Modèle:Entrée en lumière/5

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français

mousse

Étymologie

(Nom commun 1) Provient probablement à la fois du vieux-francique *mosa (issu du néerlandais mos) (« mousse », la plante) latinisé en mossa, et du latin mulsa (« hydromel »), qui aurait été utilisé pour désigner la plante métaphoriquement.
(Nom commun 2) Emprunté soit à l’espagnol mozo (« garçonnet, jeune homme puis apprenti marin ») soit au catalan mosso (« jeune homme puis apprenti marin »), lui-même emprunté à l’espagnol mozo. Le mot mozo vient du latin muttiu (« émoussé »), à cause du fait que l’on rasait la tête des garçonnets et des jeunes gens.

Nom commun 1

La mousse d’un cappucino.

mousse \mus\ féminin

  1. (Botanique) Plante rase des lieux humides.
    • En 1873, le bryologue RENAUD publiait, en collaboration avec D. LALOY, un excellent Catalogue des plantes phanérogames et des Mousses observées jusqu’à cette époque dans le département de la Haute-Saône […] — (Gustave Malcuit, Contributions à l’étude phytosociologique des Vosges méridionales saônoises, les associations végétales de la vallée de La Lanterne, thèse de doctorat, Société d’édition du Nord, 1929, p. 2)
  2. (Figuré) Amas serré de bulles qui se forme à la surface d’un liquide.
    • Un cantinier qui se rase sur l’accotement, sa glace pendue à un cerisier, attend avec nervosité, la figure débordant de mousse, que nous ayons fini de faire trembler la route. — (Jean Giraudoux, Retour d’Alsace - Août 1914, 1916)

Nom commun 2

Un mousse.

mousse \mus\ masculin

  1. Jeune marin.
    • Les mousses, en raison de leur gymnastique particulière, ont aussi les bras et les muscles pectoraux très-gros. — (Jean Déhès, Essai sur l’amélioration des races chevalines de la France, École impériale vétérinaire de Toulouse, Thèse de médecine vétérinaire, 1868)
    • Jean Donnard allait répondre, quand les sept marins et le mousse, qui formaient le reste de son équipage, apparurent sur la cale, portant leurs capotes de toile cirée et leurs paniers d’osier. — (Octave Mirbeau, Les eaux muettes)
Lire la page mousse en entier