Wiktionnaire:Actualités/080-novembre-2021

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Autres langues :
  • français

Actualités du Wiktionnaire

Numéro 80 — novembre 2021
Logo Wiktionnaire-Actualités.svg

Wiktionnaire:Actualités est un journal mensuel sur le Wiktionnaire, les dictionnaires et les mots. Il est publié en ligne depuis avril 2015. Son écriture est ouverte à toutes les bonnes volontés. Vous pouvez vous inscrire pour recevoir un avis lors de la publication des prochains numéros, consulter les anciens numéros et participer au brouillon de la prochaine édition. Vous pouvez lire aussi les Regards sur l’actualité de la Wikimedia. Pour les commentaires, critiques ou suggestions, voir la page de discussion.

Des jantes, parce qu’on est déjantés.

Jantes colorées photographiées par MOs810 (cliquez pour voir la photographie en entier).

Brèves d’ici

  • Noé a proposé une discussion sur les caviars, huîtres et autres produits de la mer dont l’intégration dans un dictionnaire pose question, car ce sont des noms commerciaux ou des appellations commerciales selon les formes ou l’origine. Difficile de savoir comment bien les présenter dans le Wiktionnaire.
  • La patrouille, c’est-à-dire la veille sur les modifications de page, est une tâche de fond qui implique une partie du contributorat, et entraîne des discussions parfois sur la meilleure manière de le faire. Ce mois-ci, sur des vandalismes usants sur les entrées en russe.
  • Les entrées en page d’accueil mettent en avant des contenus du Wiktionnaire, et pour la première fois suscitent un débat avec la mise en valeur de l’entrée iel à l’occasion de sa visibilité dans les médias. Une discussion qui est poursuivie suite à la proposition d’autres termes non standards.
  • Les 20-21 novembre s’est tenue la cinquième WikiConvention francophone, qui a été cette fois en ligne, avec diffusion en direct d’une partie des conférences. Le Wiktionnaire a été mentionné à plusieurs reprises, notamment par Reda Kerbouche et Pamputt qui ont présenté les synergies avec Lingua Libre pour le Wiktionnaire en chaoui (fichier PDF). Une assemblée constituante s’est également tenue le samedi pour établir comme association WikiFranca, un réseau informel réunissant des francophones depuis une dizaine d’années. Son objectif est de fédérer des initiatives et d’aider les groupes locaux à monter en compétence sur la contribution, à mener des projets plus ambitieux et à rencontrer des partenaires institutionnels locaux pour obtenir des fonds.


Statistiques

Du 20 novembre au 20 décembre 2021

Circle-icons-arrow-up.svg + 12 297 entrées et 73 langues modifiées pour atteindre 4 451 399 entrées et 1 240 langues avec au moins cinq entrées.

Circle-icons-typography.svg + 1 480 entrées en français pour atteindre 396 970 lemmes et 609 191 définitions.

Circle-icons-bar-chart.svg Les cinq langues qui ont le plus avancé, outre le français, sont le same du Nord (+ 4 969 entrées), le kotava (+ 1 902 entrées), l’allemand (+ 1 002 entrées), le polonais (+ 665 entrées) et le normand (+ 539 entrées).

Circle-icons-typography-ar.svg Une nouvelle langue : le saya (+1).

Circle-icons-quote.svg + 3 193 citations ou exemples en français pour atteindre 500 318 🎉.

Circle-icons-camera.svg + 556 médias d’illustrations (images et vidéos) dans les articles du Wiktionnaire, pour atteindre 56 472.

Du 31 octobre au 30 novembre 2021

Circle-icons-speaker.svg + 6 604 sections de langue contenant au moins une prononciation audio (dont 2 067 pour le français) pour atteindre 304 277 sections de langue contenant au moins une prononciation audio pour 138 langues (dont 132 419 pour le français).

Icons8 flat mind map.svg + 4 nouveau thésaurus soit un total de 1 098 thésaurus dans 67 langues dont 801 thésaurus en langue française ! Les nouveaux thésaurus sont sur l’échec et l’étonnement par un petit groupe lors d’un atelier à Grenoble, la musique en vietnamien par Cdang et le pain en lorrain‎ par Poslovitch.

Circle-icons-trends.svg Wikiscan et Wikistats donnent chaque mois accès à beaucoup de mesures, dont la liste des pages les plus consultées et des pages modifiées par le plus de personnes.

Circle-icons-calendar.svg + 32 mots créés sur les 46 proposés dans les Mots du jour !

