Discussion utilisatrice:Delarouvraie/brouillon

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

AB[modifier le wikicode]

Comment on écrit cette phrase?[modifier le wikicode]

109.10.232.15 25 octobre 2017 à 18:17 (UTC) Vous allez vous auto-corriger et vous vous évaluer

Les devoirs des jeunes, je veux bien, mais si il faut aussi corriger le boulot des profs… Et en plus, ils corrigent même plus eux-même? ça craint…
J’ai rétabli (voir le « diff » [11]) le titre de section « == Comment on écrit cette phrase? == », disparu on ne sait trop pourquoi… Alphabeta (discussion) 26 octobre 2017 à 16:41 (UTC)

::: J’ai fouiné dans l’histo : voir le « diff » [12] : le titre de section a disparu lors de ces réponses concernant plusieurs sections (est-ce bien recommandé de procéder ainsi ?) : Delarouvraie (d · c · b) peut seule nous dire s’il s’agit d’une erreur de manip’ de sa part… Alphabeta (discussion) 26 octobre 2017 à 16:49 (UTC)

J’ai rétabli la syntaxe correcte pour un soulignement, une balise mal placée, on ne sait trop pourquoi… Est-ce bien recommandé de procéder ainsi ? Il s'agit d'une erreur perturbant la relecture pour les utilisateurs de l'éditeur de source 2017. Alphabeta (d · c · b) peut seul nous dire s’il s’agit d’une erreur de manip’ de sa part… . Une semblable erreur avait déjà été repérée pour le barrement du mot grec dans le commentaire d'un autre contributeur, empêchant une relecture correcte pour les utilisateurs de l'éditeur de source 2017. Seul le souci d'apaisement après Défense d'apprendre à lire aux femmes m'avait dissuadée de faire la remarque à l'intéressé. Je constate que ce souci n'est pas partagé. Delarouvraie 🌿 26 octobre 2017 à 18:44 (UTC)

::: Grand merci d’avoir corrigé mes coquilles. Mais je reste sur ma faim à propos du caractère voulu de la suppression du titre de section. Alphabeta (discussion) 26 octobre 2017 à 19:21 (UTC)

Le dix-huitième français : définition, origine et caractéristiques[modifier le wikicode]

En français, ce mot caractérise le rang du chiffre qui est entre dix-sept et dix-huit. Il vient de dix et de huit. C'est un adjectif. Delarouvraie 🌿 25 octobre 2017 à 19:25 (UTC)
Pour la correction faite ci-dessus, je voulais dire bien le 18e Français (personne de nationalité française). Renard Migrant (discussion) 26 octobre 2017 à 13:04 (UTC)
J’avais effectivement modifié (voir le « diff » [10]) à tort (chez autrui et supra) « Sinon le dix-huitième Français » en « Sinon le dix-huitième Français français ». J’ai rétabli. Avec mes excuses… Alphabeta (discussion) 26 octobre 2017 à 13:27 (UTC). — PS : comme on voit je n’hésite pas à présenter des excuses lorsque cela est justifié… Alphabeta (discussion) 27 octobre 2017 à 19:36 (UTC)

Comment appelle-t-on des vers de 12-11-10-9-8-7-6-5-4-3 syllabes avec des exemple de chaque[modifier le wikicode]

L’entrée « dodécasyllabe » confirme… Alphabeta (discussion) 26 octobre 2017 à 20:17 (UTC)
À 154.232.140.64 (d · c · b) : cette même entrée entrée « dodécasyllabe » comporte une section « Vocabulaire apparenté par le sens » qui répond à votre question (à l’exception des exemples demandés). Alphabeta (discussion) 26 octobre 2017 à 20:26 (UTC)
Dans Louange de Notre-Dame, ce sont des alexandrins, comme en témoignent les rimes masculines. Les finales des rimes féminines ne comptent pas, ainsi que certains e à l'intérieur des vers. Plutôt que compter les syllabes, il suffit de lire à haute voix et l'amuïssement vient tout naturellement. Il s'agit de la licence poétique. Le mot non demandé pour treize syllabes est décatrisyllabe. Delarouvraie 🌿 27 octobre 2017 à 08:35 (UTC)

