Argonne

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Existe déjà sous la forme Argonna en latin médiéval. (Vers 1100) Argone.

Nom propre [modifier le wikicode]

Nom propre
Argonne
\Prononciation ?\

Argonne \aʁ.ɡɔn\ féminin

  1. (Géographie) (Toponymie) Région montueuse et forestière aux limites des départements français des Ardennes, de la Marne et de la Meuse.
    • Les sables verts et la gaize présentent aussi de belles forêts. La forêt d’Argonne croît sur cette dernière roche. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, p. 159)
    • Dumouriez s’était rendu en toute hâte dans l’Argonne, et, arrivé à Sedan, avait ranimé le courage des soldats. D’un coup d’œil il comprit qu’en gardant les défilés de la forêt de l’Argonne il couvrirait Châlons et Reims. — (Alfred Barbou, Les Trois Républiques françaises, A. Duquesne, 1879)
    • Ce sont des mots qui appartiennent particulièrement au vocabulaire de l’Argonne et qui n'ont pour la plupart aucun équivalent précis dans la langue française courante: type, "togearde", "atuyo", "encarnager" , etc. — (Jean Babin, Les parlers de l'Argonne, thèse principale pour le doctorat ès-lettres présentée à la faculté des lettres de l'université de Paris, Klincksieck, 1954, p. 36)
    • Les Français qui étaient sortis de l’Argonne, avaient occupé la colline de Valmy d’où ils canonnèrent les Prussiens. — (Guy Cabourdin, Yves Burnand, Encyclopédie illustrée de la Lorraine : Histoire de la Lorraine, vol. 2, 1992, p. 30)
  2. (Histoire) Bataille qui s’y déroula durant la Première Guerre mondiale.
    • Décoré trois fois sur le champ de bataille. L’Argonne… Château-Thierry… la Somme… trépané… quatorze mois d’hôpital du côté de Paris […] — (Henry Miller, L’Ancien Combattant alcoolique au crâne en planche à lessive, dans Max et les Phagocytes, traduction par Jean-Claude Lefaure, éditions du Chêne, 1947)
    • Depuis l’Argonne de 1914, le chant d’abeilles des balles s’est inscrit dans mes circonvolutions cérébrales comme, dans la cire d’un disque, un refrain prêt à jouer dès le premier tour de manivelle […] — (Marc Bloch, L’Étrange défaite : La déposition d’un vaincu, 1940, FolioHistoire Gallimard, 1990, p. 86)

Gentilés et adjectifs correspondants[modifier le wikicode]

Dérivés[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]