Annexe:Liste de proverbes corses

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
A bucia t'hà l'anchi corti. Le mensonge a les jambes trop courtes. (On s'aperçoit toujours d'un mensonge.)
A bocca chjusa, nè pani nè bonbucconi. Celui qui demeure la bouche fermée n'obtient ni pain ni bons aliments.
A casa piglia, a casa rendi. La maison rend toujours ce qu'elle prend.
A casa ind'eddu ùn ghjugni u soli ci ghjugni u duttori. La maison où le soleil ne parvient pas : c'est le docteur qui y vient.
A chì campa n'hà da veda. Celui qui vivra connaîtra des épreuves.
A chi dormi ùn piglia pesci. Celui qui dort ne prend pas de poissons ( proverbe sicilien ).
A chì l'attempa a perdi. Celui qui diffère une chose, finit par la perdre.
A chì mali vivi, mali mori. Celui qui vit mal, meurt également mal.
A chì stughji ùn perdi tempu. Celui qui étudie ne perd pas son temps.
A chì t'hà culu, tira peta. Celui qui a un cul, pète.
A chì t'hà dui casi in una ci piovi. Celui qui possède deux maisons : dans l'une il pleut.
A chì troppu si cala, u culu vi mostra. Celui qui se baisse trop, montre son cul.
A chì ùn arrisica ùn arrùzzica. Celui qui ne risque rien n'a rien à ronger. (Qui ne risque rien n'a rien.)
A chi ùn hè beddu di natura ùn vali lavatura. Celui qui n'est pas beau par nature, il ne sert à rien de s'apprêter.
A chi ùn sà piantà, pianta di nuvembri. Celui qui ne sait pas planter, plante en Novembre.
A cumpagnia porta l'omu à a forca. La compagnie entraîne l'homme à l'échafaud.
A donna faci l'omu. C'est la femme qui fait l'homme.
A fami faci escia u lubbu di a tana. La faim fait sortir le loup de sa tanière.
A forza di tirà a corda strappa. A force de tirer, la corde finit par rompre.
A forza d'impittà s'impara à marchjà. A forcer de cogner, on apprend à marcher.
A ghjastema volta è ghjira volta in capu à chi la tira. L'imprécation tourne et vire, et revient à la figure de celui qui la profère.
A lingua ossu ùn hà e ossu tronca. La langue ne possède pas d'os, mais peut rompre les os.
A machja, ochji ùn hà ma ochji teni. Le maquis ne possède pas d'yeux, mais il voit tout.
A pratica vinci a grammatica. La pratique domine la théorie.
A strada bedda ùn hè mai longa. Un sentier dégagé ne paraît jamais long.
A un bon' cani si dà un bon ossu. A un bon chien, on donne un bon os. (A bon chat, bon rat.)
A vita hè una affaccata di balconu. La vie ne dure que le temps d'une apparition à la fenêtre.
A volpi perdi u pelu ma micca u viziu. Le renard perd le poil, mais pas le vice.
Accantu u focu, a paglia ci stà mali. A côté du feu, la paille n'y est pas bien. (Il ne faut pas tenter le diable.)
Aceddu in cabbia s'eddu ùn canta d'amori Canta di rabbia. L'oiseau en cage : s'il ne chante pas par amour, il chante de rage.
Aghji fedi è Diu pruvvèdi. Aies la foi, et Dieu pourvoira à tes besoins.
Aiuta ti, Diu t'aiuta. Aide-toi, le ciel t'aidera.
Alliscia a mamma par avè a figliola. Il faut flatter la mère pour avoir la fille.
Amori è signuria ùn vòlini cumpagnia. Les amoureux et les seigneurs veulent se retrouver seuls.
Ancu l'onori sò castighi. Même les honneurs sont des châtiments. (Toute médaille a son revers.)
Aprili desfa purcili. Avril : défait la porcherie.
Aqua corri è sangui strigni. L'eau est fluide ; le sang se caille. (On peut s'appuyer sur les parents.)
Babbi è mammi tonti, figlioli astuti. Père et mère fous font des enfants avisés.
Casi frà li casi è vigni frà li vigni. Maisons parmi les maisons et vignes parmi les vignes. (Il faut construire les maisons là où d'autres maisons existent déjà, et planter des vignes là où il en existe d'autres.)
Cavallu di trenta Mai più ch'eddi ci n'entri. Cheval de trente ans : n'en ajoutez plus. (A trente ans, on commence à vieillir.)
Cavallu vechju, zecchi è moschi. Lorsque le cheval et vieux, les tiques et les mouches se mettent dessus.
Chè lu mal' vicinu ùn durghi chè quant'è a nevi marzulina. Que les mauvaises relations de voisinage ne durent que comme la neige de mars.