: « […] Les finales des rimes féminines ne comptent pas, […]. Delarouvraie 🌿 27 octobre 2017 à 08:35 (UTC) » : si j’avais écrit cela, j’aurais aussitôt été traité d’affreux macho, avec demande d’excuses par dessus le marché… Sourire Alphabeta (discussion) 27 octobre 2017 à 17:34 (UTC)

le fenin : fenig[modifier le wikicode]

À DLR aka Delarouvraie (d · c · b) si vous aviez signé au moyen de 4 tildes (~~~~) dans l’image que vous avez fournie (commons:File:LIP 1847 - 3 Pfennig (2).JPG : merci pour le -ING), chacun aurait pu connaître la date et l’heure de votre apport (sans avoir à fouiner dans l’histo). On rappelle que les images insérées dans les discussions sont finalement des communications comme les autres. Alphabeta (discussion) 8 novembre 2017 à 17:26 (UTC)

Alphabeta : Si vous étiez cohérent avec vous-même, vous auriez également fait votre remarque à un autre contributeur Delarouvraie 🌿 9 novembre 2017 à 08:34 (UTC)

ilisateur:Alphabeta|Alphabeta]] (discussion) 8 novembre 2017 à 17:26 (UTC)

Tous les mots italiens utilisés en anglais[modifier le wikicode]

Reformulation de mes commentaires avec intercalation à l'intérieur de ma liste à puces[modifier le wikicode]

Une première fois puis une une seconde avec le résumé « posts plus compréhensibles si laissés à leur place »

Déplacements de mon image[modifier le wikicode]

Merci d’avance pour votre aide. Alphabeta (discussion) 22 novembre 2017 à 13:55 (UTC)

Commentaire sans rapport l'intérieur de ma légende[modifier le wikicode]

Ici.

Accusations auprès de tiers[modifier le wikicode]

  • Une fois dans le cas concret soulevé, l’image à gauche empiète sur certaines comm indentés et gêne la lecture du fil. Quant au « diff » fourni il met au jour aussi en évidence un autre pb : on a déplacé mes comm de façon intempestive… Alphabeta (discussion) 23 novembre 2017 à 16:26 (UTC)
  • et une deuxième fois le même jour : PS : je crois me souvenir qu’il y a déjà eu des remarques à ce sujet… Alphabeta (discussion) 23 novembre 2017 à 17:47 (UTC)

Dénigrement de mes contributions[modifier le wikicode]

L’entre l’image à gauche et les déplacements intempestifs… une chatte n’y retrouverait pas ses petits. ! Alphabeta (discussion) 24 novembre 2017 à 12:21 (UTC) Dernier avatar : voir le « diff » [2] : cette fois c’est DLR (merci à elle) qui a rétabli une de mes comm qui avait été « sucrée » : comme je n’ai pas le temps d’aller voir ce qui a pu se produire, je jette l’éponge en ce qui concerne la présente question qui m’a déjà fait perdre trop de temps… Alphabeta (discussion) 24 novembre 2017 à 12:39 (UTC)

Salutations[modifier le wikicode]

Salutations sur un site qu'il me sait dans l'impossibilité de fréquenter. Bonsoir. Je viens d’avoir l’occasion de vous saluer, dans [2]… Alphabeta (discussion) 6 novembre 2017 à 19:28 (UTC)

Accusation de complication de ma contribution[modifier le wikicode]

Ajout d'un commentaire hors sujet à ma légende puis dévalorisation de cet ajout par un commentaire.

LM[modifier le wikicode]

Après Demande aux administrateurs (Avant le 7 février : suppressioncoiffeuse1, suppressioncoiffeuse2) 11 février 18 suppressioncoiffeuse3, suppressioncoiffeuse4, suppressioncoiffeuse5

Balance ton porc[modifier le wikicode]

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(2017) → voir balance, ton et porc. La locution est inventée par Sandra Muller[1]. Balance est l’impératif du verbe balancer signifiant au sens argotique « dénoncer », et porc est au sens d’« homme ne pouvant réprimer ses instincts sexuels ». D’abord mot-clé sur les réseaux sociaux, le mot s’est étendu hors Internet, sur les pancartes, graffs et banderoles.

