Mediomatrici

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Gaulois[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Mot dérivé de medios.
Le nom de peuple signifie littéralement « Ceux des *mediomateres », c'est-à-dire « Ceux des mères du monde du milieu ».

Nom propre [modifier le wikicode]

Mediomatrici

  1. Nom de peuple gaulois.

Références[modifier le wikicode]

  • Jean-Paul Savignac, Dictionnaire français-gaulois, La Différence, 2004 ISBN 978-2729115296, p. 8i

Latin[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Ethnonyme gaulois.
Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun [modifier le wikicode]

Cas Pluriel
Nominatif Mediomatricī
Vocatif Mediomatricī
Accusatif Mediomatricōs
Génitif Mediomatricōrum
Datif Mediomatricīs
Ablatif Mediomatricīs

Mediomatrici \Prononciation ?\ masculin pluriel

  1. Médiomatrices ou Médiomatriques, peuple de Gaule belgique dont la capitale est Metz.
    • A Scaldi incolunt [texero] Texuandri pluribus nominibus, dein Menapi, Morini ora Marsacis iuncti pago qui Gesoriacus vocatur, Britanni, Ambiani, Bellovaci, Bassi. Introrsus Catoslugi, Atrebates, Nervi liberi, Veromandui, Suaeuconi, Suessiones liberi, Ulmanectes liberi, Tungri, Sunuci, Frisiavones, Baetasi, Leuci liberi, Treveri liberi antea et Lingones foederati, Remi foederati, Mediomatrici, Sequani, Raurici, Helveti, coloniae Equestris et Raurica. Rhenum autem accolentes Germaniae gentium in eadem provincia Nemetes, Triboci, Vangiones, in Ubis colonia Agrippinensis, Guberni, Batavi et quos in insulis diximus Rheni. — (Pline, Naturalis Historia, IV, 106)
      À l’Escaut, l’extérieur est habité par les Toxandres, divisés en plusieurs peuplades; puis viennent les Ménapiens, les Morins, les Oromansaques, attenants au bourg appelé Gessoriacum (IV, 30) ; les Bretons, les Ambianiens, les Bellovaques ; dans l’intérieur, les Catusiuges, les Atrébates, les Nerviens, libres ; les Véromanduens, les Suécons, les Sassions, libres; les Ulmanètes, libres ; les Tongres, les Sunuques, les Frisiabons, les Betases, les Leuciens, libres ; les Trévères, libres auparavant, alliés maintenant ; les Lingons, alliés ; les Rèmes, alliés ; les Médiomatriques, les Séquanes, les Rauriques, les Helvétiens : colonies, Équestris et Raurica (23) ; sur le Rhin, peuplades germaniques habitant la Gaule Belgique : les Némètes, les Triboques, les Vangions ; puis les Ubiens, la colonie d’Agrippine (Cologne), les Gubernes, les Bataves, et ceux dont nous avons parlé à propos des îles du Rhin.

Références[modifier le wikicode]