Brèves d’ailleurs

  • À propos de l’auguste Oxford English Dictionary, saviez-vous que J.R.R. Tolkien avait travaillé à sa rédaction ? Sa participation l’aurait formé à une certaine approche de l’étymologie qu’il aurait réinvestie dans ses écrits. Un ouvrage inédit en français revient sur cette partie-là de la vie de l’auteur de Bilbo le Hobbit, du Seigneur des anneaux et du Silmarillon. Un article en anglais résume et présente l’ouvrage The Ring of Words: Tolkien and the Oxford English Dictionary.
  • Le Dictionnaire historique de la langue espagnole (Diccionario histórico de la lengua española) a publié le 11 novembre une mise à jour qui porte à plus de 7 000 entrées grâce à l’ajout de 690 mots et plus de 22 000 exemples !
  • Le Conseil de la Nation Atikamekw a annoncé la publication officielle d’un dictionnaire atikamekw-français et d’un dictionnaire français-atikamekw. Chaque partie comporte plus de 12 000 entrées et ils sont disponibles en ligne.


À voir ou écouter

Quelques émissions audio ou vidéo sur la lexicographie, la linguistique et la langue française sorties ou découvertes ce mois-ci.

  • Comment la Suisse romande s’est mise à parler français au lieu des langues d’oïl qui s’y parlaient avant ? Est-ce qu’il reste des patoisants en Suisse ? Des questions que s’est posé Alexandre Willemin dans un reportage dans le Jura et dans le canton de Vaux réalisé pour Nouvo.
  • Un reportage de TF1 de 1978 ressorti par l’INA à propos du louchébem, l’argot des bouchers, dont le français a conservé quelques mots, en loucedé.
  • France 3 Grand-Est a diffusé le 24 novembre une édition spéciale du journal télévisé 19/20 Lorraine consacrée aux langues régionales. Dans cette édition disponible en replay sur leur site pendant au moins deux semaines, le présentateur interviewe Kévin Goeuriot (auteur), M. Daval (président d'une association de patois vosgien) et Claude Vanony (humoriste). Les reportages portent, entre autres, sur l'enseignement du platt (lorrain francique) et la sauvegarde du patois vosgien.
  • Vérino, humoriste, est l’invité du Centre d’études linguistiques de l’Université Jean Moulin Lyon 3 pour une conférence sur l’humour dans le langage, afin de croiser les approches dans un format intéressant sur l’émotion et la créativité discursive.
Des jantes.

Jantes colorées par Paulhaberstroh, proposées dans le cadre du concours défi photo de novembre.

La langue française est-elle compliquée ?

France Culture a diffusé une émission intitulée « La langue française est-elle compliquée ? » ; la linguiste Anne Abeillé et l’écrivain Étienne Kern étaient invités pour discuter de cette question.

Anne Abeillé a tout d’abord rappelé que la grammaire est la façon dont on combine des mots pour donner un sens à nos paroles, que c’est quelque-chose qu’un enfant a déjà naturellement dans la tête dès l’âge de deux ans quand il fait ses mini-phrases et qu’il a donc appris la grammaire avant d’aller à l’école et de savoir écrire. Si certaines règles de grammaire sont fondamentales, d’autres ne sont que des conventions et leur utilité est donc discutable.

À la question « Est ce que le français est une langue plus difficile qu’une autre ? », Anne Abeillé a répondu en différenciant l’oral et l’écrit. À l’oral, le français n’est pas plus dur qu’une autre langue même s’il possède quelques sons comme le \r\ et le \u\ qui sont rares dans les autres langues. À l’écrit, en revanche, si l’orthographe a été réformée pour évoluer avec la prononciation jusqu’au début du XIXe siècle, cela s’est ensuite arrêté. D’où un passage à l’écrit désormais douloureux, au contraire d’autres langues où les systèmes d’écriture sont plus proches de la prononciation. À ce titre, Anne Abeillé s’est déclarée pour une simplification de l’orthographe, mais pas de la grammaire, en précisant que la réalité de la langue est quand même l’oral car il y a beaucoup de langues qui ne sont que parlées. Elle observe aussi qu’avec internet, les gens osent écrire comme ils parlent, ce qui se traduit par une plus grande liberté orthographique.

Étienne Kern a lui abordé plusieurs aspects très intéressants du dilemme du tutoiement/vouvoiement. Par exemple, pendant des siècles seul le tutoiement était utilisé dans la bible car il n’existait pas de vouvoiement en grec, latin ni hébreu. Puis le « vous » y a été introduit au XVIIe siècle, en parallèle de l’apparition de la bienséance dans la société.
— une chronique par Marxav

Iel est vilain·e ?