Locution-phrase [modifier le wikicode]

Invariable
Delarouvraie/brouillon
\ba.lɑ̃s.tɔ̃.pɔʁ\

balance ton porc \ba.lɑ̃s.tɔ̃.pɔʁ\ invariable

Balance ton porc (sens 2)
  1. (Utilisé comme mot-clé dans les réseaux sociaux) Dénonce l’homme qui s’est comporté comme un porc envers toi.
    • Sur les réseaux sociaux, au-delà des sphères féministes, un appel autour des mots-clés #balancetonporc et #metoo brise l’omerta et rapporte des témoignages allant du sexisme quotidien et du harcèlement de rue aux agressions sexuelles. — (Rédaction de la rubrique Actualités , « Harcèlement sexuel : la parole se libère après le cas Weinstein », L’Express, consulté le 13 mai 2017)
  2. Dénonce l’homme qui s’est comporté comme un porc envers toi.

Nom commun [modifier le wikicode]

Invariable
Delarouvraie/brouillon
\ba.lɑ̃s.tɔ̃.pɔʁ\

balance ton porc \ba.lɑ̃s.tɔ̃.pɔʁ\ masculin invariable

  1. Engagement pour la dénonciation d’actes d’agressions sexistes.
    • Ce choix éditorial n’est pas anodin et il a été décidé bien avant l’actualité « #balancetonporc » ou « #metoo ». — (Sonia Bressler et Claude Mesmin, Les Violences faites aux femmes, Paris, ‎La Route de la Soie Éditions, 2017, p. 3)
    • Les campagnes du type #MeToo et #Balancetonporc ont incontestablement mis en lumière ce que l’on ne voulait pas voir et permis une nécessaire prise de conscience collective. — (Nathalie Rapoport-Hubschman, Les Barrières invisibles dans la vie d’une femme. Les repérer pour les dépasser, Paris, Albin Michel, 2018)
    • De Balance ton porc à me too
      il y a de multiples façons
      de dénoncer le malotru
      qui a osé toucher ton cul.
      — (Ali Gutierrez, Les mots d'Ali : Son(t) simple, Paris, BoD, 2018, p. 285)
Notes[modifier le wikicode]
La graphie complète est #balancetonporc ; elle est écrite attachée et précédée d’un croisillon par référence à la graphie des réseaux sociaux où elle a été popularisée. De nombreuses variantes existent, avec ou sans espaces, avec des majuscules ou sans majuscules, avec croisillon ou sans croisillon.

Synonymes[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

Harcèlement sexuel[modifier le wikicode]

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(1984)[1] Composé de harcèlement et de sexuel. D’abord employé en psychologie et en sociologie, le mot s’est rapidement répandu dans des contextes généralistes. En 1992, le Code pénal donne sa propre définition, qui évolue au fur et à mesure des réaménagements de la Loi. Tous les sens coexistent.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Delarouvraie/brouillon harcèlements sexuels
\aʁ.sɛl.mɑ̃ sɛk.sɥɛl\

