Discussion:ptyx

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mot à la une[modifier le wikicode]

Autres discussions sur ce mot[modifier le wikicode]

Une discussion a eu lieu au sujet de ce mot, merci de consulter la page suivante : Questions sur les mots

Origine et sens du mot[modifier le wikicode]

Ce cours d'agrégation de lettres consacré à Mallarmé donne des informations intéressantes sur le mot lui-même :




«  Dans une lettre du 3 mai 1868 à Lefébure et qui concerne aussi Cazalis, tous deux appelés par lui "mes chers dictionnaires", Mallarmé écrit:


"Comme il se pourrait […] que je fisse un sonnet, et que je n'ai que trois rimes en ix, concertez-vous pour m'envoyer le sens réel du mot ptyx. On m'assure qu'il n'existe dans aucune langue, ce que je préfèrerais de beaucoup à fin de me donner le charme de le créer par la magie de la rime".


En fait on le trouve ailleurs, chez Hugo, mais sous forme de nom propre dans "Le satyre" de La Légende des siècles:

                                            Sylvain de Ptyx que l'homme appelle Janicule


De nombreux critiques sont donc partis "à la chasse au ptyx"2. Le mot provient du nom grec ptux, ptuchos, qui n'est d'ailleurs jamais présent sous sa forme de nominatif dans les textes grecs. Et qui signifie "le pli", pour la plus grande satisfaction des deleuziens. Mais c'est d'un pli particulier qu'il s'agit: le repli d'un organe, la coquille d'huître (elle-même plissée), et l'huître ou tout coquillage marin plissé.


On trouve ici deux utilisations de cet objet: : un récipient insolite vaisseau3 (première version) et, sur les crédences, un objet de décoration aboli bibelot (seconde version).


Mais il y aurait aussi une autre interprétation: Dans le dictionnaire grec-français de Planche, paru en 1853, Mallarmé aurait pu trouver, au sens de "oiseau de nuit", un ptux à la place du véritable ptinx grec qui avait ce sens.


Quoi qu'il en soit, on peut ici le considérer comme un mot inventé qui est à lui-même son propre référent4. J'y vois pour ma part un "analogon" lexical de la forme "sonnet allégorique de lui-même". »



Ptyxs 27 août 2010 à 12:47 (UTC)