Lors de la dernière mise en ligne de nouvelles entrées dans Le Robert Dico en ligne, plusieurs entrées ont été ajoutées, dont iel. Aucun communiqué de presse n’a été diffusé, et c’est par hasard qu’un wiktionnariste, Otourly, voit passer une discussion sur Twitter faisant référence à la page du Robert, et ajoute l’information dans le Wiktionnaire. Lepticed7, s’en aperçoit et relaie sa découverte dans un message sur Twitter qui a été partagé tant et si bien que la presse s’y est intéressée et en a fait ses choux gras. D’abord L’important puis Le Figaro dans un article intitulé « L’idéologie woke à l’assaut du dictionnaire Le Robert. Celui-ci donne la parole à deux lexicographes qui expriment leurs avis sur ce pronom personnel qui vient bousculer le système de la langue.

Le terme est déjà défini dans le Wiktionnaire depuis 2015, avec l’entrée iel qui a donné lieu à de nombreuses discussions sur sa rédaction, amenant à la participation de plus de cent personnes différentes. L’entrée est très consultée, ce qui semble indiquer un intérêt pour la compréhension de ce terme, et c’est bien la mission d’un dictionnaire que d’aider à comprendre les mots que l’on peut rencontrer. La rédaction du Robert a d’ailleurs publié un billet de blog sur l’intégration du pronom iel afin d’expliciter ses travaux de documentations qui ont mené à l’intégrer dans sa nomenclature.

Les prises de position sont cependant nombreuses en France, avec celle notamment du ministère de l’Éducation nationale de France dans un tweet critiquant l’écriture inclusive auquel Élisabeth Moreno, la ministre chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l'Égalité des chances répond avec un autre son de cloche. Dans le même sens, une réaction de Bernard Cerquiglini, qui précise au micro de RTS 1 ainsi que celle du lexicologue Jean Pruvost. De nombreuses réponses ensuite à cette polémique dont un fil d’explication par Laélia Véron, un fil de Monté de Linguisticae, une intervention d’Éliane Viennot et un message de Rudy Loock qui tentent de clarifier la situation. Mathieu Avanzi, connu pour ses travaux sur les variantes régionales du français, fait le point pour France-Info. La linguiste Maria Candea rappelle pour Ouest-France qu’un dictionnaire n’invente jamais un mot. Le journal 20 minutes sollicite plusieurs linguistes et personnes intéressées par le sujet de la non-binarité. Libération invite Arnaud Hoedt et Jérôme Piron dans une tribune Highway to « iel », tandis que RCF ouvre son micro à Patrice de Plunkett qui prédit la disparition de la grammaire. Monté de Linguisticae propose aussi des réponses agacées à des nombreux arguments entendus sur le sujet. Un ouvrage paru récemment questionne plus largement ce sujet du neutre et son autrice répond dans un long entretien pour Diacritik.

Le Wiktionnaire ne s’est pas retrouvé embarqué dans le joyeux autodafé auquel tant de bougons promettent leurs exemplaires du Robert, mais une discussion collective a néanmoins eu lieu sur la pertinence de présenter en page d’accueil ce mot le 17 novembre.

PS : Si vous n’êtes pas proche de la Bretagne, le titre de l’article est un jeu de mot avec le nom d’un département français, l’Ille-et-Vilaine.
— une chronique par Noé
Jante.

Jante de tracteur photographiée par Magnolia677.

Dictionnaire du mois

Arnold R. Highfield, The French Dialect of St. Thomas, U.S. Virgin Islands, a descriptive grammar with texts and glossary, Karoma Publishers, 1979, 350 pages.

Connaissez-vous l’île de Saint-Thomas, au sein des îles Vierges des États-Unis ? Non ? Vous pouvez jeter un coup d’œil à une carte avant de poursuivre, si vous voulez. Saint-Thomas est une petite île sur laquelle vivent un millier de personnes qui parlent français. Ou plutôt qui parlent une langue qui est peut-être du français, peut-être pas, dont on ne connait pas de forme écrite et qui est probablement éteinte aujourd’hui.

Pour faire bref, le peuplement de Saint-Thomas a été un peu chaotique, avec plusieurs phases de colonisation successives, dont un groupe de Français, de Normands et de Bretons qui sont venus depuis Saint-Barthélémy (alors dépendance de la Guadeloupe) et qui se considèrent toujours comme des descendants de Français. Leur langue a ensuite évolué avec le temps, prenant des mots à l’anglais, d’autres au créole antillais, aux langues indigènes. Elle a développé aussi des formes propres, en faisant évoluer son vocabulaire avec l’influence de la vie maritime et agricole de cette population.

