Messalina

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Voir aussi : messalina

Latin[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

De Messala (nom de son père) avec le suffixe -ina ; voir Messalinus.

Nom propre [modifier le wikicode]

Cas Singulier
Nominatif Messalină
Vocatif Messalină
Accusatif Messalinăm
Génitif Messalinae
Datif Messalinae
Ablatif Messalinā

Messālīna \Prononciation ?\ féminin

  1. Messaline, femme de l’empereur Claude.
    • Neque data senatus copia: intra cubiculum auditur, Messalina coram et Suillio corruptionem militum, quos pecunia et stupro in omne flagitium obstrictos arguebat, exim adulterium Poppaeae, postremum mollitiam corporis obiectante. ad quod victo silentio prorupit reus et 'interroga' inquit, 'Suilli, filios tuos: virum esse me fatebuntur.' ingressusque defensionem, commoto maiorem in modum Claudio, Messalinae quoque lacrimas excivit. quibus abluendis cubiculo egrediens monet Vitellium ne elabi reum sineret: ipsa ad perniciem Poppaeae festinat, subditis qui terrore carceris ad voluntariam mortem propellerent, adeo ignaro Caesare ut paucos post dies epulantem apud se maritum eius Scipionem percontaretur cur sine uxore discubuisset, atque ille functam fato responderet. — (Tacite, Ab excessu divi Augusti, XI)
      On ne lui permit pas de se justifier devant le sénat. Il fut entendu dans l’appartement de Claude, en présence de Messaline. Suilius le peignit comme un corrupteur des soldats, qu’il avait, disait-il, achetés au crime par ses largesses et ses impudicités. Il l’accusa ensuite d’adultère avec Poppéa ; enfin il lui reprocha de dégrader son sexe. A ce dernier outrage, sa patience vaincue lui échappe : "Interroge tes fils, dit-il à Suilius, ils avoueront que je suis un homme." Les paroles qu’il prononça pour sa défense émurent vivement Claude, et arrachèrent des larmes à Messaline elle-même. En sortant pour les essuyer, elle avertit Vitellius de prendre garde que l’accusé n’échappât. Pour elle, tournant ses soins à la perte de Poppéa, elle aposta des traîtres, qui la poussèrent, par la peur du cachot, à se donner la mort. Ce fut tellement à l’insu du prince, que, peu de jours après, ayant reçu à sa table Scipion, mari de Poppéa, Claude lui demanda pourquoi il était venu sans sa femme. Scipion répondit qu’elle avait fini sa destinée.
  2. Statilia Messalina, femme de l’empereur Néron.
    • Uxores praeter Octaviam duas postea duxit, Poppaeam Sabinam quaestorio patre natam et equiti Romano antea nuptam, deinde Statiliam Messalinam Tauri bis consulis ac triumphalis abneptem. Qua ut poteretur, virum eius Atticum Vestinum consulem in honore ipso trucidavit. — (Suétone, Vita Neronis)
      Indépendamment d’Octavie, il épousa Poppaea Sabina, fille d’un questeur, mariée auparavant à un chevalier romain, et Statilia Messalina, arrière-petite-fille de Taurus, honoré deux fois du consulat et du triomphe. Pour se l’approprier, il assassina son mari, le consul Atticus Vestinus, dans l’exercice de ses fonctions.

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]