Discussion:c’est l’hôpital qui se fout de la charité

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Origine de l'expression ?[modifier le wikicode]

C’est l’hôpital qui se fout de la charité

D'où provient cette expression ?

Au Moyen-âge et dans les siècles suivants, les services médicaux n'étaient pas très développés. Il existait divers types d'établissements pour se faire soigner où aller mourir, comme les hospices, etc. Certains de ces établissements s'appelaient aussi "charité". On pouvait donc être soigné à l'hôpital, à l'hospice ou à la charité. Dans tous les cas, les ressources étaient très limitées et les traitements assez modestes, donc en gros quel que soit l'établissement, ça ne changeait pas grand-chose car ils manquaient de tout. L'expression "C'est l'hôpital qui se fout de la Charité" évoque donc deux éléments qui se moquent l'un de l'autre ou se critiquent l'un l'autre, alors qu'ils sont exactement au même niveau et qu'ils ont exactement les mêmes défauts. Le sous-entendu est que, en réalité, on est mal placé pour critiquer quand on ne vaut pas mieux que ce qu'on critique. Si on veut l'exprimer autrement, on pourrait remplacer cette expression par "ils sont aussi nuls l'un que l'autre, donc ils devraient se taire", c'est ça que ça veut dire. — message non signé de 86.201.125.177 (d · c) du 18 juillet 2006 à 09:57‎

Expression française à revoir[modifier le wikicode]

Avec tous mes respects à celui ou ceux qui ont inventé cette expression, je ne vois pas du tout le rapport entre la phrase et son sens figuré utilisé communément. Il serait souhaitable pour le bien du français de signaler cette expression pour en faire un projet d'oubli. — message non signé de 41.102.103.39 (d · c)


A celui qui a écrit la phrase ci-dessus... il serait bon de revoir votre histoire de France avant d'écrire de telles inepties (ça aussi vous checherez la définition dans le dictionnaire (?)... Avant de franchir un peu les siècles, il est intéressant de savoir qu'au XIIe, un hôpital, mot dont l'origine étymologique est la même que 'hospitalité', était un établissement religieux destiné à accueillir les pauvres, les mendiants et autres nécessiteux. On y faisait donc la charité.

Ce n'est qu'au XVIIe siècle que le mot se spécialise pour désigner un établissement médical, qui pouvait être aussi bien religieux que laïc. À la même période, et par métonymie, les hôpitaux gérés par des ordres comme les Frères de la Charité ou les Soeurs de la Charité ont pris le nom de 'charité'. Autrement dit, à cette époque, un hôpital et une charité étaient exactement la même chose, à savoir un établissement hospitalier avec le sens qu'on lui connaît aujourd'hui. Sauf à cause d'éventuelles et stupides jalousies ou rivalités, il n'y avait donc aucune justification pour que l'un se moque de l'autre, pas plus que quelqu'un affublé d'un défaut n'a de raison de se moquer d'un autre ayant le même défaut, d'où le côté amusant de notre locutionl'expression date et à l'époque les hôpitaux — message non signé de 92.135.110.236 (d · c)


A celui qui a écrit la phrase ci-dessus... nous ne sommes plus au Moyen-Âge. L'expression perds tout son sens en 2019.

C'est pas comme ça que ça fonctionne : l'expression existe ; elle est utilisée par une très grande partie de la population (avec des variations). Ce n'est pas à vous de décider si on doit ou non l'utiliser parce que vous ne voyez pas le rapport avec l'origine du mot. À ce compte là, on oublie la majorité des dictons et des expressions françaises. --Sultan Rahi (discussion) 13 octobre 2019 à 08:46 (UTC)