En 1974-1975, Arnold R. Highfield se rend sur place pour étudier cette langue dans le cadre d’une thèse universitaire qui sera publiée par la suite en 1979. Il rencontre des personnes qui parlent encore cette langue et il peut en étudier la prononciation, la syntaxe et le lexique. Il part d’un a priori un peu surprenant : considérer qu’il ne s’agit pas de français, mais observer la langue telle quelle, et la décrire complétement. On découvre donc dans la première partie une analyse surprenante du français comme s’il s’agissait d’une langue exotique encore non décrite !

Il fait le choix de l’écrire à la manière des créoles locaux et non comme le français, rendant la langue encore plus étrangère. Son dictionnaire de plus de 160 pages mêle du français très standard avec des innovations étonnantes et des variations de prononciation que l’on peut aussi croiser ailleurs dans la francophonie. Il note par exemple la nasalité avec des circonflexes, et le son [k] rendu souvent en français par <qu> est indiqué avec <k>.

Dans une partie de son analyse, il liste les termes qui lui semblent rendre compte des diverses influences. Pour le normand, stila, stela pour celui-là, celle-là, licher pour lécher, aswèr pour ce soir. Pour l’influence créole, moûn pour quelqu’un, une personne, mon (recensé par une base de pronoms), óti ke pour où ?. Pour le français, il note surtout la persistance de mots perçus comme archaïques ailleurs, tel que harde pour les vêtements, une fachri pour le ressentiment, tchulòt pour le pantalon. Mais il y a aussi des innovations internes, propres au génie de la langue française mais pas en usage ailleurs, tel que krimòer (crimeur), une personne qui commet un crime, nẅit de miel pour la nuit de noce ou l’interjection majin pour marquer sa surprise (sur la base du mot imagine).

À la lecture de l’ouvrage, j’ai cependant un peu de mal à être convaincu par son approche et par les analyses proposées, principalement parce que le corpus collecté est assez faible. Robert Chaudenson, qui a étudié le français de Saint-Barthélémy, considère qu’il s’agit bien d’un dialecte de français et non d’une langue différente, dont la communauté est partagée entre les deux îles. Cette analyse manque d’une comparaison au français des autres îles proches, de Louisiane, d’Acadie et du Québec. Il me semble aussi qu’une relecture par un francophone natif affinerait l’analyse proposée. Malheureusement, il est probablement impossible d’aller vérifier aujourd’hui, 45 ans après son séjour, puisqu’il semble rester bien peu de locuteurs.

Si vous avez des connaissances sur des dialectes étonnants du français, ces informations sont précieuses ! N’hésitez pas à les documenter dans le Wiktionnaire !
— une chronique par Noé

Les collaborations de la semaine de novembre

Ces propositions, affichées sur la page d’accueil, ont été proposées par Noé. Merci de leurs contributions aux personnes qui ont créé ces nouvelles entrées : Lyokoï, ArsèneR.D., Pamputt, Bpierreb, Bercours et Mavienvert ! applau

Semaine 44 (1 au 7 novembre 2021)

Vous aimez la poésie et les mots chantants ? Des jolis termes autour des rimes demeurent manquants : antérime, rimique, sous-rime, rime renversée, rime impératrice, rime millionnaire.

Semaine 45 (8 au 14 novembre 2021)

Semaine 46 (15 au 21 novembre 2021)

Un rocher-champignon

Une semaine entre pierre et vent : désert de sel, dôme salin, pierre à glissade, rocher-champignon, vallée sèche, yardang.

Semaine 47 (22 au 28 novembre 2021)

Plutôt cygne ou canard ? On est vernis, cette semaine, laquons ! laque burgauté, laque carminée, laque nitrocellulose, vernis Dagly, colle de peau, chimie de Reppe et en bonus l’ase fétide !

Semaine 48 (29 novembre au 5 décembre 2021)

L’Office québécois de la langue française vient de publier une liste de termes pour parler de sécurité informatique dont plusieurs manquent au Wiktionnaire : déni de service, donnée résiduelle, fuite d’information, gestion des privilèges, paiement sécurisé, privilège d’accès

Semaines suivantes

En décembre, des sèches, du miel et du caviar.
Jante.

Jante rouillée photographiée par Chris English.