Discussion:cent balles et un Mars

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Peu de valeur?[modifier le wikicode]

Pour moi enfant dans les années 80, cent balles, c'est beaucoup, et j'ai toujours compris l'expression de la manière décrite ici: [[1]]

"100 balles", c'est une grosse valeur qu'on n'a pas l'intention de donner, et on attribue au demandeur le culot de vouloir en plus un Mars comme cadeau.

L'expression date-t-elle vraiment de l'époque des anciens Francs ?

Autres discussions concernant ce mot[modifier le wikicode]

Je pense que l'explication donnée est sommaire ; ne serait-ce pas dû au fait que l'expression est tronquée? Proposer cent balles et un mars c'est proposer de sustenter l'interlocuteur et ce pour ainsi subvenir aux appétits... en ce sens, l'expression s'avère alors incomplète car pour les appétits, outre nourrir et offrir de l'argent, il y a un troisième "appétit majeur" qui alors n'est pas explicité : l'appétit sexuel. Ce dernier manque indubitablement alors que l'expression veut l'entendement, ironique, d'un "contentement global". Pour ma part j'ai eu ma prime connaissance de l'expression dans sa version longue qui entend le contentement sexuel et qui à mon sens donne sa pleine mesure à l'expression qui est, me semble-t-il, originellement argotique. L'expression ainsi complète ne peut s'utiliser inconditionnellement mais plutôt dans un contexte familier (et/ou de camaraderie) pour qu'alors sa formulation n'aille pas à l'encontre du sens. J'ai souvent usé de la version tronquée (cent balles et un mars) par retenue car il y a aussi entendement de l'exaspération par rapport à une exigence que je considérais des plus déplacées. Mais j'ai toujours préféré l'occasion dans un cercle familier pour user de la "version complète" qui, à mon sens, entend ironiquement de proposer un contentement global et donne sa pleine mesure à l'expressivité du sentiment de stupéfaction, voir d'exaspération. Je n'ai aucunement donné l'expression complète par soucis de crédibilité et parce que la retenue est de mise. Mais j'ai pris soucis à vouloir défendre la valeur argotique d'une expression qui, à mon sens, s'est vue tronquée pour arriver à être d'usage ordinaire.