Annexe:Mots français d’origine arabe

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Cette liste comprend des mots français qui ont été transmis par l'arabe soit directement, soit en utilisant l'arabe comme langue vectrice.

On estime que la langue française compte quelque deux cent quinze mots provenant de l'arabe. Ces mots concernent essentiellement l'équitation, l'astronomie, la botanique, les vêtements et la cuisine.

Genèse des apports lexicaux[modifier | modifier le wikicode]

Au Moyen-Âge, nombre de mots ont été directement empruntés lors des croisades → voir sirop et azur.

Certains sont entrés dans la langue française via l’espagnol, langue fortement influencée par l’arabe durant le temps des Califats islamiques dans la péninsule Ibérique → voir alcôve et azimut.

D’autres emprunts se sont faits via l’italien, Venise étant active dans les liens entre le Levant et l’Europe → voir zéro, arsenal et jupe.

Plus récemment, la colonisation française au Maghreb a enrichi la langue français de mots souvent considérés comme familiers → voir zob, clebs, smala et gourbi.

A[modifier | modifier le wikicode]

B[modifier | modifier le wikicode]

C[modifier | modifier le wikicode]

. Corne ( quarne )

D[modifier | modifier le wikicode]

E[modifier | modifier le wikicode]

F[modifier | modifier le wikicode]

G[modifier | modifier le wikicode]

H[modifier | modifier le wikicode]

I[modifier | modifier le wikicode]

J[modifier | modifier le wikicode]

K[modifier | modifier le wikicode]

L[modifier | modifier le wikicode]

M[modifier | modifier le wikicode]

N[modifier | modifier le wikicode]

O[modifier | modifier le wikicode]

  • orange (s.f. et adj.) (bot.) de l’espagnol naranja (es) de l’arabe نارنج (ar) (nāranj), du persan نارنج (fa) (nāranj) : orange amère ; bigarade. L’orange sucrée vient de Chine, apportée par les Portugais au XVIe siècle. Le français a gardé le nom de l’ancien fruit. En arabe l’orange (sucrée) se dit برتقال (ar) (burtuqāl).
  • oued[2] (s.m.) (géogr.) de واد (ar) (wād) : rivière ou vallée. En français ce terme sert à désigner les rivières intermittentes.
  • ouléma de عالم (ar) (ʿālim), pluriel علماء (ar) (ʿulamā) : savant en matière de religion musulmane.

P[modifier | modifier le wikicode]

Q[modifier | modifier le wikicode]

R[modifier | modifier le wikicode]

S[modifier | modifier le wikicode]

T[modifier | modifier le wikicode]

U[modifier | modifier le wikicode]

V[modifier | modifier le wikicode]

W[modifier | modifier le wikicode]

X[modifier | modifier le wikicode]

  • x en tant qu’inconnue en mathématiques : la lettre x n’existe pas en arabe ; le mot šaï, qui signifie chose, désignait une inconnue en mathématiques, et ce mot était abrégé ch, ce qui s’écrit phonétiquement x en espagnol.

Z[modifier | modifier le wikicode]

Mots transmis par la langue arabe[modifier | modifier le wikicode]

Notes et références[modifier | modifier le wikicode]

  1. a, b, c, d, e et f D'après Diccionario de la lengua española de la Real Academia Española
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y, z, aa, ab, ac, ad, ae, af, ag, ah, ai, aj, ak et al Inconnu du Littré (au moins sous cette forme), figure dans le TLFi, Trésor de la Langue Française sur Internet
  3. Orthographe adoptée par le Dictionnaire de l'Académie française", huitième édition (informatisé)]
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v et w Inconnu du TLFi (au moins sous cette forme), figure dans Le Littré en ligne
  5. a, b et c D'après TLFi, Trésor de la Langue Française sur Internet
  6. Le Grand Larousse encyclopédique, le Littré et le TLFi s'accordent sur cette origine. Le Grand Robert (1976) donne une origine en bas latin amalgama venant du grec μάλαγμα (el) (malagma) mais cette hypothèse est écartée par le TLFi.
  7. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m Figure dans dans l’Encyclopédie Larousse
  8. Étymologie avancée par le TLFi.
  9. The American Heritage® Dictionary of the English Language: Fourth Edition. 2000. Appendix II: Semitic Roots
  10. a, b et c Ne figure ni dans "Littré" ni dans "TLFi"
  11. Figure l’Encyclopædia Universalis
  12. Grand dictionnaire terminologie de l'Office québécois de la langue française
  13. Le TLFi comme le Littré semblent préférer une origine arabe à une origine grecque mais restent flous.
  14. The American Heritage Dictionary of the English Language: Fourth Edition. 2000, Appendix II, Semitic Roots, nwr
  15. Étymologie proposée par dictionnaire d'Oxford et le TLFi. Le Webster's Online Dictionary suggère que le mot anglais est un emprunt au français moire et vient du latin marmor (la) signifiant marbre. Le Littré hasarde une autre origine, celle du mot anglais mole (en) : taupe, à cause de son poil noir moiré.
  16. Seul le TLFi signale cette forme verbale transitive
  17. Orthographe adoptée par le Dictionnaire TLFi
  18. Orthographes attestée par le Dictionnaire Littré
  19. Le zéjel andalou

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Articles connexes[modifier | modifier le wikicode]

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

  • L'Islam expliqué aux enfants, Tahar Ben Jelloun, Éditions du Seuil, 2002
  • Vers une approche du monde arabe, Jean-Jacques Schmidt, Éditions du Dauphin, 2000
  • Dictionnaire Français-Arabe Al-Manhal, Dâr al-Adâb, Beyrouth 2004. Signale les mots d'origine arabe par un astérisque *.
  • Alain Rey, Le voyage des mots : De l'Orient arabe et persan vers la langue française, éditions Guy Trédaniel, octobre 2013, (ISBN 978-2-266-18910-1).

Liens extérieurs[modifier | modifier le wikicode]