harcèlement sexuel \aʁ.sɛl.mɑ̃ sɛk.sɥɛl\ masculin

  1. (Psychologie) (Sociologie) Ensemble de paroles et de gestes de nature sexuelle dirigés vers une personne sans son consentement.
    • Et quand nous étudions les pratiques et les modèles à l’égard des femmes dans ces deux sociétés, nous y décelons une étrange parenté : [...] violence du harcèlement sexuel à l’égard des femmes [...]. — (Danielle Le Bricquir et Odette Thibault, Féminisme et Pacifisme : Même combat, Paris, Les Lettres libres, 1985, p. 133).
    • Rappelons enfin que l’on peut donner comme définition du harcèlement sexuel : tout propos, geste ou action de caractère sexuel qui n’a pas été souhaité par son destinataire, étant bien entendu qu’il ne faut pas exclure les cas, même rares, où des hommes en sont victimes. — (Évelyne Serdjenian, Les femmes et l’égalité professionnelle : des moyens d’action, Paris, Insep éditions 1988, p. 136).
    • Maintenant, franchement, as-tu eu des relations avec un autre homme ou alors as-tu été victime de harcèlement sexuel de la part de tes codétenus ou même de viol ? — (Françoise Porcher-Le Bars, Vingt-cinq collégiens et un condamné à mort, Paris, Syros-Alternatives , 1988, p. 82).
  2. (Par extension) Pression exercée sur une personne dans le but de lui imposer une relation sexuelle, en profitant d’un rapport de force avantageux, notamment de supériorité hiérarchique ou de contrainte financière.
    • Avec mes conneries, j’allais me retrouver au tribunal pour harcèlement sexuel. — (Maurice Lemoine, Un mec ou Les Mémoires d’un macho, Paris, Encre, 1984, p. 465).
    • Le harcèlement sexuel est constitué dès lors qu’une personne, employeur, salarié ou intervenant extérieur dans l’entreprise, agit en vue d’obtenir des faveurs de nature sexuelle à son profit ou au profit d’un tiers. — (Marie Fontanel, ‎Nicolas Grivel et ‎Valérie Saintoyant, Le modèle social français, Odile Jacob, 2007 page 81).
    • Après l'affaire Harvey Weinstein à Hollywood, le producteur accusé d’harcèlement[sic], agressions ou viols par des dizaines d’actrices début octobre 2017, les langues se libèrent. Le harcèlement sexuel, loin d’être limité au travail, touche toutes sortes de milieux. Les victimes renoncent souvent à porter plainte par manque de preuves ou peur des conséquences. — (Rédaction de la rubrique Actualités , « Harcèlement sexuel: la parole se libère après le cas Weinstein », L'Express, consulté le 13 mai 2017).
  3. (Zoologie) Chez les animaux, accouplement agressif imposé par le dominant.
    • Il faut cependant se rendre à l’évidence. Le harcèlement sexuel s’avère un épisode très répandu dans le monde animal et peu d’espèces, humain compris, échappent à cette observation. Les insectes, comme les mouches drosophiles ou les libellules Calopteryx haemorrhoidalis, exercent aussi des copulations forcées. — (Thierry Lodé, La Guerre des sexes chez les animaux. Une histoire naturelle de la sexualité, Paris, Odile Jacob, 2006).
  4. (Droit) Fait d’imposer à une personne, de façon répétée, des propos ou comportements à connotation sexuelle qui, soit portent atteinte à sa dignité en raison de leur caractère dégradant ou humiliant, soit créent à son encontre une situation intimidante, hostile ou offensante.[2]
    • Le harcèlement sexuel est une violence fondée sur des rapports de domination et d’intimidation qui peut se produire sur le lieu de travail mais aussi dans d’autres milieux (associatif, sportif, universitaire, dans le cadre de démarches pour louer un appartement, etc.). — Une personne vous impose à plusieurs reprises des propos sexistes et/ou obscènes [...]. Ces actes et ces attitudes sont interdits et punis par la loi. — (Secrétariat d’État en charge de l’égalité entre les femmes et les hommes , « Suis-je-concernée ? », stop-violences-femmes.gouv.fr. Mis en ligne le 13 décembre 2017, consulté le 22 avril 2018).
    • En France, la loi de 1992 sanctionne ces comportements et aujourd’hui, avec celle de juillet 2012, plus précise dans la définition du délit, le harcèlement sexuel se conjugue aussi entre collègues (peu importent le grade et la fonction) ou membres d’une même communauté, d’une école ou université, entre amis ou dans un métier de relation d’aide (médecin, psychologue) et inclut bien d’autres actes. Qu’il s’agisse d’intimidation ou de chantage, de paroles ou de gestes déplacés, de blagues grivoises, d’allusions au sexe ou aux hormones, de compliments inappropriés ou de regards déplacés, ou encore de mimiques provocantes, cette violence psychologique est punie par la loi. — (Sylvie Tenenbaum, Les Hommes naissent libres et égaux... Et les femmes ?, Paris, Albin Michel, 2014).