Chì campa spirendu mori caghendu. Celui qui vit d'espérance, meurt en chiant.
Chì cerca trova. Celui qui cherche trouve.
Chi di ghjaddina nasci in terra ruspa. Celui qui naît d'une poule, gratte la terre.
Chì di piombu tomba Di piombu mori. Celui qui tue par le plomb périt par le plomb.
Chì disprezza, compra. Celui qui déprécie la marchandise finit par l'acheter.
Chi muta muga. Celui qui fait des changements, blesse.
Chi posa mal pensa. Celui qui demeure assis pense à mal.
Chi si chjina incù i ziteddi s'arrizza camisgimerdosu.
Chi t'hà solda è amicizia torci u nasu à a ghjustizia. Celui qui a de l'argent et des amis, tord le nez à la justice.
Chì ùn invechja hè pena di vita. Celui qui ne vieillit pas est privé de la vie.
Chi và è volta, bon' viaghju faci. Celui qui part et puis revient, a fait un bon voyage.
Chi và pianu va sanu è chi và sanu và luntanu. Celui qui va lentement va sûrement, et celui qui va sûrement va loin.
Ci voli à lacà u fusu à chi n'hà l'usu. Il faut laisser le fuseau à celle dont c'est le métier. (Chacun son métier.)
Ciò chi hè scrittu in celi segui in terra. Ce qui écrit au ciel, advient sur Terre.
Ciò chi ùn tomba ingrassa. Ce qui ne vous tue pas vous fait grossir.
Com'hè corcia a panca indù ùn ci posa barba bianca. Comme est triste la banc où jamais aucune barbe blanche ne s'assied.
Corciu à chi ùn hà à nimu. Malheureux celui qui n'a personne.
Cosa fatta, loda la ! Lorsqu'une chose est arrivée, il faut la louer.
Di u cateddu tontu, a volpi si ni sfaci. Du chiot fou, le renard s'en défait.
Figlioli chjughi, pinseri chjughi.Figlioli maiori, pinseri maiori. Petits enfants : petits soucis. Grands enfants : grands soucis.
Fora u denti fora a pena. Une fois la dent arrachée, le mal disparaît.
Frivaghju, t'hà setti barretti. En février, le temps est très changeant.(Littéralement: Février a sept casquettes.)
Ghjumenti pudditrata ùn bii mai aqua linda. La jument qui a eu un poulain ne boit plus jamais de l'eau pure.
Hè l'ochji di u patronu chì ingrassa u cavaddu. C'est l'œil du patron qui fait grossir le cheval.
Hè megliu à cumprà mali chè à venda bè. Mieux vaut faire un mauvais achat que faire une bonne vente. (Il ne faut pas se départir de ses biens).
Hè mègliu ad essa solu cà mali accumpagnatu. Mieux vaut être seul que mal accompagné.
Hè megliu ghjenti cà arghjentu. Mieux vaut des amis et des parents que de l'argent.
Hè megliu pocu chè micca. Mieux vaut peu que pas du tout.
I funi longhi diventani sarpi. Les cordes trop longues deviennent des serpents.
I guai di a pignatta ùn i sà cà u cuchjaronu. Les malheurs de la marmite, seule la louche les connaît.
I più beddi peri i màngnani i porchi. Les plus belles poires, ce sont les cochons qui les mangent.
I solda ùn vènini micca cantendu. L'argent ne vient pas en chantant.
In cumpagnia, u frati presi moglia. En bonne compagnie, le moine prit femme.
In ogni lettu, ci hè pulgi. Dans chaque lit, il y a des poux.
In bocca chjusa ùn c'entri mosca, ma mancu un bon bucconu.
Làcrima di donna hè funtana di malizia. Les larmes des femmes sont des fontaines de malice.
L'amori hè cecu. L'amour est aveugle.
L'acqua và à u mari. L'eau finit à la mer.
Matrimoniu sittimbrinu o vèduvu o mischinu. Mariage en septembre : soit veuf soit malheureux.
Mori più capretti chè capri vechji. Il meurt plus de cabris que de vieilles chèvres.
Nanzi ghjunta la so ora nè si nasci nè si mori. Avant l'heure, ni on ne naît, ni on ne meurt.
Natu a parsona, natu u distinu. Lorsque nait une personne, son destin est tracé.
Oghji eiu, dumani tù. Moi aujourd'hui, toi demain.
Ogni tontu t'hà u so filu. Chaque fou suit son idée.
Ognunu sà ciò chi boddi in a so pignatta. Chacun sait ce qui bout dans sa marmite.
Ora vivu ora mortu. Vivant à une heure, mort à l'autre. (on peut mourir d'un coup.)
