abeg

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Breton[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Nom commun 1) Conjecture de Victor Henry : mot formé des trois premières lettres de l'alphabet, comme nous dirions « chercher l’a b c d'une chose, l’épeler », pour « la décomposer en ses premiers éléments ».[1]
(Nom commun 2) Déverbal de abegiñ (« blâmer, critiquer »).
Note : La différence inconciliable de sens empêche de rattacher ces deux mots l’un à l’autre.[1]

Nom commun 1 [modifier le wikicode]

abeg \ˈɑː.bek\ masculin (pluriel : abegoù)

  1. Cause, raison, sujet.
    • An dug, ha n’en doa abeg ebet, betek neuze, da ziskrediñ war ar roue, ne c’hellas ket lavarout "nann". — (Langleiz, Romant ar Roue Arzhur, Éditions Al Liamm, 1975, p. 38)
      Le duc, qui n’avait aucune raison, jusqu’alors, de se méfier du roi, ne put dire "non".
    • Neuze, dibabet em eus da zanvez-arnod ur vro am eus abegoù e-leizh d’hecʼh anavezout un tammig ha d’he cʼharout dreist ar re-all : Kêr Vrest hag ar cʼhornad a zo stag outi. — (P. Rolland-Gwalcʼh, Hon dispacʼh hag hon istor, Al Liamm, niv. 36, Genver-Cʼhwevrer 1953, p. 5)
      J’ai donc choisi comme sujet d’essai un pays que j’ai toutes les raisons de connaître un peu et d’aimer plus que les autres : la ville de Brest et le territoire qui lui est attaché.

Dérivés[modifier le wikicode]

Nom commun 2[modifier le wikicode]

abeg \ˈɑː.bek\ masculin

  1. Critique négative, dans les expressions : kavout abeg e : trouver à redire à ; klask abeg e : chercher quelque chose à reprocher à.
    • Met Keban, e wreg, a gavas abeg e kement-se hag a damallas he fried da zilezel deveriou e stad evit redet da glevout sorcʼhennou goullo. — (Louis Dujardin, Sant Ronan, Imprimerie de la Presse Libérale, Brest, 1935, p. 18)
      Mais sa femme, Keban, trouva à redire à cela et elle accusa son mari de délaisser les devoirs de son état pour aller écouter des inepties.
    • N’eus forzh, distanet e oa kleñved amzer ar romantelezh, amzer ar faitazi, neuze e voe klasket abeg e KERVARKER, [...]. — (Yann Kerlann, Petra eo "Barzaz Breiz" ?, in Skridoù Barzhed Breizh - Studi ha Kelenn 1, 1954, p. 6)
      Qu’importe, la fièvre du temps du romantisme, du temps de la fantaisie, était retombée et l’on chercha alors quelque chose à reprocher à La Villemarqué [...].

Apparentés étymologiques[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

Pidgin nigérian[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

De l’anglais I beg (« je demande », « je prie », « je supplie »).

Interjection [modifier le wikicode]

abeg \Prononciation ?\

  1. S’il te plaît, s’il vous plaît.