Wiktionnaire:Actualités/012-mars-2016

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Logo Wiktionnaire-Actualités.svg

Wiktionnaire:Actualités est un petit périodique mensuel sur le Wiktionnaire et les mots qui existe depuis avril 2015. Son écriture est ouverte à toutes les bonnes volontés. Vous pouvez vous inscrire pour recevoir un avis lors de la publication des prochains numéros, consulter les anciens numéros et participer au brouillon de la prochaine édition. Vous pouvez lire aussi les Regards sur l’actualité de la Wikimedia. Si vous avez des commentaires, critiques ou suggestions, vous êtes les bienvenues sur la page de discussion !

Actualités - numéro 12 - mars 2016

Brèves[modifier le wikicode]

Le phénix est un animal palingénésique.
  • Depuis le 9 mars, chaque thésaurus du Wiktionnaire est lié à Wikipédia et réciproquement. Suite à une demande dans le Bistro de Wikipédia le 5 mars et à la réactivité d’Orlodrim, le modèle Autres projets a été modifié pour permettre d’ajouter une mention des thésaurus. Ensuite, une révision manuelle de plus de deux cents pages a permis de toutes les connecter avec les thésaurus correspondants. En espérant que cela permette de rendre plus visible cette partie du projet !
  • Le Wiktionnaire se dote d’une explication sur le droit des marques pour clarifier la problématique qui touche les entreprises dont les noms de produits deviennent d’usage commun. L'Actualité de juillet 2015 avait mentionné ce problème. Il s’agit d’un travail de synthèse rédigé principalement par Noé et Micheletb.
  • Comme relevé par Sammyday, le Wiktionnaire apparaît dans une citation du site Dans ton chat, à propos d’une recherche sur le mot palingénésiques qui en trois clics détaille comment s’est formé le mot à partir de palingénésie.

Wiktionnaire et lexicographie[modifier le wikicode]

Un des plus ancien dictionnaire bilingue, sumérien-akkadien, datant du milieu du premier millénaire avant notre ère.

Les lexicographes s’intéressent de plus en plus au projet Wiktionary (dans toutes ses langues) et aux nouvelles manières de faire de la lexicographie en ligne. Les presses universitaires d’Oxford ont publié un recueil d’articles en 2012 sur le sujet de la lexicographie électronique dans lequel Wiktionary est plus d’une fois abordé. Nous vous proposons ci-dessous la conclusion d’un article sur l’importance d’utiliser des corpus pour décrire les mots, dans lequel Patrick Hanks questionne le potentiel de Wiktionary. Cet article est disponible en ligne. La traduction suivante a été faite par nos soins, le texte original se trouve en bas de page.

La structure hypertexte de Wikimedia, et particulièrement du Wiktionnaire, est particulièrement adaptée comme modèle pour le dictionnaire électronique du futur. Il serait cependant nécessaire de mettre en place une manière de relier les définitions à des preuves issues de corpus, en incluant des informations sur la manière dont les sens des mots évoluent métaphoriquement. Cela nécessiterait que presque toutes les définitions soient profondément réexaminées à la lumière des informations tirées de corpus, comme cela a été proposé précédemment dans l’article. Un tel réexamen aurait besoin d’être mené systématiquement et professionnellement. Malgré notre sympathie pour une démarche anarchosyndicaliste de la lexicographie, il est difficile d’imaginer comment une nouvelle approche radicale de la redéfinition des verbes ou des termes naturels qui puisse développer notre compréhension de la nature du langage et du sens puisse être prise en charge systématiquement par un large groupe de volontaires enthousiastes non-coordonnés et de formation inégale. Nonobstant, le but global du projet doit rester d’« inclure non seulement les définitions des mots, mais également suffisamment d’informations pour réellement les comprendre » et, nous souhaiterions ajouter, d’être capable de les utiliser correctement— (Patrick Hanks, « Corpus evidence and electronic lexicography », dans Electronic Lexicography, publié par Sylviane Granger et Magali Paquot, Oxford University Press, 2012, page 82)[1]

L’enjeu mis en avant dans cet extrait, l’utilisation de corpus pour enrichir les définitions, n’est encore que peu questionné au sein du Wiktionnaire francophone, malgré l’ajout de près de 300 000 citations qui illustrent l’emploi des mots, mais les notes d’utilisation sont de plus en plus nombreuses au sein du projet. Elles émergent souvent de discussions entre les contributeurs et l’apport des lecteurs anonymes est très important dans cet enrichissement.

Par ailleurs, la formation inégale n’est pas qu’un handicap pour le projet, puisqu’il apporte différents regards sur les problèmes. Les notions de base sont de plus en plus expliquées au fur et à mesure de l’amélioration des pages d’aide et des discussions communautaires, permettant aux contributeurs de se former par eux-mêmes au sein de la communauté des contributeurs.