Par cunnoscia la ghjenti, ci voli à mangnà una soma di sali insemu. Pour connaître les gens, il faut manger ensemble toute la cargaison de sel d'un âne.
Par maghju o par maghjonu ùn ti caccià u to pilonu. Que mai soit beau ou non, n'enlève pas ton manteau.
Par viaghju s'acconcia a soma. En voyage, le chargement se met en place.
Più pècuri, più mocci. Autant de brebis, autant de rhumes.
Quand'è tù credi d'essa à cavaddu ùn sè mancu à pedi. Si tu crois être parvenu au sommet, attention, tu peux retomber aussitôt.
Quandu u ghjàcaru invechja, a volpi li piscia addossu. Lorsque le chien vieillit, le renard lui pisse dessus.
Quandu u porcu hè techju si volta a trova. Quand le cochon est repu, il retourne son auge.
Ronchi samirini ùn còddani in celi. Les braiments des ânes ne montent pas au ciel.
Saccu biotu ùn pò stà rittu. Un sac vide ne peut pas tenir debout.
Saccu pienu ùn pò piigà. Un sac plein ne peut pas plier.
Sè i guai si mittiani à u soli ognunu ripigliaria i soi. Si chacun devait exposer tous ses malheurs au vu de tous, chacun reprendrait finalement les siens.
Sè u ghjòvanu vulissi è u vechju pudissi. Si jeunesse voulait et vieillesse pouvait.
Si sbaglia ancu u preti à l'altari. Même le prêtre à l'autel se trompe. (L'erreur est humaine.)
Sparti ricchezza è torra puvertà. Partagez les richesses, et la pauvreté reviendra. (Plus on partage, moins il ne nous reste de choses.)
Tal calzu, tal magliolu tal babbu, tal figliolu. Tel cep, telle bouture. Tel père, tel fils.
Tira più un pelu di muzza in cuddata cà dui paghji di boia in falata. Un poil du sexe d'une femme en montée a plus de force que deux paires de boeufs en descente.
U boiu chi ùn vò bia hè un gattivu zifulà. Il ne sert à rien de siffler un boeuf qui ne veut pas boire.
U cavallu ghjastimatu, u pelu li luci. Le cheval que l'on maudit a le poil luisant.
U megliu oru hè quiddu chì piega. Le meilleur or est celui qui se plie. (Celui qui est souple réussit mieux.)
U mondu hè fattu à scala à chì codda è à chi fala. Le monde est comme une échelle : les uns montent, et les autres descendent.
U peghju calciu hè quiddu di u cavaddu mansu. Le pire coup de pied est celui du cheval apprivoisé.
U Signori à qual'eddu ama, tocca. Le Seigneur met à l'épreuve ceux qu'il aime.
U soli sorti par tutti. Le soleil brille pour tout le monde. (La chance finit par sourire.)
U techju ùn credi u famitu. Celui qui est repu ne croit pas celui qui est affamé.
U troppu bè s'arrivolta. Faire trop de bien nuit. (Si on fait trop de bien aux gens, on finit par en retirer des ennuis.)
U troppu stroppia. Trop, c'est trop.
Un ci hè sàbatu senza soli comu donna senza amori. Il n'y a pas de samedi sans soleil, comme de femme sans amour.
Un disòrdini faci un òrdini. L'ordre naît du désordre.
Ùn fà mali chi hè piccatu / chi hè mancatu. Ma ùn fà bè chi hè ghjittatu. Ne fais pas le mal, c'est un pêché ; ne fait pas le bien, c'est perdu.
Ùn ghjudicà a to vita fin à l'òpara finita. Ne juge pas ta vie avant son achèvement. (Ne te fait pas une idée de toi avant ta mort.)
Ùn hè bellu quel' chi hè bellu, quantu hè bellu quel' chi piaci. Ce qui est beau n'est jamais aussi beau que ce qui plaît.
Ùn si pò fà u passu più longu chè l'infurcatura. On ne peut faire un pas plus grand que ses jambes. (Il ne faut pas péter plus haut que son cul.)
Ùn si pò tena i dui pedi in u scarpu. On ne peut mettre les deux pieds dans une seule chaussure. (On ne peut courir après deux lièvres à la fois.)
Ùn trema una foglia chi Diu nun voglia. Aucune feuille ne tremble sans que Dieu ne l'ait voulu.
Vali più un tontu à fattu soiu cà centu astuti à quiddi di l'altri. Il vaut mieux un fou faisant ce qu'il sait faire, que cent sages faisant ce qu'ils ne savent pas faire.
Vesti un bastonu Pari un baronu. Vesti una tama Pari una dama. Habille un bâton, il paraît un baron. Habille une souche de bruyère, on dirait une dame.

Voir aussi[modifier]