Discussion Wiktionnaire:Compétences des contributeurs et contributrices du Wiktionnaire

    Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

    Illustrations[modifier le wikicode]

    Un excellent inventaire… Je n’ai pas cherché à repérer ce qui manquait, mais j’ai pensé à un point : la compétence en photo et en dessins. Par exemple la prise de photos pour illustrer le projet, après mise sur Commons. Je sais que ça se fait déjà. On pourrait aussi imaginer des dessins conçus spécialement pour les pages de thésaurus, du type de ceux utilisés dans les dictionnaires visuels. Personne ne l’a probablement encore tenté, mais ce serait bien. Lmaltier (discussion) 5 janvier 2016 à 17:55 (UTC)Répondre[répondre]

    Merci ! Tu as tout à fait raison pour les illustrations, je vais l'ajouter. Pour le dictionnaire visuel, ça a déjà été tenté comme projet pilote sous la forme d'une demande de bourse IEG, pour faire faire un dictionnaire visuel par les enfants d’une école en Inde. Malheureusement, la Fondation Wikimédia n'a pas trouvé le projet intéressant Triste Noé 5 janvier 2016 à 20:15 (UTC)Répondre[répondre]
    Je ne pensais pas à ça, mais aux pages de thésaurus qui peuvent contenir, par exemple, un dessin d’aéroport, avec les mots désignant chacune des partie d’un aéroport (taxiway, tour de contrôle, etc.) Lmaltier (discussion) 5 mars 2016 à 11:37 (UTC)Répondre[répondre]

    vous avez dit compétence ?[modifier le wikicode]

    Je voudrais souligner ici la connotation incluse dans le mot compétences (au pluriel). Traduction anglaise appropriée skills. Au delà de la simple notion de capacités.

    1. Valeur subjective par excellence, la compétence entre en conflit avec son aspect objectif (ce que les autres voient). Ce conflit est interne par essence : comment montrer aux autres mes compétences ? Si un modèle existe, une «norme», la vérification est possible, c’est la faculté de suivre la norme. Bien. Ceci suppose bien évidemment qu’il existe une «norme» contenant tous les cas.
    2. connaissance de soi et de son «savoir-faire». Ce qui est une autre démarche qui amène à vérifier que sa «vérité» est parfois meilleure que celle des autres. Je ne développerai pas ce point qui est un problème de confiance en soi ou de confiance en les autres.

    Ce que je veux souligner c’est qu’il existe nécessairement une frontière ENTRE les deux. Ce qui implique une contrainte réciproque d’acceptation de l’autre. Pas évident dans un programme communautaire où le jugement de compétence n’est pas égalitaire mais hiérarchique.
    La petite compétence issue de ma petite contribution jusqu’ici me conduit à émettre l’idée d’un modèle à suivre par tout le monde. Il y a beaucoup de zones d’ombre subjective à découvrir pour un nouveau contributeur qui subit des foudres parfois violentes et inciviles. On exige de lui des choses que d’autres se permettent. Le premier travail consiste donc à élaborer ce modèle à la satisfaction générale. Puis de répertorier dans sa confection des domaines de compétence : syntaxe, classification, sectionnement, illustration, présentation, etc … Chacun peut juger de sa faculté à coller à ce modèle et de la faculté des autres à le faire. Ce qui implique la définition d’une «procédure» communautaire qui ne serait pas critique mais substitutive. Il est facile à quelqu’un de non-compétent de critiquer, mais plus difficile de substituer.
    Dans un monde non-communautaire, le chef a toujours raison, même quand il a tort. Et tout le monde connaît le principe de Peters : les échelons sont gravis jusqu’à son niveau d’incompétence. Or, il y a de très bons postes au plus bas de l’échelle, important pour la marche de l’édifice, et qui doivent être valorisés et respectés. Puisque nous sommes dans un monde communautaire …
    -- Supreme assis (grain de sel) 4 mars 2016 à 12:47 (UTC)Répondre[répondre]

    Merci pour cette réflexion, que je ne suis pas sûr d’avoir pleinement comprise. Ce travail d’évaluation des compétences n’a pas pour but de créer de modèle à suivre. Il ne s’agissait surtout pas de définir une professionnalité dans la contribution au Wiktionnaire, ni d’élaborer un inventaire de ce qui fait un bon travail. Je n’envisage pas la contribution volontaire à un projet collaboratif non-économique comme un travail. Il s’agissait de réfléchir à ce que j’apprenais ce faisant, à force de contribuer. Faire un bilan des actions que j’ai pu faire ou que d’autres ont pu faire et que je pourrai être amené à faire. La réalisation suivante, à partir de ce bilan est de rédiger des pages d’aides permettant aux nouveaux d’acquérir par eux même ces compétences, de trouver les endroits ou se trouve l’information et comment l'intégrer. Une autre idée est d’aider les contributeurs à présenter le projet à l’extérieur, même s’ils ne contribuent que sur un aspect ponctuel du projet. Il m’est arrivé pas plus tard qu’hier de parler du développer de gadget pour le Wiktionnaire alors que je n’ai aucune formation technique. Il est valorisant pour le projet de dire « Il y a aussi des contributeurs qui intègrent des phrases issus de leurs livres de chevet » ou « J’en connais un qui se passionne d’étymologie et fais des synthèses sur des mots bizarres comme prout. » Dans l'idée aussi qu’un jour je puisse me dire que ça m’intéresserai de découvrir également cette facette là du projet, donc d’ouvrir vers des potentialités futures. Hum, je ne suis pas sûr d’avoir bien expliqué mon idée, et encore moins d’avoir réagit à ta réflexion. N’hésite pas à préciser ton idée ou à initier une « procédure communautaire substitutive » (je ne vois pas ce que tu veux dire) Sourire Noé 4 mars 2016 à 15:55 (UTC)Répondre[répondre]

