexiste avec une (iv) factitive classique. C'est pourquoi elles ne doivent pas être confondues entre elles dans les verbes où l'une et l'autre sont employées.

Sens factitif[modifier le wikicode]

Factitif ou causatif : faire faire une action à quelqu’un ou quelque chose.

  • Les verbes intransitifs dans la forme 1 deviennent transitifs dans la forme 2 : « Il a été Xé » donne « Il a fait que qq a été Xé ».
  • De transitif le verbe devient doublement transitif : « Il a fait X sur qqch » donne « Il a fait que qq a fait X » ou « il a fait (faire) X à qq ».
سَلِمَ ( salima ) il est en paix, soumis أَسْلَمَ ( aslama) il a fait que quelqu'un est soumis il a soumis (qqun)
كَتَبَ ( kataba ) il a écrit أَكْتَبَ ( aktaba ) il a fait que quelqu'un a écrit il a fait écrire, il a dicté
جَلَسَ ( jalasa ) il s’est assis أَجْلَسَ ( ajlasa ) il a fait que quelqu'un est assis il a assis / fait asseoir (qqun)
سَمَعَ ( sama3a ) écouter, entendre أَسْمَعَ ( asma3a) il a fait que quelqu'un a entendu il a fait écouter
  • Le sens factitif peut conduire à une valeur déclarative ou estimative, comme la (ii), ou signifier que l’objet est présenté ou physiquement exposé dans ce but (il a mis en vente), ou se transforme en cet objet.
حَمِدَ ( Hamida ) il a loué أَحْمَدَ ( aHmada ) il a fait que quelqu'un a loué il a déclaré louable
بَخِلَ ( baxila) il est avare أَبْخَلَ ( abxala ) il a fait que quelqu'un est avare il a déclaré avare
بَاعَ ( bâ3a) il contractualise, il vend أَبَاعَ ( abâ3a) il a fait que quelque chose est vendu il a mis en vente

Sens dénominatif[modifier le wikicode]

La fonction dénominative permet de dériver un verbe à partir d’un nom ; l'action signifie faire ou produire la chose correspondante, ou avoir une activité en rapport avec cet objet.

Production d'un objet[modifier le wikicode]

La forme (iv) présente un grand nombre de dénominative, dont beaucoup sont apparemment intransitive, parce que l'Arabe considère souvent comme une action ce que nous comprenons comme un état. De tels verbes combinent à la fois l'idée du nom dont ils sont dérivés, et l'idée d'un verbe transitif dont ils seraient l'objet. La paraphrase d'un dénominatif d'un objet X sera souvent sous forme impersonnelle, « il se produit du X », ou « ça va vers du X ».

بَقْلٌ ( baqlũ ) légume, plante que l'on fait pousser أَبْقَلَ ( abqala) ça va vers la plante se couvrir d'herbes, de plantes, de légumes (se dit du sol).
وَرَقٌ ( waraqũ ) le feuillage أَوْرَقَ ( awraqa ) il se produit du feuillage se ramifier, avoir des branches
ثَمْرٌ ( Famrũ ) un fruit أَثْمَرَ ( aFmara ) ça va vers le fruit porter des fruits
ضَبٌّ ( Dabbũ) un lézard أَضَبَّ ( aDabba) il se produit du lézard abondant en lézards

Diriger le sujet suivant l'objet[modifier le wikicode]

La forme dénominative peut indiquer un mouvement vers un objet ou une direction, comme dans la forme (ii), intermédiaire entre dénominative et factitive, lorsque elle dérive d'un mot indiquant une direction. La quatrième forme peut dériver d’un nom qui par nature ne traduit pas une action de la part du sujet. Une forme dénominative transitive n'est pas directement possible dans ce cas (on ne peut pas « faire ce qu'on fait avec l'Ouest » sur quelque chose) cette forme est alors intransitive et réfléchie.

Dans ce cas, la valeur factitive s'applique au sujet lui-même et la forme (iv) va avoir une valeur intransitive, décrivant le mouvement d’une personne vers une situation, le mouvement ou le transport vers un certain lieu. Dérivant d’un nom de période temporelle, elle signifie que la chose se trouve ou se manifeste à cette époque-là.

Les (iv) dénominatives de la langue classique se paraphrasent par « entrer dans, arriver à, atteindre ce N[om] ». Ce peut être entrer dans une période temporelle où l'on subit ou fait quelque chose, où l'on est quelque chose, où on atteint ou acquiert une condition ou quelque chose, ou où l'on fait mouvement vers un lieu.

جَبَلٌ ( jabalũ ) une montagne أَجْبَلَ ( ajbala ) il s'est fait la montagne il est allé vers la montagne
ذَنْبٌ ( Vanbũ ) péché, faute, crime أَذْنَبَ (aVnaba ) il s'est fait le péché / est entré dans le péché il a péché
دُبُرٌ ( duburũ ) derrière, dos, cul أَدْبَرَ ( adbara ) faire mouvement vers le cul reculer
شَأَمُ ( ca'amu ) la Syrie, la gauche, sinistre أَشْأَمَ ( ac'ama) faire mouvement vers... partir en Syrie / rendre sinistre / se placer à gauche
صُبْحٌ ( SubHũ ) le matin أَصْبَحَ ( aSbaHa) entrer en matinée il se fait matin
سَبُعٌ ( sabu3ũ) bête féroce, lion أَسْبَعَ ( asba3a ) entrer en période de bêtes féroces se faire dévorer ses troupeaux

Voir aussi[modifier le wikicode]