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

Harceleurs sexuels[modifier le wikicode]

Français[modifier le wikicode]

Forme de nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
harceleur sexuel harceleurs sexuels
\aʁ.sə.lœʁ sɛk.sɥɛl\

harceleurs sexuels \aʁ.sə.lœʁ sɛk.sɥɛl\ masculin

  1. Pluriel de harceleur sexuel , employé lorsqu’il s’agit de plusieurs hommes, ou bien d’homme(s) et de femme(s).
    • Ceci permet de s’intéresser à l’ensemble de la délinquance sexuelle, aussi bien les violeurs que les agresseurs mais également les harceleurs sexuels, les téléchargeurs ou diffuseurs d’images à caractère pédopornographique, sans oublier les exhibitionnistes, fétichistes et autres délinquants paraphiles. — (Joëlle Mignot, Patrick Blachère, Audrey Gorin et Cyril Tarquinio Psychosexologie en 40 leçons, Paris, Dunod, collection Aide-mémoire, 2018, p. 317).

Professeure[modifier le wikicode]

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(XXe siècle) Dérivé de professeur avec le suffixe -e

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Delarouvraie/brouillon Delarouvraie/brouillons
\pʁɔ.fɛ.sœʁ\

professeure \pʁɔ.fɛ.sœʁ\ féminin

  1. Personne qui enseigne quelque science, quelque art.
  1. Personne qui enseigne dans l’enseignement secondaire, à savoir le collège et le lycée.
  1. Enseignante, femme qui professe, qui enseigne.
    • Ce n’est évidemment pas dans mon intention. Que les femmes qui enseignent ou se destinent à l’enseignement veuillent bien m’excuser et considérer que ce texte s’adresse aussi à toutes les jeunes professeures. — (Philippe Meirieu, Lettre à un jeune professeur, ESF Éditeur, 2012)
    • Florence Robine, nommée rectrice de l’Académie de Créteil en 2013, a demandé dans une note de service de « veiller désormais à dire et écrire, s’agissant d’une femme : directrice, inspectrice, rectrice, professeure, proviseure […] ». — (Marina Yaguello, Les Mots ont un sexe : Pourquoi « marmotte » n’est pas le féminin de « marmot », 2014)
  1. Titre obtenu à l’issue d’un cursus universitaire, permettant d’encadrer des recherches académiques et universitaires.
  2. Personne qui professe une doctrine.

Synonymes[modifier le wikicode]

Enseignante (1) :

Traductions[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Notes[modifier le wikicode]
La féminisation des noms de métiers est un sujet débattu dans la francophonie :
  • En Belgique, le gouvernement de la Communauté francophone (Fédération Wallonie-Bruxelles) a publié un arrêté établissant les règles de féminisation[3]. Un guide de féminisation publié par la Communauté française (Fédération Wallonie-Bruxelles) existe également[4] ;
  • En France, le Gouvernement considère que la féminisation des noms de métiers doit être encouragée dans les administrations et établissements publics depuis 1986[5]. De son côté l’Académie française, condamne la plupart de ces féminisations et ne recommande pas leur utilisation[6][7] ;
  • Au Québec, l’Office québécois de la langue française encourage l’utilisation de forme féminine pour les noms de métiers[8] ;
  • En Suisse, le canton de Genève a voté un règlement en faveur de l’usage des formes féminines des noms de métiers[9].

Références[modifier le wikicode]

  • Société française de psychologie, Psychologie du travail. Journées d’études des 25-26 février 1984, Paris, Entreprise moderne d’édition, 1984, p. 66
  • a et b article 222-33 du Code Pénal
  • Arrêté du Gouvernement de la Communauté française établissant les règles de féminisation des noms de métier, fonction, grade ou titre, Fédération Wallonie-Bruxelles, 1993
  • « Mettre au féminin – Guide de féminisation des noms de métier, fonction, grade ou titre », Fédération Wallonie-Bruxelles, 3ème édition, 2014.
  • Circulaire du 6 mars 1998 relative à la féminisation des noms de métier, fonction, grade ou titre, Journal officiel de la République française, 1998
  • L’Académie française, Féminisation des noms de métiers, fonctions, grades et titres
  • L’Académie française, Le français aujourd’hui, paragraphe La féminisation des noms de métiers, fonctions, grades ou titres : controverse
  • Questions fréquentes sur la féminisation, Office québécois de la langue française, 2002
  • B 2 05.13 : Règlement relatif à l’usage de la forme féminine des noms de métier, de fonction, de grade ou de titre dans les actes officiels (RFém), Genève, 1989