Iroquois

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : iroquois

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Origine obscure, mais pourrait provenir d’une phrase souvent employée à la fin des discours iroquois, hiro kone (« j’ai dit »).
D’autres considèrent que le mot proviendrait du nom qui leur a été donné par leurs ennemis, les Algonquins : Irinakhoi (« vraie vipère »[1] ou « serpents à sonnette »). Toutefois, les Iroquois s’appellent eux-mêmes Haudenosaunee (« peuple aux longues maisons »).

Nom commun[modifier]

Singulier Pluriel
Masculin Iroquois
\i.ʁɔ.kwa\
Féminin Iroquoise
\i.ʁɔ.kwaz\
Iroquoises
\i.ʁɔ.kwaz\

Iroquois \i.ʁɔ.kwa\ masculin

  1. Amérindien parlant l’iroquois.
    • Près de Trois-Rivières, en 1652, des Iroquois capturent Radisson. Impressionnés par son courage, ses ravisseurs lui peignent le visage moitié de noir, moitié de rouge. « Noir pour la mort, rouge pour la vie », observe Fournier qui raconte la chose. (Le Devoir, 16 avril 2011)
    • Cécile Boland nous vient de Belgique et semble découvrir la France comme un Iroquois. Nos mœurs l’interrogent et elle s’en amuse pour mieux nous amuser. (Le Figaro, 29 octobre 2010)
  2. (Au pluriel) (Collectivement) Nation amérindienne d’Amérique du Nord ayant occupé historiquement, selon les époques, les rives est du lac Huron, le nord de l'État de New York, le sud du lac Ontario et certaines parties de la vallée du Saint-Laurent.
    • Il ne faut pas confondre les Iroquois et les Iroquoiens.
    • Les Iroquois, qui avaient perdu leur traditionnelle emprise sur les voies de communication, ne pouvaient tolérer que des ennemis séculaires prennent ainsi avantage de la présence européenne en Amérique du Nord. (Jean Hamelin (dir.), Histoire du Québec, Edisem, 1977, p. 105)
    • C’est que le but de la proposition que nous faisons est de regarder a priori, et non pas a fortiori, ce qu’il pourrait arriver eu égard, d’abord, aux négociations territoriales, et ensuite, à la capacité du gouvernement de pouvoir protéger les modes de vie traditionnels des groupes autochtones au Québec, que ce soit les Algonquins, les Iroquois, les Attikameks-Montagnais, ou tous les autres. (Assemblée nationale du Québec, Journal des débats, Commission de l’économie et du travail, 26 avril 1990)
    • Le harcèlement iroquois se poursuit quand même en Nouvelle-France. Entre 1661 et 1665, les Iroquois redoublent d'audace. Rien ne les arrête. (Jacques Lacoursière, Histoire populaire du Québec, vol. 1, « Des origines à 1791 », 2013, p. 145.)
  3. (Désuet) Celui, celle dont la conduite ou les paroles sont peu conformes au bon sens ou au bon usage. Voir apache.
    • Quel Iroquois ! Quel Sauvage !

Hyperonymes[modifier]

Traductions[modifier]

Hyperonymes[modifier]

Hyponymes[modifier]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]

  1. Jean Hamelin (dir.), Histoire du Québec, Edisem, 1977, p. 40.

Anglais[modifier]

Étymologie[modifier]

Du français Iroquois.

Nom commun[modifier]

Iroquois \Prononciation ?\ (pluriel à préciser)

  1. (Au pluriel) (Collectivement) Peuple iroquois.
  2. Personne appartenant au peuple des Iroquois.

Prononciation[modifier]

  • (États-Unis) : écouter « Iroquois »