a todo cerdo le llega su san Martín

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Espagnol[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Littéralement « à tout porc viendra sa Saint-Martin ».
Le 11 novembre, fête de la Sain-Martin de Tours, était le moment où commençaient les abattages en Espagne, alors qu'une fois passés ces deux ou trois jours de chaleur, appelés veranillo de San Martín « été indien », venait le froid et donc le moment propice pour faire sécher la viande. Il existe un autre proverbe au sujet de la rigueur du temps au mois de novembre de los Santos a Navidad, es invierno de verdad, « de la Toussaint à Noël, c'est vraiment l'hiver ».
Cela fait référence à l'action du temps, avec comme morale le fait qu’avec le temps quelque chose finira par arriver (de manière explicite ou implicite selon le contexte). Utilisé en général pour exprimer une fin inexorable ou l'aspect tragique de quelque chose.
Elle est basée sur le sacrifice du porc, l'abattage qui consiste à ébarber les aliments venant de cet animal, comme le chorizo, le jambon et d'autres produits marinés ou salés. L'abattage commençait en général et en de nombreux endroits le jour de la Saint-Martin et continuait une bonne partie de l'hiver, ce qui était propice au séchage de la viande.
Enfin cette expression traversa l'Atlantique avec la conquête espagnole et a perdu sa signification originelle, comme la tradition d'origine n'est pas restée, et à plus forte raison au sud de l'Équateur où la fête de la Saint-Martin tombe au printemps. En Argentine l'étymologie populaire le met en relation avec José de Saint-Martin pour avoir vaincu les Espagnols.

Locution-phrase [modifier le wikicode]

a todo cerdo le llega su san martín \a.ˈto.do.ˈθer.do.le.ˈʎe.ɡa.su.san.mar.ˈtin\

  1. Tel qui rit vendredi, dimanche pleurera ; à chacun son heure viendra.
    • A todo cerdo le llega su San Martín / y es tanta la corrupción /que tiene que dimitir.ˈˈ (Antonio Burɡos, ˈ'Tango de la dimisión de Alfonso Guerra)
      Tel qui rit vendredi, dimanche pleurera / et il y a tant de corruption / qu'il doit démissionner.

Notes[modifier le wikicode]

Ce proverbe s’utilise avec tarde o temprano (« tôt ou tard ») ou con el tiempo (« avec le temps »). Il s’utilise parfois pour exprimer la volonté d’un dénouement prochain ou le souhait que quelqu’un soit démasqué. Ce proverbe prend plusieurs formes selon les régions :