Statistiques[modifier le wikicode]

Début février à début mars (du 03/02/2016 au 05/03/2016)
  • Le français gagne 2 579 entrées et 1 985 citations. Il est désormais à 309 482 lemmes, 459 051 définitions et 291 191 citations d’illustration.
  • Les trois autres langues qui ont le plus avancé sont le same du Nord (+ 3 649 entrées), l’italien (+ 1 093 entrées) et le russe (+ 829 entrées).
  • Les nouvelles langues dans le projet sont : le suyá (+1), le perené (+1), le selknam (+1), le tepehuan du Nord (+1).
  • Cette période a vu l’enrichissement de 11 607 pages pour 106 langues !
  • Les nouveaux codes de langues dans le projet sont : le basap (code : bdb), le nyindrou (code : lid), le lika (code : lik), le liki (code : lio), le libido (code : liq), le col (code : liw), le libinza (code : liz), le tae (code : rob), le romblomanon (code : rol) et le rongga (code : ror).
  • Le Wiktionnaire a maintenant 227 thésaurus en français (au 31 mars).

Le dico du mois[modifier le wikicode]

Pas assez… Il n’y en a jamais assez…
Walther von Wartburg, Französisches Etymologisches Wörterbuch, R. G. Zbinden, 1922-2002

Ça y est, on y arrive. Après avoir parlé d’un monument lexicographique de la langue française, il nous faut aller plus loin. Là où chaque ajout construit un édifice fabuleux, là où chaque information embellit une tour déjà coruscante depuis des années. L’homme à l’origine est Walther von Wartburg, un linguiste et lexicographe suisse-allemand. Né en 1888, il fait sa thèse de linguistique en 1912. Dix ans plus tard, il commence un travail phénoménal : compiler les étymologies de tous les mots des langues gallo-romanes. Ce projet plus qu’ambitieux survivra à la mort de son auteur (première édition en 1967, il meurt en 1971 à 83 ans). En 2002, soit 80 ans plus tard, sort la mouture finale du Französisches Etymologisches Wörterbuch, Dictionnaire étymologique du français, compilant l’étymologie de plus de 800 dictionnaires dialectaux des langues gallo-romanes, dont le français, l’occitan, le francoprovençal et nombre de langues d’oïl. Sa complétude est telle que l’œuvre représente 25 volumes imprimés, pour un total de 16 707 pages, en plus d’un index tenant dans un 26e volume, le tout rédigé en allemand. Cet aspect technique vient du fait que l’auteur se vit refuser une publication en France, les éditeurs scientifiques considérant le projet trop ambitieux. Ce fut donc l’université de Bâle qui le soutint. Ne prenez pas peur, l’ouvrage est rempli d’abréviations allemandes avec très peu de phrases d’explications, il faut juste un peu de temps pour des lecteurs uniquement francophones pour s’y faire. Mais un tel trésor ne pouvait qu’être accessible à tous tant il est important pour les travaux des linguistes et des lexicographes, l’ATILF le numérisa donc et permit de le consulter en ligne. Et voici quelques articles pouvant vous montrer son utilisation au sein du Wiktionnaire : luma, bataclan, champleverSi vous avez la moindre difficulté dans l’usage de cette ressource, n’hésitez pas à me demander de l’aide. --— Lyokoï (Parlons Mort de rire) 28 mars 2016 à 22:33 (UTC)

En vidéo[modifier le wikicode]

Ce mois-ci, à l’écran

Cette rubrique vous propose de faire une revue des vidéos sur la linguistique et la langue française du mois, n’hésitez pas à ajouter les vidéos que vous connaissez !

Les mots du mois qui précède[modifier le wikicode]

Une île flottante.

Les statistiques permettent de connaître les mots modifiés par le plus de monde au cours d’un mois. Voici donc les mots les plus modifiés de février 2016 ! En exposant, le nombre de participants différents et entre parenthèses des commentaires sur les raisons de cet intérêt :

  1. onde gravitationnelle8 (apparu en une pendant une semaine)
  2. main6
  3. île flottante5 (créé d’après une proposition par un contributeur)
  4. prioritiser5 (discuté puis conservé)
  5. plat5
  6. pute5
  7. trois5
  8. mon5
  9. angulation4 (création et améliorations successives dans les jours qui ont suivis)
  10. flatiser4 (suite à la proposition de nouveau logo flatisé)

Version originale[modifier le wikicode]

  1. The hypertext structure of Wikimedia, and in particular Wiktionary, is eminently suitable as a model for the electronic dictionary of the future. What is needed is some way of ensuring that definitions are properly supported by links to corpus evidence, including evidence for the ways in which word meanings are exploited in metaphors and other ways. This will entail that almost every definition of every content word must be radically re-examined in the light of corpus evidence, in the way suggested above. Such a re-examination needs to be conducted systematically and professionally. Our sympathies may be with an anarcho-syndicalist approach to lexicography, but it is hard to imagine how a radical new approach to defining verbs or natural-kind terms and thus enhancing our understanding of the nature of language and meaning could be carried out systematically by large, uncoordinated groups of enthusiasts and volunteers, some with more expertise than others. Nevertheless, the overall aim must remain “to include not only the definition of a word, but also enough information to really understand it”— and, we might add, to be able to use it correctly.