Mortagne

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Étymologie obscure : les « Mortagne » sont attestés généralement sous la forme Mauritania en latin médiéval ; ils seraient alors issus :
  1. Du substantif latin latin Mauritania avec le sens[1] de « lieu de stationnement d'une unité maure de l'armée romaine à l'époque du Bas Empire » ou « localité fondée ou occupées, à l'époque du Bas Empire, par des soldats maures » ;
  2. D’un anthroponyme latin *Mauretanus, apparenté à Maurice[2].

Nom propre [modifier le wikicode]

Nom propre
Mortagne
\mɔʁ.taɲ\

Mortagne \mɔʁ.taɲ\ féminin

  1. (Géographie) Affluent de la Meurthe coulant dans les départements des Vosges et de Meurthe-et-Moselle.
    • La Mortagne nait dans le massif des Vosges, à Saint-Léonard.
    • Des femmes sans époux, des vieillards sans compagne,
      D’un pas que la douleur a rendu méfiant
      Suivent, dépossédés, le cours de la Mortagne
      Dont la plainte se mêle aux longs sanglots du vent.
      — (Émile Sicard, Gerbeviller)
    1. (Géographie) Commune française, située dans le département des Vosges.
  2. (Géographie) Ruisseau du Puy-de-Dôme, affluent de la Dordogne.
    • La Mortagne prend sa source à 1 136 m d'altitude sur la commune de La Tour-d'Auvergne, au sortir d'un étang proche du col de la Sœur. — (Mortagne (ruisseau) sur l’encyclopédie Wikipédia Wikipedia-logo-v2.svg)
  3. Forme courte de l’une des localités données ci-dessous.

Gentilés et adjectifs correspondants[modifier le wikicode]

commune des Vosges

Dérivés[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

  • Cette page utilise des renseignements venant du site habitants.fr.
  1. Auguste Longnon, Les Noms de lieu de la France (1921), Ayer Publishing, 1973, p. 135-136
  2. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. 1 : Formations préceltique, celtiques, romanes, Genève, 1998, p. 636