    Moi non plus, je n’ai pas bien compris l’idée. Mais je voudrais, réagir à Pas évident dans un programme communautaire où le jugement de compétence n’est pas égalitaire mais hiérarchique. : non, ce n’est pas le cas, il n’y a pas de hiérarchie. C’est quelque chose qui pose souvent des problèmes, mais qu'il faut absolument préserver, car c’est une des choses qui font notre force. Mais bien sûr, cela ne veut pas dire que tout le monde est identique : les compétences en langues ou en étymologie sont diverses, les compétences en recherches, en rédaction, etc., aussi, l’expérience et la connaissance du projet aussi, les domaines d’intérêt aussi. Lmaltier (discussion) 4 mars 2016 à 18:56 (UTC)

    Bon, merci à tous deux de vos réflexions. J’ai compris que nous parlions de la compétence empirique. Celle que l’on développe soi-même et que les autres reconnaissent globalement. Oui, mais avant d’aboutir à ce dernier stade, le parcours est semé d’embûches et il faut avoir un solide moral pour continuer (parfois Sourire). Ça, c’est MON expérience. Comment aider des contributeurs d’origines diverses ? Bonne question. Il y a des chasses gardées ! J’ai contourné l’obstacle en ouvrant une discussion sur les PDD. Je pense que ce serait une procédure logique (hum, hum) de démarrer le parcours de contribution sur les PDD ? Les problèmes de contenu, de classification, de syntaxe, … seraient alors gentiment résolus. Pour cela, il faut une pseudo-hiérarchie, du genre : controleur des modifications du contenu , qui ne serait autre que l’ouvreur de la page ? Après tout, l’ouverture d’une page est une démarche d’assurance reconnue par la communauté. Une information de contenu devrait toujours être assortie d’un exemple sourcé. L’ouvreur, dans sa vérification pourrait alors vérifier la validité ? Éventuellement en modifiant la forme de la proposition et non en la censurant systématiquement (procédure de substitution, voir ici, dont j’attends toujours la suite pour continuer !). Autrement dit l’initiateur DOIT AVOIR une position hiérarchique sur les modifs de contenu. Quelque part.
    Par exemple, je rame comme un bossu sur le projet linguistique dialectal français en jonglant entre ce que j’entends et ce que je lis. Certes c’est mon «hort», mais d’autres participants à compétence patoisarde seraient les bienvenus.
    Comme Noé, je ne sais pas si je suis dans le ton, mais le pb de la compétence communautaire est un vrai pb et nul ne peut prétendre s’imposer d’emblée dans un domaine. Une procédure pédagogique douce d’investissement me parait indispensable. Bon WE-- Supreme assis (grain de sel) 5 mars 2016 à 11:29 (UTC)Répondre[répondre]

    C’est justement une force des wikis que l’initiateur d'une page, quel qu'il soit, n’ait pas une position hiérarchique sur les modifs de contenu. La seule règle, pour moi, est qu’on ne change une page que pour clairement l’améliorer. Lmaltier (discussion) 5 mars 2016 à 11:40 (UTC)Répondre[répondre]
    Compétence... en mathématiques...? Les mathématiques exigent des définitions extrêmement précises sinon on sort du champ des mathématiques. Malheureusement les définions précises élaborées par les mathématiciens échappent au lecteur non formé. Le compromis est très difficile à trouver, à la limite impossible. Je viens de retoucher quelques articles en essayant d'éliminer les erreurs qui font froncer les sourcils des matheux. Par exemple, articles : nombre imaginaire, nombre cardinal, etc... Il faudrait probablement relire bien d'autres articles qui touchent aux math. Les définitions trouvées dans wikipédia sont beaucoup plus solides, car de nombreux matheux interviennent. J'attends vos réactions sur ce thème...Fagairolles 34 (discussion) 14 avril 2022 à 15:30 (UTC)Répondre[répondre]
    Bonjour @Fagairolles 34, ces propos n’ont rien à voir dans cette sections. On ne parle pas ici du contenu. Merci d’aller sur la Wikidémie pour parler de ce sujet. Lyokoï (blablater) 14 avril 2022 à 17:48 (UTC)Répondre[répondre]

    Traduction en anglais[modifier le wikicode]

    Bonjour,

    J’ai tenté une traduction en anglais de cette page afin de la diffuser auprès des collègues ne lisant pas le français. Elle ne sera plus aussi dynamique là-bas, une fois les outils de traduction mis en place, mais celle écrite ici reste ouverte aux modifications, alors n'hésitez pas à relire la version anglaise (car mon anglais est loin d’être parfait) et à continuer la réflexion ici-même ! Sourire Noé 3 août 2016 à 13:47 (UTC)Répondre[répondre]